XVIes Jeux des Petits Etats d'Europe : Dites 33 !

Ils ont vécu leurs derniers Jeux

La délégation monégasque a vu trois de ses sportifs vivre leurs derniers Jeux. Entre souvenirs, médailles et avenir, Jezabel Richard (basket), François-Xavier Paquot (natation) et Guillaume Couillard (tennis) ont accepté de revenir sur leurs participations, mais aussi sur leur avenir.

"Je savais que ces Jeux étaient mes derniers. D'ailleurs, ce n'était même pas sûr que je les fasse au départ. Mais comme on voulait un peu d'expérience dans le groupe, c'est moi qui suis parti", explique Guillaume Couillard. Et même s'il avoue ne pas y avoir trop pensé durant la compétition, "c'est quand même particulier. Au moment de l'hymne, de la médaille, on se dit que c'est la dernière fois que l'on monte sur le podium", glisse-t-il, sourire en coin. D'autant que le podium, il le connaît plutôt bien pour avoir remporté les cinq dernières éditions en double. "J'ai beau avoir le vertige, j'aimais bien être en haut (rires)." 

De son côté, François-Xavier Paquot, médaillé à 26 reprises, a tenté de ne pas y penser. "J'ai essayé de faire abstraction de ça car je suis un compétiteur avant tout", explique le nageur. "J'y suis allé en tant qu'athlète pour donner le meilleur de moi-même, mais c'est vrai que quelque part, on se dit de profiter un maximum. C'est une compétition qui n'est pas courante et qu'on a la chance de faire en tant que sportif à Monaco." 

La donne était toute autre pour l'ancienne internationale française de basket. Ces XVIes Jeux étaient en effet sa première participation. "C'est quelque chose que j'avais vraiment envie de faire. Et terminer sa carrière là-dessus, c'est quand même pas mal. Si c'était à refaire, je le referais sans hésiter. J'ai essayé de ne pas trop penser au fait qu'ils étaient à la fois les premiers et les derniers, en faisant de mon mieux sur le terrain, en donnant tout ce que j'avais. Je regrette de ne pas avoir eu de médaille parce que je n'en n'aurai plus l'occasion, mais après l'aspect humain prend le dessus", note Jezabel Richard. 

Souvenirs

 Après 7 participations, François-Xavier Paquot, 32 ans, assure avoir profité un maximum de chaque édition et n'a presque pas de regrets. "J'aurais bien aimé arriver à 8, parce qu'à la base il y avait 8 pays, mais il faut savoir s'arrêter au bon moment. Pour moi, les meilleurs Jeux étaient ceux de Monaco en 2007", confie celui qui aura été dans presque chaque pays. "Il ne manque que Saint-Marin (rires)." Drôle d'ironie quand on sait que les prochains auront justement lieu dans ce petit Etat enclavé en Italie. 

Pour Jezabel Richard, ce sont surtout des moments, des images qui reviennent, comme un film de vacances. "Pour moi, les Jeux, c'est me lever à 3 heures du matin avec le soleil dans la chambre, voir ma colocataire s'habiller avec sa tenue qui ne lui va pas parce qu'elle est trop petite. Il y a des images qui me reviennent aussi, comme nous voir regarder le drapeau lors de l'hymne monégasque ou encourager les volleyeurs où il y a avait une ambiance folle", se remémore la basketteuse. 

Pour Guillaume Couillard, difficile de se rappeler d'un match en particulier. "Je reste focalisé sur le dernier, c'est le plus proche. Je n'étais pas forcément bien préparé et on réussit à aller chercher ce titre, donc c'est un peu particulier." 

Partage 

S'il y a bien une chose que tous garderont en tête, ce sont les moments de partage et d'échanges que peut amener une compétition de ce genre. "On était tous habillés pareils, c'était assez impressionnant et il y a eu de belles rencontres. On a eu une certaine affinité avec le volley et le judo, on essayait aussi d'aller les voir quand on pouvait. Il y a une rigueur amicale assez sympa, parce qu'on était en Islande, mais on est tous ici. Donc on s'est fait des amis qu'on peut facilement revoir", explique Jezabel Richard. D'autant que cette année, l'ambiance a visiblement été particulière. "D'un point de vue général, c'était la meilleure ambiance de tous mes jeux", annonce "F-X" Paquot. "J'ai trouvé l'atmosphère assez sympa cette année. Est-ce que nous sommes plus allés vers les autres ou est-ce l'inverse ? Je ne sais pas trop. Mais il y avait vraiment une ambiance sympa. L'idée de côtoyer des sportifs et d'aller les voir est vraiment quelque chose qui me plaisait", précise Guillaume Couillard. 

 Avenir

Dorénavant, les Jeux, pour eux, c'est terminé. Et c'est aussi une nouvelle page qui s'ouvre pour ces sportifs. Si Guillaume Couillard avait déjà mis un terme à sa carrière pour se consacrer à son rôle d'entraîneur au Monte-Carlo Country Club, avec quelques piges en coupe Davis, François-Xavier Paquot s'apprête, lui, à quitter les bassins. "Je prévois ma reconversion depuis pas mal de temps. J'ai 32 ans et la natation est une discipline très exigeante. A partir de septembre, je vais me lancer en tant que coach sportif. J'espère m'épanouir dans ce milieu-là. Mais je ne me vois pas ailleurs que dans le sport", confie le nageur originaire des Ardennes. 

Du côté de Jezabel Richard, c'est également une grande page qui se tourne. Lorsque nous l'avons revue après les Jeux dans le courant du mois de juin, la période des mutations était encore en cours. Une période à laquelle la basketteuse fait d'habitude le point et répond, favorablement ou non, aux diverses sollicitations dont elle fait l'objet. Mais cette année, pas de nouveau challenge. "Je joue depuis que j'ai 10 ans, j'en ai 35, donc c'est particulier. Mais j'ai un travail qui me permet de m'épanouir, avec une grosse amplitude horaire et je suis beaucoup sur le terrain. Il faut donc que je puisse marcher sans soucis le lundi (rires). J'ai aussi envie de rattraper un peu le temps, mais je ne vais pas arrêter le sport pour autant." Cependant, finis les sports où il y a des contacts. Si elle assure qu'elle ira toujours voir ses "copines jouer à la salle", elle n'exclut pas totalement l'idée de coacher. "Mais avec les petits, c'est quelque chose qui me plaît. J'ai déjà quelques diplômes. Il faudra voir..."

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos