XVIes Jeux des Petits Etats d'Europe : Dites 33 !

Athlétisme : Une semaine haute en émotions

Avec une délégation composée de 17 athlètes, soit l'une des plus grandes du contingent monégasque, l'athlétisme a raflé 7 médailles. Retour sur une semaine riche en émotions, avec leur entraîneur Frédéric Choquard aux commentaires.

Pour les représentants de l'athlétisme, la semaine s'annonçait assez longue. En effet, ils avaient des épreuves prévues jusqu'au bout, soit le samedi 6 juin. Un jour de repos était placé entre chaque journée de compétition, ce qui leur a néanmoins permis de visiter quelque peu le pays. Après un entraînement et une reconnaissance du terrain le lundi, quelques heures avant de se rendre à la cérémonie d'ouverture, les protégés de Frédéric Choquard ont ensuite commencé les choses sérieuses. 

Dans l'enceinte du Laugardalsvöllur Stadium, stade de l'équipe du Fram Reykjavik, les Monégasques ont pu découvrir une piste où le vent n'avait aucun mal à s'infiltrer. Et pour bien faire les choses, les conditions climatiques du mardi 2 juin n'étaient pas des plus adaptées aux différentes disciplines de l'athlétisme. 

 Des médailles contre le vent 

Pour cette première journée de compétition, plusieurs athlètes étaient concernés. En premier lieu, Brice Etes et Gabriel Dulière, tous deux alignés sur le 800m. Dans une épreuve où les séries n'étaient pas au programme, seule la finale comptait. De quoi permettre aux deux coureurs de donner tout ce qu'ils avaient, sans aucune retenue afin de s'approcher des podiums. Avec une course quasi-parfaite, Brice Etes s'empare de la deuxième place, tandis que son jeune coéquipier termine à la sixième. Etes confirme ainsi son rang puisqu'il avait déjà pris la même médaille sur cette distance il y a deux ans, au Luxembourg.

 Pour sa première aux JPEE, Dulière peut revenir fier et se dire qu'il a fait bonne figure, terminant à 3 secondes de son aîné. Une médaille pour commencer donc, de quoi détendre tout le monde selon le coach du groupe. "Brice entame toujours sur 800, son épreuve, donc on sait que là on part avec de grandes chances de médailles. Inga au javelot est une valeur sûre, et en partant avec deux médailles d'argent au départ, ça enlève beaucoup de pression à tout le monde et ça met tout le monde dans l'ambiance." 

Car le coureur de demi-fond a été imité par Inga Stasiulionyte au javelot. A la lutte avec deux locales de l'étape, la lanceuse de la Principauté n'a pas réussi à prendre le meilleur sur Asdis Hjalmsdottir, qui a lancé son javelot à près de 60 mètres ! Inga a tout de même pu maintenir une certaine distance avec sa poursuivante pour prendre l'argent grâce à un jet à 46,40 mètres. 

Autre grand moment de la journée, le bronze d'Adrianna Diguisto sur 10 000m. Pour sa première participation, cette maman d'une petite fille s'est arrachée pour revenir avec sa breloque. "Adrianna fait une belle médaille parce qu'elle est allée se bagarrer pour l'avoir, elle a la grinta et ne lâche rien". Dans les autres épreuves, Thomas Mironenko et Anas Adoui ont fait de leur mieux sur 100m, mais la marche était trop haute pour les sprinteurs.

 Du jeudi noir à la lumière 

"Ces trois médailles le premier jour nous ont fait un bien fou et nous ont mis sur la voie royale pour la suite de la compétition", explique Frédéric Choquard. Après une journée passée à l'entraînement mais aussi à supporter les équipes des autres sports, le retour sur la piste rappelle les athlètes monégasques à leur devoir le jeudi. Une journée au cours de laquelle chacun porte un brassard noir (voir encadré). 

Mais cette journée ne va pas se lancer comme l'auraient souhaité les sportifs du Rocher. "Le jeudi, c'est un peu le jeudi noir. Tout partait mal. Sur toutes les opportunités de médailles, on finit à chaque fois 4e ou 5e. Sur les épreuves techniques, Malory (Malgherini) n'a pas réussi ses sauts en hauteur, Zouhair se blesse sur le 3 000 steeple, alors que normalement, c'est une médaille. Du coup, il ne peut pas courir le 10 000, où là aussi il peut ramener une médaille." Sur le steeple, qui est une course où beaucoup de choses peuvent se passer, Jamal Baaziz se blesse légèrement au genou avant d'être percuté par un photographe peu attentif... De quoi laisser de gros regrets et quelques séquelles. 

