XVIes Jeux des Petits Etats d'Europe : Dites 33 !

La revanche du Team Pietri

Ils étaient déçus de leurs performances il ya deux ans en partant du Luxembourg. Ils ont quitté l'Islande avec un large sourire aux lèvres après avoir remporté six médailles. Des performances que Marcel Pietri a souhaité dédier à Gérard Bertrand, président du Judo Club de Monaco, décédé en janvier dernier.

Avant le départ pour l'Islande et ses XVIes Jeux des Petits Etats d'Europe, Marcel Pietri nous confiait que ses garçons n'avaient pu bénéficier d'une préparation optimale. La raison ? "Le stade a souvent été fermé des jours où nous avions entraînement à cause des matches de football", regrettait le natif de la capitale azuréenne. 

Cependant, il semblerait bien que ce manque de temps n'ait que peu joué sur les performances de ses troupes. Parti avec deux néophytes des Jeux dans son groupe, Marcel Pietri était bien entouré sur l'île du nord de l'Europe. Jean-Claude Pelletier, secrétaire général de la Fédération Monégasque de Judo et François Bick, entraîneur de haut niveau, accompagnaient donc celui qui est directeur technique national. 

Une équipe compétitive

Marcel Pietri avait décidé d'emmener du monde avec lui (10 judokas). L'objectif ? Ramener quelques médailles au pays après une édition du Luxembourg qui n'avait pas marché comme souhaité dans les rangs du judo monégasque. Et pour ce faire, l'une des bonnes nouvelles était la participation de Yann Siccardi. Blessé il y a deux ans, le Monégasque pouvait cette fois-ci venir prêter main forte à ses coéquipiers. D'autant qu'il sortait d'une belle campagne en Amérique du Sud quelques mois auparavant. Lors de tours de championnat du monde en Uruguay et au Chili, celui qui s'envolera sans doute pour Rio l'an prochain a accroché deux fois la 5e place. 

A ses côtés, on retrouvait aussi deux nouveaux, Jean-Christophe Bracco et Johan Blanc, qui découvraient les jeux pour la première fois (voir CSM 17). Il y avait quelques habitués de ce genre d'évènement, avec Franck Vatan, Habib Alouache, Guillaume Eréséo, Cédric Bessi ou encore Jérôme Mas. Chez les filles, le groupe était plus restreint puisque composé des soeurs Allag, Sara et Sophia. 

 Les geysers avant les waza-ari 

Le programme était particulier pour les judokas puisque les compétitions en individuel et par équipe n'étaient prévues que pour la fin de la semaine, à savoir le vendredi et le samedi. "On s'entraînait le matin, et on a pu profiter un peu de l'Islande en allant visiter quelques endroits comme les geysers ou le Blue Lagoon. Cela nous a donné quelques moments de détente et l'ensemble a été très agréable", précise Marcel Pietri. Malgré ces instants où la découverte prend le pas sur le sportif, cette joyeuse "équipe de copains", comme les qualifie le père de Loïc, n'a pas chômé quand il a fallu enfiler le bleu de chauffe. 

Dès lors que la compétition a commencé, les choses sérieuses débutaient. Si les sourires et la décontraction étaient présents dans la tribune du groupe monégasque, il suffisait de jeter un coup d'oeil au regard de Jean-Christophe Bracco pour mesurer le degré de concentration et d'implication qui les habitait avant leur entrée sur la zone de combat. 

Tous pour un, un pour tous 

En judo, les individuels marquaient l'ouverture du bal. Et quand on regarde les performances de Yann Siccardi, on comprend facilement que le garçon n'est pas venu en Islande pour enfiler des perles. Rapide et bien sur ses appuis, celui qui facturait 5 médailles avant l'Islande a su se tracer un chemin jusqu'à l'or. "Yann, on mise sur lui depuis pas mal de temps. Il a passé quasiment 10 ans à Paris pour le judo et il a décroché sa 4e médaille d'or, la 6e en tout. Cela montre qu'on ne s'est pas trompé", commente Marcel Pietri. Celui qui combat en -60 kg a ainsi ouvert la voie des médailles à ses petits copains. En dehors de Jérôme Mas, qui est "un peu passé à côté de la fête, mais il est arrivé un peu chamboulé parce qu'il venait de réussir son examen de police", tous ceux qui étaient engagés en individuels ont su saisir leur chance pour tenter d'accrocher une médaille lors des finales de l'après-midi. 

Pour sa première participation aux JPEE, Jean-Christophe Bracco s'est emparé du bronze. "Une belle médaille pour lui, même si je pensais qu'il pouvait prétendre à l'or. Mais il faut savoir que dans sa catégorie (-81 kg), il y a le vice-champion du monde de 2011. Donc ce n'était pas facile", analyse Marcel Pietri. Médaillé en bronze il y a deux ans pour sa première, Guillaume Eréséo a confirmé son potentiel dans l'antre du Laugabol Armann Gymnastic Hall avec l'argent à la clé chez les -66 kg. 

Médaille de groupe 

Individuels toujours, un ancien de la maison était de la partie, puisque Franck Vatan avait fait le voyage et a pris le bronze chez les -100 kg. L'autre Monégasque du groupe, Cédric Bessi, a lui aussi fait honneur à son pays en s'emparant du bronze chez les -73 kg. "C'est une confirmation pour lui, il a passé 3 ans à Paris puis il est revenu. Il a repris un bon rythme d'entraînement depuis le mois de janvier," précise le directeur technique national du judo monégasque. Chez les filles en revanche, la moisson n'a pas été fructueuse. En individuel comme dans le par équipe, les soeurs Allag n'ont pas réussi à atteindre le tour final qui leur aurait permis de jouer la médaille. En équipe, les garçons de Marcel Pietri et François Bick ont su faire le job. "On s'est régalé sur cette semaine et on finit sur une médaille d'argent en équipe, avec notamment Johan Blanc qui remplit son contrat en gagnant ses deux combats. Habib Alouache, l'ancien, a mené son combat mais à la fin il craque un peu," analyse le coach. Pas de quoi cependant effacer les sourires de ce groupe de copains. 

 Reconnaissance 

C'est donc une équipe de judo satisfaite qui est revenue à Monaco et qui, à l'image de son entraîneur principal, a fait mieux que ce qui était prévu, comme le détaille Marcel Pietri. "Ce sont de bons résultats que je dédie à mon président, Gérard Bertrand (décédé en janvier dernier), qui nous a quittés cette année trop jeune et trop tôt. Ces résultats sont le fruit de 20 ans de travail depuis que je suis là, mais c'est aussi le fruit d'une équipe qui marche bien. On avait eu une baisse de régime aux derniers jeux, et on est bien remonté, même mieux que ce que je pensais. Je tablais sur 5 médailles. On en fait 6, c'est bien. J'aurais aimé une médaille d'or de plus, mais c'est un bon résultat d'ensemble."  

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :