Les Jeux de l'Empire Céleste

Trois carabiniers se sont envolés en octobre pour la Chine. Emmenés par l'adjudant Denis Raymond, Tristan Baldini et Quentin Chiai ont pris part aux VIIes Jeux Mondiaux Militaires organisés cette année à Wuhan. Avec de belles performances à la clé.

Ils sont trois à s'être aventurés de l'autre côté du monde. Deux athlètes et leur chaperon. Tous trois carabiniers. D'un côté, l'adjudant-chef Denis Raymond, chef de mission. De l'autre, Quentin Chiai et Tristan Baldini. Une délégation qui, par sa seule participation à ces Jeux Mondiaux Militaires, a marqué son corps. "Même s'il est certain que nos carabiniers travaillent et prennent sur leur temps libre pour leurs entraînements, les voir partir en Chine a été une vraie fierté", glisse le commandant du corps, Gilles Convertini. Car, contrairement aux autres nations présentes (109 pays, près de 8 000 athlètes), la Principauté de Monaco ne peut se permettre d'avoir des carabiniers dont le seul métier serait celui d'athlète. Une particularité singulière à laquelle est d'ailleurs attachée la compagnie. "Nos athlètes travaillent en même temps. Mais cette spécificité, on va essayer de la garder", glisse Denis Raymond. 

Img 5990

Une originalité permettant à cette petite équipe de ne pas être trop étonnée devant la rigueur de l'organisation. "C'est incroyable. Si la ligne directrice est comme ça (il fait un signe de la main comme pour définir une ligne droite), on ne dévie pas. Les nôtres ont été moins choqués que ceux d'autres nations où les athlètes portent la tenue deux fois par an pour ce genre d'événement", explique l'adjudant-chef, notamment marqué par les barrières mises en place par les Chinois. "Il y avait énormément de blocages au niveau des téléphones, notamment un brouillage monstrueux lors de la cérémonie d'ouverture à laquelle Xi Jinping a assisté. Sur 10 km autour du stade, il y a eu un blackout complet", raconte Denis Raymond. De quoi occasionner quelques bourdonnements et haut le cœur. Pas assez cependant pour connoter négativement cette expérience. D'autant que les garçons ont assuré au niveau sportif.

Des perfs de bon niveau

C'était d'ailleurs la grande crainte de l'adjudant-chef. Est-ce que ses athlètes allaient tenir la dragée haute aux autres engagés ? Quels résultats allaient-ils obtenir ? "Ma seule inquiétude était de savoir quel visage on allait afficher", glisse Denis Raymond. Mais les performances de Quentin et Tristan ont largement eu de quoi le rassurer lui, mais aussi toute la compagnie. "C'est une belle entrée en matière. Ils ont montré qu'ils étaient à leur place", ajoute d'ailleurs le commandant. Et pour cause. Entrés en lice une semaine après leur arrivée, Quentin, sur 10 000 mètres, et Tristan (200 et 400 m) ont fait honneur à leurs couleurs. Quatrième de sa série sur 400 m, Tristan Baldini s'est signalé sur 200 m, où il s'est qualifié pour les demi-finales. 

Img 7453

"C'était une première pour moi en athlétisme à ce niveau. J'ai eu un peu de mal sur la chambre d'appel, mais j'ai pu échanger avec le staff de l'équipe de France, ça m'a aidé. Sur le 400 m, j'ai réussi un bon départ mais ensuite je n'ai pas réussi à mettre de fréquence dans la ligne opposée. Sur le 200 m, je ne voulais pas être ridicule et finir 30 mètres derrière tout le monde et j'ai réussi une belle course en me qualifiant pour les demi-finales. L'ambiance était top, en entrant sur la piste, tu entends 'Monaco, Monaco', on te tape dans la main, il faut savoir rester dans sa course pour profiter du moment après coup", raconte Tristan. Satisfait de ses prestations, il a également vu son collègue réaliser une bonne course. Car, avec une belle 15e place, Quentin Chiai a signé une superbe performance. "J'avais décidé de prendre un départ prudent. J'ai ensuite organisé mon effort tout au long de la course et j'ai remonté les gars un à un, sans m'emballer, parce que je savais que les mecs de devant avaient un niveau plus élevé. Je me suis rapproché de mon record, à 9 secondes, et je pensais finir plus loin dans le classement, donc ce n'est que du bonus", détaille Quentin. 

Rio en ligne de mire

"Je pense qu'ils auraient pu être plus performants, mais ils n'avaient jamais vécu le stress d'un championnat du monde, n'ont pas l'habitude des chambres d'appel, etc. Sportivement, l'inconnu joue. Mais on a montré qu'on était crédible", note Denis Raymond, fier de ses troupes. S'ils ont également pu prendre le temps de visiter quelques coins de Wuhan, dont la ''tour de la Grue Jaune'', le retour a également été marqué par les échanges avec les camarades de la compagnie. Et le regard des athlètes est déjà tourné vers l'avenir. Lors de ces Jeux Mondiaux ont été mis en place les premiers mondiaux militaires d'athlétisme. Une compétition qui aura lieu en décembre 2020, à Rio de Janeiro (Brésil) et à laquelle la Principauté, grâce aux performances de ses athlètes, a d'ores et déjà validé sa participation. De quoi motiver un peu plus les carabiniers à redoubler d'efforts sportifs pour, peut-être, aller s'époumoner sous le soleil carioca dans une petite année… 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos