Une tracé légendaire, une passion éternelle

Les flèches d'argent dans le mille

ti en pole position, Lewis Hamilton n'a laissé aucune chance à ses adversaires et remporte son troisième grand prix de Monaco. Il s'impose juste devant Sebastian Vettel (Ferarri) et son coéquipier chez Mercedes, Valtteri Bottas. Charles Leclerc, lui, aura une nouvelle fois vécu un week-end maudit à domicile.

Elle restera sans doute dans les annales cette 77e édition du Grand Prix de Monaco. Il faut dire que la grande messe du sport automobile, qui fêtait cette année son 90e anniversaire, aura entraîné pilotes, écuries et spectateurs dans un ascenseur émotionnel d'une intensité que personne n'attendait. A commencer par le chagrin qui a saisi le monde du sport automobile à l’annonce de la disparition d’une de ses légendes, le pilote autrichien Niki Lauda (voir encadré). 

M196842

On a aussi pu voir colère, détermination et déception se refléter dans les yeux de Charles Leclerc (Ferrari), enchaînant les déconvenues sur ce circuit qui aurait pourtant dû être le sien. Et du suspense, car si Lewis Hamilton a régné sans partage pendant 78 tours, rien n'était joué d'avance. Rapidement talonné par Max Verstappen (Red Bull), le Britannique et résident monégasque a longtemps dû composer avec un choix de pneus à contre-courant pour pouvoir s'octroyer la victoire. Sa troisième en Principauté, qu'il n'a d'ailleurs pas manqué de dédier au pilote autrichien.

"Tout donner sur la piste"

On savait les pilotes Mercedes en forme. Depuis le début de saison, le tandem Hamilton / Bottas domine le championnat, enchaînant poles position et doublés sur les podiums. Avant ce week-end princier, ils affichaient d'ailleurs 116 points d'avance sur leur dauphin, Ferrari, après seulement cinq jours de championnat (classement constructeur). Les flèches d'argent avaient donc à cœur de continuer sur leur bonne lancée. Et la disparition du président non-exécutif de Mercedes n'aura fait que galvaniser cette rage de vaincre, comme l'écurie l'annonçait sur son compte Twitter: "Nous n'avons pas seulement perdu une légende en Niki, mais un ami et un coéquipier. Cette fin de semaine, nous avons l'intention d'honorer notre président de la meilleure façon possible. Et de tout donner sur la piste". 

Ap 1zf1wqwms1w11 Hires Jpeg 24bit Rgb

Et dès les essais, Lewis Hamilton, leader du championnat, a annoncé la couleur. Il signa les meilleurs chronos des deux premières sessions d’essais libres avant de confirmer lors des qualifications. S’attribuant à la fois le record du circuit (1'10''166) et la pole position devant son coéquipier Valtteri Bottas, Max Verstappen, Sebastian Vettel et Charles Leclerc, bien loin derrière, en 15e position.

Hamilton fait la différence

Et s'il y en avait un de très attendu à Monaco, c'était le local de l'étape qui était bien déterminé à rattraper quelques places, et vite. Mais la belle remontée de Charles Leclerc se verra stoppée au 10e tour, lors d'une tentative de dépassement de Hülkenberg (Renault). Outre les dommages causés à son véhicule, qui le forcèrent plus tard à l'abandon, l'éclatement de son pneu arrière sur la piste nécessitera le passage de la safety car, incitant alors les pilotes à passer aux stands. 

Mka Hd Gpf1 2019 Dimanche 123

Un tournant décisif pour le classement de tête, jusque-là inchangé. Car à la sortie des stands, Bottas sera touché par Verstappen sur la pitlane, contraignant le Finlandais à effectuer un nouvel arrêt au tour d'après pour des vérifications techniques, qui le fera chuter de la deuxième à la quatrième place. Une position qu'il gardera jusqu'à la fin de la course, juste derrière Vettel et le pilote Red Bull. Ce dernier écopera d'ailleurs d'une pénalité de cinq secondes, décisive en fin de course puisqu'elle l'expulsera du podium. Autre imprévu de cet arrêt prématuré, le choix de Mercedes d'équiper Lewis Hamilton de pneus médiums, quand tous ses concurrents avaient, eux, opté pour la version dures. Leur usure précoce aura causé bien des tracas au Britannique, qui ne cessera par radio de critiquer les choix de son écurie. Il faut dire qu'il y a quelques années, un deuxième arrêt au stand lui avait couté la victoire sur ce même circuit. Alors pour le leader, "pas question d'y retourner. J'avais prévu de rouler sans pneus jusqu'à ce qu'ils explosent". 

Mka Hd Gpf1 2019 Dimanche 144

Mettant en place une stratégie de gestion, Hamilton parviendra tout de même à résister aux attaques incessantes d’un Max Verstappen, agressif et déterminé jusqu'au bout, pour s'assurer la victoire. Sa troisième sur ce circuit, qu'il dédiera d'ailleurs à celui qui lui avait fait rejoindre l'écurie allemande. "Ce fut sans aucun doute la course la plus difficile de ma carrière. Je me battais vraiment avec l'esprit de Niki, qui a eu une grande influence au sein de notre équipe. Il nous a aidés à parvenir là où nous en sommes aujourd'hui, alors je sais que s’il nous regarde d’en haut, il nous tirerait son chapeau. J'ai juste essayé de rester concentré et de le rendre fier", confiera-t-il juste après la course. Mission accomplie.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos
Photo_thumb_m194723

Danke Niki

L'ombre de Niki Lauda aura plané sur ce Grand Prix de Monaco, une épreuve que le triple champion du monde avait lui-même gagné à deux reprises (1975 et 1976). Toute la semaine, de nombreux hommages ont été ainsi rendus à cette légende du sport automobile. Dimanche, jour de course, les têtes s'étaient donc parées d'une casquette rouge estampillée Niki, comme celle que le pilote ne quittait jamais. Les voitures arboraient également sur leurs flancs le nom de l’Autrichien tandis que Lewis Hamilton et Sebastian Vettel ont tous deux coiffé une réplique d’un de ses casques. Notons que pour l’occasion, le protocole aura été quelque peu chamboulé, puisqu’une minute de silence a été observée avant le début de la course, suivie par un concert de cloches et de trompes de yachts… Adieu l’artiste !


Semaine animée !

Pendant le Grand Prix, il n’y a pas que sur la piste qu’on fait le show ! Cette année encore, la place d’Armes s’est transformée en fan zone géante. Au programme, des simulateurs de conduite, des ateliers de changement de pneus, des courses de voitures miniatures… sans oublier le clou du spectacle, la visite des pilotes programmée le vendredi après-midi, jour de trêve pour les F1. Tour à tour, Leclerc, Gasly, Hamilton and co se sont prêtés aux jeux des interviews. Une quinzaine de minutes de questions/ réponses dans une ambiance bon enfant, suivies d’un bain de foule pour signer casquettes et autres programmes que leur tendait une véritable marée humaine. La place d’Armes, the place to be !