XVIes Jeux des Petits Etats d'Europe : Dites 33 !

Tennis : Un double en or

Habitués des podiums lors des différentes éditions des Jeux des Petits Etats d'Europe, les tennismen de Monaco ont une nouvelle fois contribué à l'effort de guerre. Malgré la médaille d'or du double, quelques regrets subsistent par rapport au simple.

Pour une dernière, Guillaume Couillard n'a pas fait les choses à moitié. Accompagné de son partenaire Thomas Oger, le désormais quintuple médaillé d'or en double a écrit une ultime ligne à son palmarès aux JPEE. Car oui, c'était la dernière de celui qui est aujourd'hui entraîneur au Monte-Carlo Country Club . 

Du côté des simples, la donne est différente car ni Romain Arneodo, ni Benjamin Balleret n'ont été en mesure de rejoindre le dernier carré. Ce qui fait dire à Christophe Boggetti, directeur technique national et capitaine de l'équipe monégasque de coupe Davis que le bilan de ces Jeux est "mitigé parce qu'on n'a pas fait de médailles en simple." 

Chute d'entrée 

Pourtant, comme souvent lors des JPEE, le team monégasque partait favori. Les rôles étaient établis d'entrée, puisque calqués sur ce qui se fait habituellement en coupe Davis. Romain Arneodo et Benjamin Balleret devaient jouer le tournoi en simple, tandis que Couillard et Oger évolueraient en double. Mais dès le premier jour, les choses se sont corsées. Débarqués en différé par rapport au reste de la délégation à cause d'un tournoi disputé la veille, les pensionnaires du MCCC sont arrivés fatigués et ont dû rapidement prendre leurs marques sur une surface à laquelle ils ne sont pas habitués. Handicapé par une douleur à la hanche, le benjamin du groupe a perdu d'entrée, malgré un beau sursaut dans le 2e set. Cependant, cela passait pour Balleret, comme pour le double. 

Porte-drapeau de la délégation, Benjamin Balleret était aussi tête de série numéro un sur le tournoi. Celui dont les parents avaient participé aux Jeux il y a quelques années était doublement motivé pour aller au bout. Mais sa route s'est arrêtée en quart. "Benjamin et Romain étaient très déçus après leurs matches. Et le fait d'être porte-drapeau a augmenté sa déception", confie Christophe Boggetti. "C'est une vraie déception parce que cela s'inscrit dans notre politique sportive de préparation de coupe Davis, et même si les conditions ne sont pas les mêmes, il faut y répondre." Car il est vrai que la surface n'a pas aidé des joueurs habitués à la terre ocre. Une sorte de moquette où les sensations ont mis du temps à venir, mais cela n'a pas empêché Guillaume Couillard et Thomas Oger d'aller au bout.

Un double salvateur 

Malgré une opposition de belle valeur en face, le duo monégasque a su garder un titre détenu par Guillaume Couillard depuis maintenant 10 ans. "On conserve notre titre, c'était l'objectif, mais on n'était pas sûr du tout d'y parvenir parce qu'il est vrai que la surface ne nous convenait pas du tout. Et il faut dire aussi qu'on n'a pas vraiment eu de préparation", précise le quintuple médaillé d'or. "La surface est compliquée parce que c'est rapide, il y a peu d'échanges, on jouait en salle sur moquette alors qu'on est habitué à la terre battue en extérieur, donc on était content de s'en sortir", confie Thomas Oger. Les deux compères étaient d'ailleurs très heureux de conserver ce titre, mais surtout de pouvoir "ramener une médaille, qui plus est la plus belle !"

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :