Herculis, c'est parti !

A la veille du meeting HerculisEBS, la traditionnelle conférence de presse a permis aux médias d'échanger avec quelques athlètes. Et le moins que l'on puisse dire est qu'ils sont très enthousiastes à l'idée de fouler le tartan (neuf) du Louis-II.

On savait que l'édition 2020 s'annonçait particulière. Et dès la veille du meeting, lors du classique point presse à 24 heures des réjouissances, les habitudes ont été chamboulées. Exit le salon avec vue mer de l'hôtel Fairmont, bonjour le salon Rouge et Blanc de l'AS Monaco dans l'antre du Louis-II. Visages masqués, l'ensemble des acteurs de la conférence de presse s'est retrouvé dans cet espace le temps de deux heures et demi. Si Jean-Pierre Schoebel, directeur du meeting, a ouvert le bal (voir ici), ce sont ensuite les athlètes qui se sont succédé : Mondo Duplantis, Yulimar Rojas, Karsten Warholm, Sifan Hassan et Jimmy Gressier. Morceaux choisis.

Duplantis, "Le record du monde est derrière moi"

Img 3461 Copie

Bob sur la tête l'an dernier, ''Mondo'' Duplantis est cette année arrivé avec casquette visière et son masque. Moins blagueur qu'en 2019, où il était accompagné des frères Lavillenie, le nouveau numéro un mondial de la discipline n'a pas annoncé d'objectif précis pour ce soir, si ce n'est sa farouche volonté de l'emporter. "Nous avons eu une compétition avec Renaud et Sam (Kendricks) qui était très sympa, ça avait permis de reprendre un peu la perche. Après le meeting de vendredi, j'enchaîne avec les championnats de Suède dimanche. Je ne vise pas de barre particulière pour demain (lire ce soir), les conditions sont agréables, ça permet aussi de revoir tout le monde. Mais je suis un compétiteur. Les meilleurs seront là, retrouver le public est important, mais mon principal objectif est de gagner. Je ne pense pas trop au record du meeting (6,02 m, détenu par Piotr Lisek depuis l'an dernier), je pense avant tout à l'emporter."

Yulimar Rojas, "Je peux sauter loin"

Img 3480 Copie

Quadruple championne du monde en titre (indoor, outdoor), Yulimar Rojas arbore toujours un grand sourire au moment de se présenter devant vous. Malgré un masque parfois récalcitrant, on devinait la bonne humeur de la triple sauteuse et son envie d'évoluer sur la nouvelle piste du Louis-II. "Monaco est mon premier meeting cet été. J’étais bien préparée cet hiver, et je me suis bien entraiîée ces derniers mois donc je sens que je peux sauter loin. J'ai essayé la nouvelle piste hier (mercredi) et cela donne une motivation supplémentaire. (Sur le record du monde) On me pose souvent la question (sourire). On travaille pour ça, mais je ne suis pas pressée. On travaille au quotidien pour réaliser de bonnes performances. Les choses vont venir, la saison sera courte avec peu de compétitions, donc on va voir.

Karsten Warholm, "Courir demain comme si c'était ma dernière"

Img 3515 Copie

Le Norvégien est facétieux. Joueur. Il l'a montré hier en conférence de presse. Plutôt jovial, il a d'ailleurs confié qu'il s'était plus ou moins invité sur le Meeting. "On a fait ces ''Impossible Games'' et je me suis bien senti. J'ai vu que je n'avais pas de compétition après ça et quand j'ai vu qu'il n'y avait pas de 400m haies sur Herculis, j'ai envoyé un message à Rémy Charpentier (Meeting Manager, en charge du plateau des athlètes, NDLR) pour son anniversaire. Je lui ai dit que si je pouvais lui faire un beau cadeau, ce serait ma présence ici (rires). Ça lui a plu et on a pu monter ça avec un de mes partenaires. (Sur sa présence dans le couloir 7, son préféré) C'était mon cadeau d'anniversaire (rires). Si j'ai à choisir, c'est le 7, et j'ai choisi. La ligne 7 est une très bonne chose, on se met moins de pression sur les jambes sur les lignes extérieures, si je peux choisir, je prends la 7, et c'est ce que j'ai fait (rires). (Sur le meeting) J'ai vu les anneaux olympiques au sol ici, je me suis dit que ça allait être mes JO, je vais prendre cette course comme ma dernière de la saison et tout donner demain soir. Je veux toujours courir vite, mais je ne sais pas ce qu'il va se passer demain. Tout ce que je peux garantir, c'est que je vais tout donner. Il y a comme un flou sur le temps, c'est assez particulier. Je vais donner le meilleur et à moi d'être le plus performant possible. Ça va être très intéressant de courir contre des compétiteurs."

Sifan Hassan, "Particulier de revenir ici"

Img 3573 Copie

Les deux derniers passages en Principauté de Sifan Hassan sont à marquer d'une pierre blanche. Ou plutôt de deux. En février 2019, elle établissait le record du monde sur 5 km route. Quelques mois plus tard, c'est la marque mondiale du Mile qu'elle améliorait. Alors, naturellement, son troisième passage à Monaco suscite des attentes. Et c'est tout sourire, sous son masque, que la néerlandaise a répondu. "Bien entendu, mais c'est différent cette année. Même si cela pourrait être dans un coin de ma tête, la préparation n'est pas la même donc il y a parfois de bonnes courses, de bonnes surprises, et ça pourrait être le cas. J'ai envie de courir, j'ai vu que certaines avaient demandé 68 secondes au tour, c'est rapide, 70 un peu moins, mais je vais m'adapter et je vais suivre le rythme. Je n'ai pas une forme optimale mais le plateau est exceptionnel et cela peut, grâce à l'esprit, apporter une motivation supplémentaire, ce qui peut amener le corps à être plus performant. Nous verrons bien." 

Jimmy Gressier, "Il y a trois ans, je venais voir Bolt"

Img 3575 Copie

Jimmy Gressier commence à avoir ses marques à Monaco. Déjà dans le coin en février dernier pour le Monaco Run, au cours duquel il a établi le nouveau record du 5 km route européen, le natif de Boulogne-sur-Mer, revient en Principauté avec beaucoup d'envie pour sa première participation à un meeting de la Diamond League. "Il y a encore trois ans, je venais ici pour assister à la dernière en meeting d'Usain Bolt. Venir ici quand on sait que c'est une des plus beaux meetings au monde, ça fait plaisir, ça me donne envie. Le but de demain est bien sur de courir vite, il y a des européens, des africains, le but est d'aller le plus vite possible, car le minimum pour les JO sera 13'13, si j'arrive à les faire ici, ce sera un bon signal pour moi. Avoir déjà fait le record d'Europe ici aide à aborder la course plus sereinement, il y a aussi d'autres français avec qui on a bataillé, on a aussi été cherché des titres en équipe ensemble, donc ça permet d'avoir une motivation supplémentaire."

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos

Kipruto et Lavillenie out

Il a été le premier à l'annoncer. C'était le 8 août dernier, via ses réseaux sociaux. Conseslus Kipruto,champion du monde en titre du 3 000 steeple a annoncé être positif au virus Covid 19 et devoir renoncer à s'aligner au départ du Meeting Herculis. Ce matin, c'est Valentin Lavillenie qui a fait la même annonce. Dans un message posté sur Instagram, le perchiste a précisé être asymptomatique, mais positif au test réalisé par l'organisation, comme le veut le protocole sanitaire, devant donc renoncer à sa participation. Pour rappel, il avait réalisé son record personnel l'an dernier ici même avec une barre à 5,82m.