Mais la lumière allait revenir en fin de journée. Après un 110m haies où Jesse Aliaga-Jacob et Moïse Louisy-Louis prenaient respectivement les 5e et 6e places, le 400 haies arrivait. Victime d'une tendinite au genou, Jesse Aliaga-Jacob prenait finalement le départ. "Jesse, on l'avait engagé dans 5 épreuves en tout. Après le 110 haies, il avait mal et il s'est refroidi entre les deux courses. Ce qui est le pire avec une tendinite. Il était à deux doigts de ne pas partir, tout comme Jamal. Finalement, ils se lancent tous les deux." Alors que la dernière ligne droite se dessine et qu'il ne reste qu'une ou deux haies à franchir, Jesse est 4e, dans la foulée du 3e. Mais une chute sur la dernière haie suffit au carabinier pour prendre une avance définitive qui lui permet de glaner sa toute première médaille. Et ainsi de mettre fin à une journée difficile pour l'athlétisme monégasque. 

D'autant que les émotions n'étaient pas terminées pour le clan Rouge et Blanc. "Après Jesse, Lise (Boryna) se lance sur le 400 haies également. On espérait vraiment quelque chose pour elle. C'est une junior première année et après sa course d'il y a deux ans, elle réussit à remporter une très belle médaille de bronze." 

Du Blue Lagoon aux dernières récompenses 

Avec 5 médailles au compteur après deux journées de compétition, les athlètes peuvent avoir le sentiment du devoir accompli, d'autant que le niveau était assez élevé sur ces Jeux. Histoire de se ressourcer, mais aussi de profiter d'un moment de partage, tout ce petit monde a pris du temps le vendredi matin pour aller découvrir l'une des attractions les plus en vue d'Islande, le Blue Lagoon. Une station thermale où un lac artificiel de 200 mètres a été créé, avec des eaux allant de 30 à 39 degrés. De quoi se réchauffer alors que les températures extérieures atteignaient difficilement les 10 degrés lors de cette semaine islandaise.

 A l'approche des dernières échéances du samedi, les visages étaient relativement sereins et décontractés. Il restait tout de même quelques épreuves à boucler, où les chances de médailles étaient réelles. C'est d'ailleurs du côté de Jesse Aliaga-Jacob qu'il fallait regarder pour en voir arriver une nouvelle. Le décathlonien était engagé au javelot en compagnie de Moïse Louisy-Louis, mais c'est sur le triple saut, lors de son 4e essai, qu'il rafle une seconde médaille de bronze. "Jesse est quelqu'un de constant, très pro dans sa façon de travailler, il supporte bien la pression. Ca fait d'autant plus plaisir qu'il partait dans des épreuves qui ne sont pas faciles." 

La dernière médaille est arrivée sur le relais hommes au 4x400m. Le quatuor, composé de Brice Etes, Gabriel Dulière, Pierre-Marie Arnaud et Rémy Charpentier, a réussi à prendre le bronze alors que la course était mal engagée. Profitant du déclassement de Malte, ces quatre mousquetaires du tartan terminent sur le podium, médaille autour du cou. De quoi boucler la semaine en beauté. 

Une semaine marquée par "un bel esprit d'équipe, on était bien ensemble, les anciens ont aidé les jeunes, les jeunes ont amené la folie qui fait du bien. Les conditions n'étaient pas évidentes pour de l'athlétisme et ils ont réussi à égaler ou revenir sur leurs meilleures performances. L'ambiance générale a été un peu la cerise sur le gâteau, avec ce mélange avec les autres sports, pouvoir aller les encourager, ça créé quelque chose d'inoubliable, une sorte de petits JO", conclut Frédéric Choquard.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   

Team spirit

Les membres de la délégation de l'athlétisme ont arboré un brassard noir lors des épreuves du jeudi 4 juin. Une manière pour eux de rendre hommage au père d'Atif El Gaidi qui venait de s'éteindre. Atif devait prendre part à ses premiers JPEE en Islande et avait dû repartir aussitôt arrivé pour retourner au chevet de son papa. L'ensemble de la rédaction de Code Sport Monaco présente ses sincères condoléances aux proches et à la famille.