Un groupe espoirs maison

Après une année particulière marquée par la pandémie de Covid-19, l'Union Cycliste de Monaco est déjà à pied d'œuvre pour préparer sa prochaine saison. Notamment chez les espoirs, équipe vitrine du club, dont 5 membres seront issus du groupe juniors. Une première.* 

Chaque année, l'équipe espoirs de l'Union Cycliste de Monaco (UCM), arpente le circuit international et français avec pour objectif de voir un de ses coureurs intégrer un team professionnel. La saison 2020, à l'image des autres sports, a été chamboulée par la pandémie de Covid-19, de quoi créer un sentiment de frustration chez les coureurs, comme chez Guido Possetto, le directeur sportif de l'équipe. "Le bilan cette saison est forcément mitigé, comme pour toutes les autres disciplines sportives". Et pourtant, tout avait bien commencé. Après un bon travail hivernal en vue de cette nouvelle saison, les membres du groupe espoirs (Marc Mehagnoul, Alexis Roche, Edouard Bonnefoix, Adam Karl, Joël Washington, Adam Stenson, Guillaume Broudeur, Rémi Cocusse, Maxim Popugayev), ont débuté l'année de la meilleure des manières : par des victoires. 

Img 4058

Dans la roue d'Adam Karl, (une victoire et plusieurs podiums pour lui), l'équipe pouvait nourrir de bons espoirs pour cette saison. Mais tout a été stoppé net par la pandémie et l'arrêt des compétitions, suivi du confinement. "C'est frustrant pour nous et les coureurs. Après l'annonce du confinement, on a dû gérer les retours de nos coureurs étrangers chez eux et mettre en place des entraînements à domicile pour eux, ainsi qu'un suivi", détaille Guido Possetto. 

Reprise et stage de préparation

Une fois le confinement levé et la reprise des activités sportives autorisée, l'UCM a pu réunir une partie de son groupe. "Quand on a pu se retrouver en juin, on a repris les entraînements collectivement avec ceux qui étaient ici, les Européens sont revenus dès qu'on a pu et on a reprogrammé comme on a pu la deuxième partie de saison." Initialement prévue en juillet, cette reprise de compétition n'a réellement eu lieu qu'en août. Ce qui a permis au club de peaufiner leur préparation. "On a ainsi pu partir sur un stage en altitude à Auron, où nous avons passé 18 jours. Cela a été bénéfique pour que tout le monde reprenne une bonne condition physique et arrive prêt pour la ''deuxième'' partie de saison."

Adam Karl 2

Bémol, avec le bouleversement du calendrier, les gros objectifs de la saison, comme le Tour du Val d'Aoste, rendez-vous des recruteurs, ont été annulés. "Notre calendrier étant majoritairement international, on a dû avancer semaine après semaine, pour voir où nous pouvions aller courir, ce qui a engendré pas mal de changements et de coûts. On a essayé de faire au mieux, mais nous avons un calendrier intéressant pour la fin de saison", précise Guido Possetto, qui espère que ces courses seront maintenues. "Cela nous permettrait de sauver un peu notre saison, surtout pour les coureurs." D'autant que trois d'entre eux sont dans leur dernière année espoirs et misaient gros sur cette saison.

Préparer l'après

Si l'année apparaît en partie perdue pour ces garçons dont l'avenir semble incertain, elle aurait aussi pu servir aux deux transfuges du groupe junior ayant rejoint les espoirs en début d'année, Rémi Cocusse et Guillaume Broudeur. "Ils auraient eu besoin de cette année pour prendre un peu d'expérience et progresser, s'en servir comme d'une année de transition pour eux et comme tous les sports on a, entre guillemets, perdu une saison." Si le groupe change partiellement d'une année sur l'autre, il devrait afficher un visage particulièrement jeune l'an prochain. Notamment avec la montée de trois coureurs du groupe juniors.

Img 4119

"Il y a des coureurs avec qui on discute. Certains, à cause de cette année, se posent aussi des questions sur leur avenir dans le sport, les études, le monde du travail, parce que s'il y a une autre année comme ça, ça peut devenir complexe. Ce qui est intéressant pour nous, c'est que cette année on avait déjà eu deux bons jeunes de notre équipe juniors venus en espoirs, sur lesquels on mise beaucoup. L'an prochain, trois autres vont nous rejoindre, avec les frères Vinokourov, Nicolas et Alexandre, et Pablo Sanchez. Ils sont en pleine progression et passent un cap physiquement. Nicolas a d'ailleurs remporté le Tour Paca cette année, comme Rémi Cocusse l'an dernier. On aura donc un groupe assez jeune, avec 5 coureurs sur 10 issus de l'équipe juniors. Ça nous permet aussi de travailler un peu plus sur le long terme." Un rajeunissement de l'équipe qui sera organisée l'an prochain autour du sprinteur Adam Karl, appelé à prendre le leadership du groupe. "On mise beaucoup sur lui, il a montré de grosses qualités au sprint et sur des parcours accidentés. Il devrait être notre tête d'affiche sur les grosses courses internationales."

Continuer de grandir

Le calendrier international concocté chaque année par Guido Possetto est d'ailleurs l'une des forces de l'UCM. France, Espagne, Italie, les terrains de jeu sont nombreux pour ces cyclistes en devenir. D'autant que le club est aussi régulièrement invité sur des courses d'envergure. "On était invité sur la Carpathian Race (Pologne, Slovaquie, République Tchèque), donc on a des possibilités de développement en dehors de nos courses habituelles pour permettre à ces coureurs-là de s'exprimer sur des courses d'horizons différents. Avec le développement du calendrier Continental et des équipes, il faut être prêt à faire ces déplacements-là." De quoi nourrir aussi des ambitions au niveau de l'UCM, qui pourrait un jour accéder au titre d'équipe Continental. "Ça peut être envisageable un jour et ça permettrait à nos jeunes de participer aux plus belles courses, mais ça voudra dire qu'on aura franchi un pallier, qu'on pourra investir et qu'on montera en gamme. On ajoute des pierres à l'édifice tous les ans, c'est notre philosophie et ce travail nous permettra, peut-être un jour, d'accéder au plus haut niveau possible."


*Article issu du magazine, Code Sport Monaco N°49. 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos