La Côte d’Azur prend des couleurs

Plus de deux ans après son arrivée en France, le phénomène des courses colorées débarque enfin sur la Côte d’Azur.

Courir à son rythme, juste pour le plaisir, vêtu de blanc dans l’espoir de finir le plus coloré possible. Le concept est enfantin mais encore fallait-il  y penser. Nées aux Etats-Unis en janvier 2012, les courses de couleurs se sont depuis répandues sur la planète comme une traînée de poudre. Afrique du Sud, Australie et enfin Europe, ce tour du monde des couleurs aura mis du temps avant de passer par la Côte d’Azur. "Cela fait 2 ans que le phénomène a débarqué en France mais il ne s’était encore jamais arrêté dans le sud. On a hâte de voir ce que ça donne." 

Le départ n’est prévu que dans une heure, mais ce groupe d’amis est déjà sur le qui vive. Perruques vissées sur la tête, ils ne sont pas les seuls à être venus en avance se chauffer dans l’ambiance très festive du village départ. Coureurs aguerris ou sportifs du dimanche, en famille ou entre amis, ils affluent par dizaines pour récupérer leur package "dossard, t-shirt et lunettes". La foule ne cesse de grandir, dans quelque minutes ils seront près de 3500 à s’élancer dans la joie et la bonne humeur.

7

Sportif ou non, ça n’a pas d’importance

Pour beaucoup, ils sont venues mettre un peu de joie et de couleur dans un quotidien pas toujours radieux. Comme ce groupe d’infirmières, déguisées de la tête aux pieds, venues décompresser loin de leur lieu de travail. Loin également des notions de compétition et de résultat qui entourent les épreuves de course à pied traditionnelles. 

"Nous ne sommes absolument pas sportives mais ça ne pose pas de problème ici. On a choisi le parcours non chronométré et on pourra même finir en marchant si il le faut" se réjouit d’avance la bande de copines, jupes de vahinées aux hanches casques à canettes de bières vissés sur la tête. Pour les compétiteurs dans l’âme, qui souhaitent au contraire se battre contre la montre, l’événement propose deux parcours chronométrés de 5 et 10 km afin de lier ambiance festive et performance.

11

Un jet de peinture à chaque kilomètre

Remontés à bloc par un cours de zumba collectif et vêtus de l’indispensable t-shirt blanc "Holi Run", les participants sont maintenant fin prêts à partir. Chacun à leur rythme, petits et grands s’élancent inexorablement vers leur destinée, celle de finir complètement couvert de poudre colorée. 

Cette poudre d’amidon, non-irritante et anti-allergènes, est lancée par des bénévoles que l’on retrouve à chaque kilomètre du parcours postés sous des arches de différentes couleurs. Les premiers 1000 m se font à une vitesse folle, emmenés par l’enthousiasme des nombreux enfants qui filent à travers cette marrée de jambes. L’impatience se fait tout juste sentir, que déjà le premier nuage de poudre se dessine à l’horizon. 

10

Tête baissée ou bras ouverts, en sprint ou en marchant, la technique pour le traverser varie d’un coureur à un autre. Un peu de poudre dans les yeux, un goût bizarre dans la bouche, 15 secondes pour reprendre ses esprits mais déjà l’envie de recommencer. "Une fois la première bouffée de poudre avalée, le reste de la course défile à une vitesse folle. C’est terminé et j’ai l’impression de ne pas avoir assez profité." La frustration de cet étudiant semble partagée par de nombreux autres participants. 

"J’aurais pu faire durer le plaisir un peu plus longtemps, ça me servira de leçon pour l’année prochaine" regrette cette jeune demoiselle coiffée d’oreilles de lapin. Des regrets que ne semblent cependant pas partager les nombreux enfants engagés dans l’épreuve. En effet, à en croire l’état de leurs t-shirts à l’arrivée, il semblerait qu’ils aient compris mieux que personne comment profiter pleinement de l’événement.  

12

Après la course la fête continue

Heureusement, l’expérience ne s’arrête pas aux simples limites du parcours. Une fois la ligne d’arrivée franchie, ils sont nombreux à vouloir prolonger le plaisir et ça tombe bien. Goûter, bataille de peinture ou encore Holi Party... tout est mis en place par les organisateurs pour que la fête continue et les concurrents auraient tord de s’en priver.

15

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos