Championnes de France

En juin, deux équipes du Cercle d’Échecs de Monte-Carlo (CEMC) ont participé à la Grande finale des Coupes, qui se déroulait à Saint-Quentin (Picardie). L'une pour le titre de championne de France, l'autre pour la Coupe de la Parité. Et toutes les deux ont réussi leur pari.

C'est un titre qui leur échappait depuis plusieurs années. Multiples fois championnes d'Europe des clubs (les féminines du Cercle d’Échecs de Monte-Carlo détiennent d'ailleurs le record avec 7 titres), il manquait encore au palmarès des féminines du club de la Principauté le titre national. Depuis la Grande finale des Coupes qui s’est déroulée du 27 au 30 juin dernier à Saint-Quentin, c'est désormais chose faite, pour la plus grande satisfaction de Jean-Michel Rapaire, président du CEMC. "C'était notre troisième demi-finale, cela faisait déjà deux années consécutives qu'on sortait à ce stade. A chaque fois ça s'est joué à un cheveu. Là, la chance a tourné en notre faveur, et ça se joue encore à pas grand-chose." La chance, mais surtout une détermination à toute épreuve du quatuor composé de Pia Cramling, Deimante Cornette, Tatiana Dornbusch et Maria Leconte, qui évoluent ensemble en Top 12, le plus haut échelon national. 

Une rencontre de 6 heures et 15 minutes

Mais pour arriver jusqu'à la Grande finale des Coupes, il fallait d'abord en passer par les phases de groupes qui se sont déroulées en mai. Une formalité pour le collectif monégasque qui a remporté ses cinq matchs, s'octroyant par la même la 1ère place de son groupe. A Saint-Quentin, la partie s'annonçait plus compliquée. D'autant que les demi-finales leur avaient réservé une sacrée concurrence avec l'équipe de Clichy, championne de France en titre. 

20190630205108 55a72a33

Si tout semblait bien engagé, après deux victoires sur deux échiquiers, la défaite de Deimante Cornette allait mettre la pression sur Pia Cramling, encore aux prises avec l'ancienne championne du Monde Alexandra Kosteniuk. Seuls une victoire ou un match nul pouvaient encore leur permettre d'accéder à l’étape ultime. Un exploit que la joueuse de 56 ans a finalement réussi au terme d'un match épique de 6 heures 15 minutes et 114 coups (à ce niveau, une partie dure en moyenne quatre heures).

 En comparaison, la finale, face à l'équipe alsacienne de Bischwiller, aura été une véritable promenade de santé. "Les parties se sont vraiment bien déroulées pour nous. Maria Leconte a gagné rapidement tandis que sur les deux premiers échiquiers, les joueuses ont fait match nul. Un autre nul au 3e échiquier nous assurait le gain. Et cet adversaire ne pouvait que perdre…" explique le président du club.

La Coupe de la Parité pour l'équipe mixte 

Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, le club de la Principauté a ramené de Picardie une deuxième récompense, la Coupe de la Parité. Une compétition mettant aux prises seize équipes mixtes (deux femmes et deux hommes) "dont le total des points élos (points de classement, l'équivalent des points ATP au tennis) ne peut excéder 8 000", explique Jean-Michel Rapaire, le capitaine de ce groupe composé de Jean-François Nelis, Patrick Van Hoolandt, Kenia Jose Polanco et Svetlana Berezovska. "Une équipe totalement amateur, même si l'on compte dans ses rangs de très bons joueurs puisque les hommes ont joué pour Monaco en Top 12". Avec un total élos de 7 992, et donc la "meilleure équipe sur le papier", le CEMC s'impose finalement sur un score 3 matchs gagnés et 2 nuls, avec un point de plus au différentiel. 

20190701100437 00f2b1a7

Notons que la fin d'année s'annonce chargée pour les échecs monégasques, puisque la fédération accueillera du 29 novembre au 1er décembre le championnat d'Europe féminin de partie rapide et blitz, puis du 2 au 15 décembre, le Grand Prix féminin, l'une des manches du circuit de la FIDE (Fédération Internationale Des Échecs).

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos