Quatre questions à... Norman Nato (ROKiT Venturi Racing)

Titularisé au sein de l’écurie monégasque après en avoir été pilote de réserve durant deux ans, l’Antibois de 28 ans a fait ses grands débuts en Championnat du monde de Formule E il y a une semaine, à Riyad (Arabie Saoudite).

Quel bilan tirez-vous de vos deux premières courses avec ROKiT Venturi Racing ?

C’était une très bonne expérience. Je m’attendais à un week-end un peu 'compliqué' en termes de résultats (Il termine 14e et 16e, NDLR) car je ne suis monté dans la voiture que six fois en trois ans, mais il y a quand même du positif. Le rythme était très bon en course. Le seul regret se situe au niveau des qualifications. J’ai manqué de confiance et d’expérience pour exploiter pleinement la voiture pour la première séance, ce qui m’a fait partir en 12e position. Puis, à la suite du problème d’Edoardo (Mortara, son coéquipier, NDLR), on a dû s’élancer du fond de la grille lors de la seconde manche.

Sb3 7204

Comment avez-vous vécu l’incident et ses conséquences ?

Cela fait partie du jeu. Ce qui est arrivé à Edoardo aurait pu arriver à n’importe qui. Le plus important, sur le moment, était qu’il aille bien. Quand on a su qu’il n’avait pas été blessé, on a essayé de préparer notre qualification. J’étais en train de faire mon échauffement, ma routine. Puis, alors que j'étais casqué et que je m'apprêtais à monter dans la voiture, on m’a averti que je ne prendrais pas part à la séance. J’avais à cœur de rattraper ma mauvaise première qualification. Lors des essais libres 3, la voiture fonctionnait bien, je me sentais en confiance, j’étais prêt à faire une bonne performance... J’ai plus ressenti de la frustration que de l’énervement. Mais vu la perte de freins rencontrée par Edoardo, c’était bien plus sûr de la part de la FIA de nous interdire le départ avant que le problème ne soit trouvé et réglé.

Est-ce que votre expérience de pilote de réserve vous a été utile ?

Malgré les nombreuses heures passées dans le simulateur, le meilleur entraînement reste la piste. Je découvre encore plein de choses, surtout en condition de course. Avant Riyad, je n’avais effectué que trois jours d’essais à Valence. Il n’y avait ni la pression de marquer des points, ni d’établir une stratégie pour attaquer les autres pilotes. Surtout, aucun départ arrêté avec du monde autour n’était programmé. Cela faisait quatre ans que je n’en avais plus fait !

1018462781 Lat 20210226 Eps701 180913sb2 8253

Dixième du classement des constructeurs l'an dernier, que peut espérer Venturi cette saison ?

L’écurie a prouvé d’entrée de jeu qu’elle était capable d’être performante (Edoardo Mortara a terminé 2e de la manche inaugurale, NDLR). Il ne faut pas se relâcher. On sait tous que des périodes plus compliquées arriveront et la régularité sera très importante. On devra scorer tout le temps, même des petits points. Et quand la voiture sera en position de gagner ou de signer un podium, il ne faudra pas contre-performer.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos
Photo_thumb_1018463191-lat-20210226-eps701_181153sb3_2357

Le calendrier provisoire :

Rome : 10 avril.
Valence : 24 avril.
Monaco : 8 mai.
Marrakech : 22 mai.
Santiago : 5 juin.
Santiago : 6 juin.