Laurent Benso, champion !

Le pilote de Simracing de Monaco eSports a remporté le titre mondial au terme de cette saison GTE Endurance sur la simulation Iracing. Deux autres pilotes de l'écurie monégasque ont brillé, avec Bastien Mattler (8e) et Bastien Viau (14e).

Si le monde du sport est encore globalement à l'arrêt compte tenu des conditions sanitaires actuelles, celui du eSports lui, peut facilement continuer. Et les licenciés du Monaco eSports Club l'ont bien compris, à commencer par Laurent Benso. Pilote, notamment engagé sur la simulation Iracing, il a particulièrement brillé cette saison en GTE Endurance. 

A l'issue des six courses de son championnat, il a tout simplement réussi à prendre la première place du classement, de quoi récompenser une belle saison malgré quelques pépins, comme le détaille Ludovic Pezé, directeur Simracing au sein du Monaco eSports Club. "Il s'est imposé dans les derniers instants de la dernière course de la saison. Il aurait sans doute pu s'imposer avec une plus grande marge, car il a connu quelques soucis durant l'année, avec des abandons.

Des propos corroborés par Laurent Benso. "C’était une saison pleine de rebondissements avec tellement de déception, deux victoires qui m’échappent à cause d'erreurs de stratégie ou de malchance ! Il a fallu s'imposer devant le leader du championnat lors de la toute dernière course pour seulement 55 millièmes, pour ainsi lui subtiliser la première place Mondial du championnat GTE endurance et le remporter !"

Capture D Ecran 2020 12 09 A 15 32 42

Comme en vrai

S'il apparaît particulier de parler d'abandon pour des courses virtuelles, c'est avant tout parce que les simulations se rapprochent au plus près de la réalité, comme le détaille Ludovic Pezé. "Ces simulations sont très réalistes. On peut avoir des casses mécaniques, un accrochage avec un autre concurrent qui provoque une crevaison, casser une suspension, tout ce qui arrive dans la réalité peut se retrouver en simracing."

Réglages de la voiture, gestion de la course, tout est fait pour que ces versions jeux vidéos s'approchent au plus près de la réalité, d'où le terme plus approprié de simulation. Et comme pour la réalité, les pilotes peuvent envisager de passer professionnel. C'est d'ailleurs l'ambition de Laurent Benso et de son club. Car l'obtention de ce titre le met en bonne position pour monter d'une division, à l'horizon 2021 ou 2022. "C'est une chose importante, car l'obtention d'une licence pro (il y en 40 par an) change tout pour la visibilité du pilote, on a plus d'outils et de facilités pour s'entraîner, on devient plus compétitif", glisse Ludovic Pezé.  En lice cette année dans ce qui s'apparente à la troisième division (la 1e et la 2e étant réservées aux pros), Laurent Benso a désormais les yeux rivés sur l'étage supérieur. 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos