Cinq semaines en ballon

Un périple au gré de la météo

La météo, le principal aléa de leur aventure. "S'il suffisait de claquer des doigts pour voler, tout le monde ferait du ballon. C'était physiquement éprouvant car même quand on sait que c'est limite, on va se lever à 4 heures du matin, se préparer, aller sur le terrain et lancer de ballonnets pour savoir si les conditions correspondent aux prévisions… Des fois, on est en bordure de perturbations, il faut savoir prendre la décision et surtout savoir dire non", rappelle Alain, qui aura dû également renoncer à voler à Dijon et Nancy. Heureusement, l'escale suivante, à la maison du champagne Jeeper, leur sponsor, allait leur laisser un peu de répit et permettre de faire deux vols. 

Rea 1934

"Mais vu qu'on a perdu du temps avec la météo, on est resté là-bas moins longtemps que prévu, d'autant que les conditions n'étaient pas non plus au rendez-vous. On a dû zapper Arras pour les mêmes raisons. On s'est donc dirigé vers le Domaine de Barbeau, à Fontainebleau, qui appartient à une amie." Là-bas, la chance n'a pas plus souri aux aéronautes, qui ont attendu deux jours avant de reprendre la route, pour les châteaux de la Loire. "On a pu y réaliser quelques vols exceptionnels. On est parti du château de Chaumont, on a suivi la Loire, survolé le château de Chenonceau avant de se mettre en route pour le Mont-Saint-Michel, où on a fait deux vols", relate le pilote. "Il faut savoir qu'il y a une zone d'exclusion de 3 km de rayon autour du Mont. On ne peut le survoler à moins de 1 000 m, donc on a volé à la limite. On a trouvé un endroit avec la complicité des gens du coin, un agriculteur nous a prêté un champ et on a pu décoller et faire la photo avec le ballon et le Mont derrière". 

Rea 2025  1

De quoi emmagasiner plein de souvenirs, car les éléments auront joué contre les Monégasques sur la majeure partie du reste du périple. Après une escale à La Rochelle, puis un vol à Dompierre-sur-Besbre (Allier), le passage dans le Sud-Ouest aura été une longue traversée du désert. "On a eu une météo exécrable, avec des trombes d'eau, du vent... Jusqu'au dernier moment, on y a cru", confirme Alain Cruteanschii. "Après, cela fait partie de l'aventure. La prochaine fois, on partira dans l'autre sens." 

Des projets plein la tête 

Car le président des Aéronautes de Monaco a bien prévu de réitérer "cette expérience extraordinaire", dont il retiendra avant tout "la bienveillance, l'accueil des gens", mais aussi "le partage" et la découverte de lieux insoupçonnés. "C'était à faire et ça sera à refaire. Je ne pense pas l'année prochaine parce que j'aimerais partir aux Etats-Unis, mais dans deux ans. On va refaire ces cinq semaines en ballon. De manière un peu différente, pour ne pas s'épuiser, avec cinq points de chute dans cinq régions. Et on rayonnera à partir de là. Cela fera peut-être plus de route mais en se fixant quelque part, on sera beaucoup moins fatigués". Un projet parmi tant d'autres dans l'esprit d'Alain Cruteanschii, qui aimerait réaliser des vols extraordinaires au départ de Monaco, au pôle Nord ou Sud ou encore traverser les Etats-Unis. Le président du club ambitionne également de franchir encore quelques étapes pour rendre son sport toujours plus propre. 

Rea 0890

Outre leur montgolfière écologique qui, depuis trois ans, permet de réaliser entre 50 et 70% d'économie d'énergie par rapport à un modèle classique, et l'utilisation du biopropane, "quand il en trouve", le club a signé un partenariat avec l'entreprise monégasque de vélo à assistance électrique Stajvelo et un autre avec Ford Monaco, qui leur fournit un véhicule 4x4 hybride, permettant ainsi de diminuer encore de moitié leur consommation de carburant. "Une de nos prochaines étapes sera trouver l'argent pour remplacer nos ventilateurs thermiques par des électriques. On va avoir une nouvelle remorque avec des cellules solaires. La semaine, sur le parking, elle nous permettra de récupérer l'énergie pour recharger le ventilateur que l'on utilisera le week-end." On ne s'ennuie jamais du côté des Aéronautes de Monaco !

Publié le

Page 2/2

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos