Monaco, le premier sacre de Richelmi

Le Grand prix de Monaco n'est pas seulement l'apanage des Formule 1. C'était aussi l'occasion, pour les pilotes de GP2, de disputer la 3e étape de leur championnat. Les deux Monégasques engagés, et c'est Stéphane Richelmi qui a enlevé la victoire, la première de sa carrière.

Il est vrai que les essais libres des F1 attirent quasiment toute la lumière. Pourtant, ils sont entrecoupés des qualifications et des deux courses de GP2, une longue et une courte. Cette année, on fête d'ailleurs les dix printemps de la discipline. Considérée comme l'antichambre de la Formule 1, elle est un véritable tremplin via lequel on peut démontrer l'étendue de ses compétences au volant d'une monoplace.

Dix des vingt-quatre pilotes du plateau actuel de F1 ont gagné leur place dans l'élite après avoir fait état de leur valeur en GP2. C'est bien ce qu'espèrent réaliser les deux pilotes monégasques Stéphane Richelmi (24 ans) et Stefano Coletti (25 ans). Le premier porte les couleurs du team Dams, le second évolue dans les rangs de Racing Engineering. Après Monaco, Richelmi se tenait à la 6e place du classement et Coletti à la 12e.

Richelmi manquait de chance…

En Principauté, Dams a tout raflé. Son premier pilote, le Britannique Jolyon Palmer, a remporté la course longue (42 tours ou 60 minutes) sans grande difficulté. Il occupait la tête du championnat avec 103 points, soit 46 points d'avance sur son poursuivant Felipe Nasr (Carlin). Quant à Stéphane Richelmi, il manquait de chance sur cette épreuve. Parti 3e, il parvenait à se maintenir durant la majeure partie de la course, jusqu'à son entrée aux stands. Lui et Palmer s'y sont trouvés au même moment, et le lieu est devenu un peu exigu. 

En repartant, le Britannique a envoyé valdinguer la roue préparée pour le Monégasque, ce qui a lui a fait perdre un précieux paquet de secondes et le contraignait à terminer 8e. "Je suis déçu parce qu'on avait fait un super boulot. J'avais le podium dans les mains. Pour demain, mon seul objectif c'est de gagner. Ça rendra le week-end un peu plus positif", déclarait Richelmi. Ce qu'il faut savoir en GP2, c'est que l'ordre des huit premiers de la première course est inversé pour la course du lendemain. De cette manière, le Monégasque partait dans les meilleures dispositions.

…avant de triompher

Et le poleman a transformé l'essai. Sur la course courte (30 tours ou 45 minutes), il a remporté la première victoire de sa carrière. Suivi de près par un Sergio Canamasas (Trident) qui ne lâchait rien, il est resté concentré jusqu'au bout. Un an après la victoire de son compatriote Stefano Coletti, l'hymne monégasque a de nouveau retenti sur le Rocher. "J'aurais préféré gagner hier, mais je ne vais pas cracher dans la soupe, c'est génial de s'imposer à la maison. Sur le podium, je ne réalisais même pas. Plus le temps va passer et plus je vais réaliser et profiter."

Le Monégasque, qui a réussi à conserver 2 secondes et 179 millièmes d'avance sur l'Espagnol Canamasas, a dû faire preuve de clairvoyance pour ne pas se faire piéger par l'état de ses pneumatiques."On a contrôlé tout au long de la course, on avait fait de bons réglages. Nous avions utilisé tous nos pneus neufs hier. Au début, j'ai fait attention à ne pas trop faire chauffer mes gommes. Je n'étais pas au maximum. Je pensais que ça allait être dur de tenir jusqu'à la fin. Finalement, j'ai terminé avec plus d’adhérence que Canamasas."

Coletti va de l'avant

Pour Stefano Coletti, les choses ne se sont pas passées aussi bien que l'an dernier. Parti 8e lors de la première course et longtemps resté à la 6e place, il parvenait à se classer 4e en doublant Canamasas et Nasr. A 13 minutes de la fin, il doublait Evans dans le dernier virage et passait 3e. Dès le tour suivant, Coletti tentait une attaque sur son ancien coéquipier de chez Rapax, Simon Trummer, au même endroit. Mais le pilote ne l'avait pas vu venir sur sa droite et s'est rabattu sur lui. Leurs pneus avant se sont heurtés et les deux voitures ont filé tout droit dans les barrières de sécurité. 

"Demain, on part 19e. Ce sera la queue leu leu. Malheureusement, on ne pourra pas faire grand-chose", déplorait-il.Le pilote a tout de même montré son meilleur visage en Principauté et a pris la 9e place."On avait une bonne voiture. J'ai gagné dix places, je crois que j'ai été un des seuls à doubler. Le but, c'était d'arriver dans les dix premiers et de faire le "fastest lap" pour gagner deux points (ce qu'il a réuissi à faire). J'ai tout donné. Maintenant, il faut aller de l'avant et commencer à marquer de gros points dès l'Autriche (sur le Red Bull ring de Spielberg, du 20 au 22 juin)."

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos