La vitesse n'attend pas

Valentino et Nicolo Scorsolio, 13 ans tous les deux, survolent le championnat italien de vitesse. Une belle performance de la part des jumeaux, surtout quand on sait qu'ils ont débuté la vitesse il y a tout juste deux ans.

Certaines histoires d'amour débutent très tôt. Voire même à l'enfance, dans certains cas. Ici, il est question de celle entre deux petites têtes blondes et le monde du deux-roues. Celui de la vitesse et des circuits. Celui où Valentino Rossi et Marc Marquez ont régné en maître au cours des deux dernières décennies. Ce monde, c'est celui de la vitesse. Celui où Valentino et Nicolo Scorsolio ont mis les pieds alors qu'ils avaient à peine fait leurs premiers pas à l'école. "Leur première moto était une petite Peewee en 50 cc, mais c'était surtout pour s'amuser", glisse Daniela Palmero, la maman des jumeaux aujourd'hui âgés de 13 ans. Deux petits bonhommes qui n'ont pas attendu longtemps avant de truster les podiums. 

Le cross pour débuter

Si les deux petits gars ont commencé à faire rugir les moteurs dès leur plus tendre enfance, c'est aussi parce que Jean-Paul Scorsolio, le papa, est un grand fan de moto. Mais c'est sur des pistes terreuses que tout débute. "A l'âge de six ans, ils ont commencé le moto-cross, mais ils n'ont pas particulièrement accroché", explique Daniela Palmero. Tout va ensuite s'accélérer quelques années plus tard, lors d'un week-end dans le Var. "Ils avaient dix ans lorsqu'ils sont allés faire un stage de découverte au Luc. Ils ont adoré et ont eu le déclic tout de suite alors qu'ils ont fait ce stage sous la pluie, mais ils ont vraiment aimé cette expérience." 

Ft00000098 4  4

Pour leurs débuts sur circuit, c'est à Fréjus qu'ils ont trouvé leur premier professeur. Avec Sébastien Gimbert, notamment vainqueur à plusieurs reprises de courses prestigieuses d'endurance (24 h du Mans moto, Bol d'or, 24 heures de Spa-Francorchamps moto), Valentino et Nicolo développent leurs qualités. Très vite, l'entraîneur conseille aux parents d'emmener les petits en Italie, où le niveau est plus relevé. Après une première année dans la Botte au sein d'un team italien, les jumeaux ont rejoint celui de Patrick Galdes et son fils, Kevin, le KG Racing Team. Et cette saison, tous deux ont survolé leur championnat. 

Chassé croisé sur le podium

Suivre les deux jeunes pilotes de 13 ans n'est pas chose aisée. Que ce soit pour leurs concurrents, leur manager ou leurs parents. Si les adversaires se sont habitués à les voir loin devant eux, pour la maman, ce n'est pas toujours simple, même si elle met un point d'honneur à suivre ses garçons dès qu'ils brûlent l'asphalte. "Je suis leur fan numéro un, je les soutiens, les aide, je suis toujours avec eux. C'est aussi mon rôle de parent. Mais je ne regarde pas les courses, seulement le dernier tour. C'est le deal. Je trouve que ça va trop vite. Je me demande toujours comment ils arrivent à gérer la moto et la vitesse", confesse Daniela Palmero. 

Ft00000011 15  2

De son côté, Patrick Galdes, le manager de Nicolo et Valentino, lui, n'a pas de mal à regarder la course, même si suivre les deux peut parfois être complexe. "C'est un sport individuel au départ, donc ça peut parfois être compliqué à gérer. Mais ce qui est intéressant, c'est qu'il n'y a pas de rivalité entre eux. De la compétition, oui, bien sûr, mais aucune rivalité", assure le manager du KG Racing Team. Et visiblement, l'émulation entre les frangins a du bon. Après avoir terminé aux 9e et 10e place l'an dernier, tous les deux trustent les podiums du championnat de vitesse italien (CIV) en catégorie Ohvale 190 cc. "Ce sont des motos qui vont jusqu'à 160 km/h", précise Galdes, dont le fils s'occupe du coaching des garçons. Un système portant ses fruits, Nicolo et Valentino caracolant en tête de leur championnat cette saison. 

Image00006

Valentino est premier et Nicolo deuxième, à un point de son frère. Si la dernière course du championnat, à Adria, les départagera, cela viendra quoi qu'il arrive conclure une très belle saison. "On a fait 3 épreuves cette année (2 courses par épreuve, ndlr), ce qui fait six courses. Ils ont quasiment toujours terminé dans les deux premiers et leur plus mauvais résultat est une troisième place", glisse le manager. Des résultats venant récompenser un bel engagement des garçons.

Réussite scolaire

Si Valentino a plus de facilités sur les circuits rapides, "avec des passages en courbes très rapides", Nicolo, lui, est meilleur "sur les circuits sinueux et les changements d'angle", précise Patrick Galdes. En s'entraînant tous les week-ends sur des circuits italiens, les jumeaux ont engrangé une expérience importante en vue de l'an prochain. "Ils vont changer de catégorie car on va s'orienter sur la coupe Aprilia en 250 RS. Ce sera un réel changement car ils sont actuellement sur des motos de 10 pouces et ils vont passer sur des engins de 17 pouces", ajoute leur manager. Une évolution logique pour ces deux petits as du pilotage. 

Ft00000011 8  2

Des as qui marchent également bien à l'école. "L'école passe avant tout", prévient la maman. "Si les résultats sont bons à l'école, ils sont récompensés avec la moto. Et comme ils ont de très bonnes notes, il n'y a rien à dire pour le moment. Et ils prennent énormément de plaisir." Le plaisir, un leitmotiv au sein de ce petit groupe de personnes. "On ne fixe pas d'obligation de résultat. Chez nous, le mot d'ordre est le plaisir", ajoute Patrick Galdes. Un plaisir partagé sur les deux premières places du podium. 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos