XVIes Jeux des Petits Etats d'Europe : Dites 33 !

Le beach s'accroche

Le beach-volley a bien marché en Islande, notamment chez les filles qui sont revenues avec le bronze autour du cou. Malgré une poule relevée, les garçons ont bataillé ferme jusqu'au bout, échouant aux portes de la 5e place.

A l'exception de Magalie Muratore qui est une habituée des Jeux des Petits Etats d'Europe, cette XVIe édition était une première pour tout le reste de l'équipe de beach-volley. Que ce soient les garçons, Mickaël Chamy et Guillaume Imary, Caroline Revel-Chion, la partenaire de Muratore, ou Jana Zyani, la coach, tous les quatre découvraient cette compétition. 

Et le moins que l'on puisse dire, c'est que leur semaine n'a pas été de tout repos. Dès leur arrivée, ils prenaient connaissance de leur planning. Chaque jour ou presque, ce serait entraînement le matin, puis match à partir de midi. 

L'or était tout proche 

Elles ont constitué l'une des belles surprises de ces Jeux. Formée pour l'occasion, la paire monégasque n'a pas déçu, loin de là. Dès leur premier match, Magalie Muratore et Caroline Revel-Chion ont montré qu'elles avaient le niveau. En affichant une qualité de jeu très intéressante, celles qui jouent à l'année avec l'équipe de Nationale 2 de l'ASM volley ont fait un début de compétition parfait. Avec 3 victoires consécutives sur leurs trois premiers matches (Malte (21-18 / 22-20), Luxembourg (21-14 / 21-19) et Chypre (21-11 / 21-14)), les filles s'étaient installées sur la voie royale. D'autant que sur ces trois matches, elles n'avaient concédé aucun set. "C'était vraiment super, on a commencé avec trois victoires alors qu'on ne s'y attendait pas et on a super bien joué", expliquait Magalie Muratore. Un début de compétition idéal, mais qui allait légèrement s'assombrir. "La défaite contre le Liechtenstein nous plombe un peu le moral alors que nos trois premières victoires nous avaient mises en confiance." 

Tout n'est cependant pas perdu à ce moment-là. Grâce à leurs trois victoires initiales, leurs chances de médailles sont encore intactes et même certaines. Le bronze étant déjà assuré, la doublette entraînée par Jana Zyani a son destin entre ses mains. Face à l'Islande pour leur dernier match, il faut gagner pour l'or, ou perdre par un set d'écart pour l'argent. Mais après une défaite deux sets à zéro, c'est la médaille de bronze qui leur revient. Si Magalie Muratore confiait que "nous sommes super heureuses malgré tout, mais on aurait pu remporter le premier set de ce match avec un peu moins de stress et de fautes", elle concède tout de même que les natives de l'île étaient un peu au-dessus. "Il y a quand même une petite différence de niveau avec les Islandaises qui pratiquent à l'année, alors que nous jouons en salle et qu'on n'a que peu de temps pour le beach." 

Pour la coach, la pilule avait cependant du mal à passer après cette défaite finale. "C'est dommage parce qu'on avait toutes les cartes en main, donc c'est un peu difficile à digérer. Chypre avait fait le boulot pour qu'on puisse décider de notre médaille et on avait largement la place de prendre l'or. Il nous a manqué un peu de travail sur le plan physique mais aussi mental," regrettait Jana Zyani. Une médaille qui reste tout de même un point très positif, comme l'explique Christian Palmaro, président de l'ASM volley. "C'est une belle médaille qui a presque une couleur d'argent. Les filles ont réalisé une très belle compétition."

 Apprentissage difficile 

Du côté des garçons, la semaine a été un peu plus compliquée que pour leurs homologues féminines. Malgré une grosse motivation, ils n'ont pas été en mesure de prendre le dessus sur leurs adversaires dans les différents matches qu'ils ont joués. La faute à un manque de constance dans leur jeu, comme l'expliquent Guillaume Imary et Mickaël Chamy. "On a eu du mal. Pas tant sur le niveau technique, parce qu'il n'y a pas un match où on a senti qu'on ne pourrait pas gagner, mais on n'a pas été capable de faire le bon jeu qui nous aurait permis de gagner durant tout le match. A chaque fois, c'était uniquement par phase."

Résultat des courses, les défaites s'enchaînent, et les garçons, qui auraient pu viser le dernier carré, laissent échapper leur billet pour les finales. "On fait un match qui nous passe entre les mains et on se retrouve à jouer la 5e place", constate Jana Zyani. "On a vu le travail qui nous a manqué tous ensemble car on a été court sur la préparation. Ce qui se voit rapidement sur les équipes qui ont pu préparer leurs paires, car on voit la différence dans les moments difficiles", explique leur coach. 

 Mais au final, ce sont surtout de bons souvenirs qui resteront et la satisfaction d'avoir fait son maximum pour représenter Monaco dans une discipline en plein développement, comme le précise le boss du volley monégasque. "Le niveau des équipes de beach monte de plus en plus et on réussit à suivre à Monaco, on n'est pas décroché."

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :