Une tracé légendaire, une passion éternelle

Formula-E : Vergne, première à Monaco

Le Monaco E-Prix a vécu sa troisième édition en Principauté. Succès populaire, cette manifestation biennale a vu le premier sacre de Jean-Eric Vergne sur le Rocher.  

Pas de bruit ou presque. De forts déplacements d'air suite au passage à l'enfilade de bolides. Mais ces bolides-là sont différents. Silencieux et aux allures de "batmobile", la voiture du fameux justicier noir de chez DC Comics. Ces voitures sont celles de la Formula-E, celles de deuxième génération, la Gen2, comme on les appelle. Neuvième étape du circuit international, la Principauté accueille la caravane électrique pour la troisième fois depuis le lancement de l'aventure, en 2015. Et cette saison n'étant pas comme les autres, l'issue du Monaco E-Prix, troisième du nom, a elle aussi été différente des années précédentes. Si Sebastian Buemi l'avait emporté en 2015 et 2017, cette année c'est Jean-Eric Vergne qui s'est imposé à l'issue d'une journée bien maîtrisée. 

La loi de l'alternance

Difficile pour l'Automobile Club de Monaco et la Principauté d'assurer le bon déroulé de trois manifestations en un mois. Avec la présence du Grand Prix Historique, tous les deux ans, une fenêtre naturelle s'est dessinée pour la Formula-E lors de son avènement, il y a maintenant près de 5 ans. En 2015, d'abord, puis en 2017, ensuite, avant de revenir cette année. Une alternance entre modèles anciens et voitures un brin futuristes. Surtout avec leur nouveau design. Car cette saison 5 a marqué l'arrivée d'une nouvelle ère au sein de la Formula-E. Fidèle à son cahier des charges de développement d'année en année, cette 5e saison devait marquer un tournant. Et c'est bel et bien le cas. Nouvelle voiture, nouveaux circuits, nouveaux pilotes, nouvelles écuries (et d'autres rejoindront le groupe l'an prochain), tout semble aller pour le mieux au niveau de la Formule-E. D'autant plus que le public répond présent, comme cela a été le cas à Monaco. Et si quelques doutes pouvaient subsister de ce point de vue-là en début de journée, les tribunes ont rapidement vu la foule affluer à mesure que la course se rapprochait. 

Le partage avant la bagarre

Si elle se développe de plus en plus au fil des saisons, la Formula-E garde encore une certaine forme d'accessibilité pour le public. Notamment au niveau de ses pilotes. Sur le Quai Antoine-Ier, un village entier a été monté. Scène de concert, stand restauration, "musée" de la course auto électrique, tout a été pensé pour combler le fan lors de sa visite. Un simulateur a lui aussi été installé. Les passants ont ainsi eu la possibilité d'aller chercher le meilleur temps possible. Et réussir une performance pouvait avoir toute son importance. Les quatre meilleurs ont en effet eu la chance de pouvoir aller affronter quatre pilotes lors d'une course virtuelle ayant rassemblé les foules. De quoi assurer un moment inoubliable aux quatre lauréats du concours, même si c'est Mitch Evans (Jaguar Racing) qui s'est finalement imposé. Et contrairement à ce que l'on aurait pu croire, la 2e place a été prise par l'un des "amateurs", véritable fou de jeux vidéos. Au-delà de cet instant assez unique, les résidents des baquets ont également offert une longue séance d'autographes et selfies à leurs fans, quelques heures seulement avant d'aller se bagarrer sur le tracé monégasque.

Vergne, première

Après des essais libres très tôt en début de matinée, les 22 pilotes en sont passés par la phase de qualification. Divisés en quatre groupes, ils ont alors enchaîné les tours avec comme idée directrice d'accomplir un des six meilleurs temps sur les six minutes dont ils disposent (chaque pilote a six minutes pour sa séance de qualification). Car à l'issue de ces séries, un tour qualificatif supplémentaire attendait ces six-là pour la "super pole", qui définit finalement les trois premières lignes de départ. Et à ce petit jeu, c'est le Français Jean-Eric Vergne qui s'en est le mieux tiré. Déjà rapide en qualif', Vergne, à bord de sa DS Techeetah, a conclu un tour en 50"042. Si Rowland a fait mieux (50"021), le Britannique partait cependant avec une pénalité de trois places due à une sanction écopée l'étape précédente au e-Prix de Paris. Une pole que le Français n'a pas lâché par la suite, devenant ainsi le premier à remporter deux courses cette saison. Et, malgré le peu d'attrait qu'il a pour le circuit monégasque, Jean-Eric Vergne était bien heureux de l'emporter devant Rowland (Nissan - e-Dams) et Massa.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos