A Monaco, Richelmi remporte sa première victoire

Parti en pole, le Monégasque Stéphane Richelmi a remporté la première course de sa carrière en GP2. Stefano Coletti, parti 19e, a finalement terminé à la 9e place.

Les pilotes de GP2 ont arpenté le bitume princier à l'occasion de la course courte aujourd'hui (30 tours ou 45 minutes). Malgré l'entrée d'une safety car et quelques accrochages, l'épreuve du jour était moins hachée que celle d'hier.

Le Monégasque Stéphane Richelmi (Dams), arrivé huitième sur la course longue, profitait du système de grille inversée et partait en pole.

Suivi de près par un Sergio Canamasas (Trident) qui ne lâchait rien, il est resté concentré jusqu'au bout et a remporté chez lui sa première course en GP2 series. Un an après la victoire de son compatriote Stefano Coletti, l'hymne monégasque a à nouveau retenti sur le Rocher.

 Sbl3003

Coletti, qui défend les couleurs de Racing Engineering, a pris un joli départ. Parti du 19e rang, il a bataillé ferme. En plus de signer le tour le plus rapide (tour numéro 9) en 1'23"331, il est remonté jusqu'à la neuvième place du classement. 

Quant à Jolyon Palmer, leader du championnat de GP2 et vainqueur de la course d'hier, il a rapidement pris et conservé la 7e place. 

Stéphane Richelmi : 
"Sur le podium, je ne réalisais même pas"

Après avoir débouché le champagne sur la ligne d'arrivée, le pilote âgé de 24 ans est revenu sur sa performance, encore sur un nuage et à la fois tourné vers les prochaines échéances.

"J'aurais préféré gagner hier, mais je ne vais pas cracher dans la soupe, c'est génial de s'imposer à la maison. Sur le podium, je ne réalisais même pas. Pour moi, la course était vraiment dure. Il fallait faire le boulot, je l'ai fait. Plus le temps va passer et plus je vais réaliser et profiter. Mais je vais rester concentré pour la suite."

Le Monégasque, qui a réussi à conserver 2 secondes et 179 millièmes d'avance sur l'Espagnol Canamasas, a dû faire preuve de clairvoyance pour ne pas se faire piéger par l'état de ses pneumatiques.

"Il fallait qu'on soit constants même si on n'était pas les plus rapides. On a contrôlé tout au long de la course, on avait fait de bons réglages. Au début, j'ai fait attention à ne pas trop faire chauffer mes gommes. Je n'étais pas au maximum. Après, je sentais que j'allais plus vite et je sentais qu'elles commençaient à chauffer. J'ai pensé que ça allait être dur de tenir jusqu'à la fin. Finalement, j'ai remarqué que la dégradation se faisait progressivement. J'ai même fini avec plus d’adhérence que Canamasas."

Stefano Coletti, roi du dépassement

De son côté, l'autre pilote de Monaco, Stefano Coletti, savait qu'il serait quasiment impossible de jouer les premiers rôles. Il s'est tout de même évertué à montrer son meilleur visage en Principauté.

"On avait une bonne voiture aujourd'hui de nouveau. J'ai gagné dix places, je crois que j'ai été un des seuls à doubler. Dans le premier tour, j'ai dépassé quatre adversaires. Un au freinage du Mirabeau, un au freinage de l'épingle du Fairmont, un à la sortie du tunnel, et un à la fin du tour."

Des efforts qui ont finalement été payants, puisque Coletti a récolté deux points grâce à un meilleur tour en course.

"Le but, c'était d'arriver dans les dix premiers et de faire le "fastest lap". Gagner dix place sur une course sans passage aux stands, c'est pas mal du tout.  J'ai tout donné. Maintenant, il faut aller de l'avant et commencer à marquer de gros points dès l'Autriche (sur le Red Bull ring de Spielberg, du 20 au 22 juin)."


Après 6 courses, Stéphane Richelmi est sixième du classement général avec 32 points. Stefano Coletti pointe au 12e rang avec 15 unités.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos