Une édition à l'accent local

Si tous les ans les cavaliers de la Fédération Monégasque d'Équitation prennent part au Jumping International de Monte-Carlo, ils étaient bien plus nombreux cette année. Et une épreuve a été dédiée à certains d'entre eux.

Un petit mois. C'est ce qu'il a fallu pour que les installations du Grand Prix de Formule 1 laissent place à celles du Jumping de Monte-Carlo. Une belle prouesse. D'autant que le plateau de cette année, présent pour la 14e édition du Global Champions Tour en Principauté, avait encore une fois fière allure. Pêle-mêle, Kevin Staut, Shane Breen, Bassem Hassan Mohammed, Alberto Zorzi ou encore Emanuele Gaudiano. Que des grands noms de la discipline. Sur la Global Champion's League, l'équipe monégasque (les Monaco Aces) est d'ailleurs passée proche de l'emporter, échouant finalement sur la deuxième marche du podium. Côté Grand Prix, le suspense a fait vibrer les spectateurs jusqu'au bout. Au cours d'un final, hallucinant, les trois premiers se tenant en moins d'une seconde, c'est le Hollandais Maikel van der Vleuten qui l'a emporté, devant Bassem Hassan Mohammed et Julien Epaillard. Une victoire acquise, notamment, sous les yeux de nombreux cavaliers de la Principauté. 

Les Monégasques à l'honneur

Lgct Monaco 2019 Maikel Van Der Vleuten   Beauville Z 100 Sportfot

C'est une tendance à la hausse depuis quelques années. Si les cavaliers confirmés ont toujours eu un accès privilégié au concours monégasque, c'est aussi le cas pour les plus jeunes d'entre eux. Un concours national à 1 mètre qui a attiré bon nombre de jeunes filles puisqu'elles étaient 13 (âgées de 11 à 18 ans) à s'aligner au départ du Prix FEPM (Fédération Équestre de la Principauté de Monaco). Trois jours durant, en ouverture de la journée, ces jeunes pousses de la Fédération ont ainsi régalé amis et familles, souvent nombreux en tribunes, par leurs performances. Parmi les plus en vues, on notera notamment la belle prestation d'Eileen Thomel, dont le nom de famille n'est pas sans rappeler celui de Dietlinde (sa maman) et Wenceslas (son oncle), deux cavaliers aguerris de la Principauté. 

Les confirmés aussi à l'honneur

Si la FEPM peut regarder sereinement vers l'avenir, elle peut également vivre le présent avec ambition. Car ses licenciés étaient également nombreux sur les courses CSI2*. En cherchant bien dans les startlists, on pouvait facilement en dénombrer une quinzaine. Monégasques, résidents, tous ont déjà une petite expérience du Jumping de Monaco et évoluent sur le circuit international. C'est notamment le cas d'Ilaria Sutera, Alexandra Gazo et Salomé Panizzi. Toutes les trois, présentes cette année, ont débuté l'équitation dès l'enfance et se sont très vite tournées vers le jumping. Si elles cochent très vite la date du concours monégasque sur leur calendrier, les trois jeunes filles apprécient tout particulièrement de pouvoir évoluer à domicile. "Je me suis toujours dit qu'il fallait absolument monter ici", annonce d'emblée Ilaria, 23 ans, "c'est le concours maison, celui où on est sûr d'aller tous les ans. Et c'est sympa de retrouver tous les cavaliers de Monaco", glisse l'Italienne.

Thomel

Amis, familles et cavaliers se retrouvent effectivement tous les ans ici, eux qui sont généralement disptachés aux 4 coins de la France, voire même à l'étranger. Ilaria est en Normandie, où elle côtoie régulièrement Wenceslas Thomel, tandis que Salomé s'est installée dans l'Ain, pour y rejoindre ses chevaux et son coach, quand Alexandra vit désormais en Belgique. Et le retour à Monaco n'est parfois pas aisé, surtout pour une compétition. "Il faut réussir à bien séparer les deux choses et cela amène un peu de stress parce que tout le monde vient vous voir et on n'a pas envie de les décevoir", confie Salomé, qui n'aura pas déçu son monde. Après une entame délicate, la jeune fille a pris la deuxième place du concours à 1,30m. 

Gérer la chaleur

Si le stress est une chose importante à gérer, l'autre est la chaleur. Car en pleine canicule, le saut d'obstacle n'est pas une mince affaire. "J'ai préféré ne pas sortir mes chevaux le premier jour car je ne veux pas porter atteinte à leur santé. Je les ai fait perfuser pour qu'ils s'hydratent correctement, j'ai tout fait pour les refroidir", confie Ilaria qui a fait le choix de donner le maximum de liberté à ses montures. Et son choix semble bon puisque, comme lors des années, précédentes, elle s'est classée le vendredi avec Tabriz de Labarde (7e) et Jackson (10e) sur le Prix Safe Riding (1,45 m chronométré). 

Gazo 2

De son côté, Alexandra avait débuté un traitement d'hydratation avant même de venir à Monaco. "Je leur ai donné des électrolytes pour les aider et on essaie de les refroidir au maximum." Pour ses premiers sauts à 1,30 avec sa nouvelle jument, Alexandra était d'ailleurs contente de ses résultats. "La jument a été exceptionnelle, je suis vraiment contente", glissait d'ailleurs la jeune demoiselle après un parcours propre à 1,30m. Malgré la chaleur et l'adversité, les cavaliers et cavalières monégasques ont su se montrer à leur aise, de quoi donner encore plus envie de les retrouver l'an prochain. 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos