L'Etoile est en demie

Pour la dernière journée des poules du TOP 12, l'Etoile de Monaco a aligné une quatrième victoire en autant de rencontres. Vainqueur d'Orléans (30-18), le club se qualifie pour les demi-finales pour la deuxième année consécutive.

Parmi les 12 duels de la rencontre, l'Etoile de Monaco n'avait besoin d'en remporter que 5 pour rejoindre les demi-finales du TOP 12. Mais à domicile, dans un espace Saint-Antoine survolté, les gyms de Thierry Aymes ne se sont pas contentés du service minimum. Les Monégasques ont brigué 9 duels, n'en laissant échapper qu'un par agrès (saut, arçons, barre fixe). 

Img 7950

Et pourtant, l'Etoile a dû affronter un coup dur avant même la rencontre avec l'absence de l'Ukrainien Oleg Verniaiev, vice-champion olympique du concours général à Rio en 2016. "On a appris le forfait de notre étranger. Forcément avec une telle nouvelle quelques jours avant le match, on peut être touché moralement. Mais là, personne n'a lâché", explique Julien Gobaux, le leader monégasque. 

Img 8468

Face à Orléans, Monaco ne s'est donc présenté qu'avec des habitués de l'Etoile. "C'est un club familial, on est plus que des potes. On ne bosse pas pour nous, on bosse pour l'équipe. C'est aussi ce qui fait notre force. Ça ne fait pas gagner un match, mais ça peut faire la différence", ajoute-t-il. Et sur cette rencontre, envie et esprit de corps ont contribué à faire la différence. 

L'Etoile en maîtrise

Dès le début de la compétition, les Etoilistes ont fait forte impression. Kévin Crovetto a parfaitement lancé son équipe avec un saut évalué à 12,95 points (contre 12.3 pour son adversaire, Louis Reno). Derrière, Julien Gobaux (14,05), Romain Chapelle (13,15) et Arnaud Dubien (13,15) ne se sont pas manqué. Des performances qui ont poussé Orléans à prendre des risques. 

Img 8098

"Kévin a réalisé d'entrée un très beau saut. Ils ont essayé de nous contrer en gardant leurs meilleurs sauts et leur tactique n'a pas marché. Après on savait que Julien allait gagner le sien, parce qu'on choisissait quand on le faisait passer. Deux duels, c'était déjà bien, j'étais content, et Arnaud est venu prendre le sien pour nous faire passer devant avec trois duels gagnés sur 4", se félicite Thierry Aymes, l'entraîneur de l'Etoile.

Img 8214

C'est ensuite sur un agrès compliqué que les gymnastes des deux équipes ont donné de leur personne. Au cheval d'arçons, déjà très éreintant physiquement et auquel il fallait ajouter l'enjeu de cette dernière journée, la différence s'est faite sur la justesse de réalisation. Du côté monégasque, la propreté a primé là où les Orléanais ont chuté (Maxime Guillard et Louis Reno). Sans flancher ni se déconcentrer, les ouailles de Thierry Aymes ont fait le job et le public a également pu apprécier le travail fait auprès des jeunes puisque Hugo Villeneuve, 15 ans, a réalisé, malgré une chute, un passage porteur pour l'avenir aux arçons. 

Img 8278

Bien lancés par Julien Gobaux (toujours invaincu, 30 duels remportés sur 30 disputés en Top 12), vainqueur de Timothy Voisin-Ruffier (13.55 à 13.25) aux arçons, les gyms de l'Étoile ont été précis dans leurs mouvements pour l'emporter. Dans la foulée de Gobaux, Kevin Crovetto a lui aussi remporté son duel et Lilian Piotte a fermé la marche, réalisant au passage un mouvement très propre. Crédité d'un neuf en exécution, il a ainsi apporté un sixième duel victorieux à son équipe. De quoi valider dès cet instant la qualification de son équipe en demi-finale de Top 12.

Faire mieux que l'année dernière

C'est à la barre fixe que la journée allait se terminer. Un agrès sur lequel les Etoilistes "étaient un peu au-dessus" selon Thierry Aymes. Et la donne s'est vérifiée au fil des passages. Comme au saut de cheval, Kevin Crovetto a ouvert le bal et forcé ses adversaires à aller chercher une grosse note pour le battre, grillant ainsi une cartouche pour la suite.

Img 8386

Une donnée tactique payante puisque sur les trois duels supplémentaires, les Monégasques les ont emportés à chaque fois, gagnant ainsi ce match sur un score large (30-18). "Les garçons ont fait un super travail. Je ne peux pas dire parfait, parce que ça ne l'est jamais, mais on est satisfait. C'est le travail qui paie aujourd'hui", s'est d'ailleurs réjoui le coach monégasque.

Img 8446

Deuxième meilleur premier derrière Antibes, l'Etoile de Monaco sera donc opposée à Sotteville-lès-Rouen (3e) pour les demi-finales. Les deux équipes étaient dans la même poule l'année dernière et les Monégasques s'étaient imposés à domicile (29-19) comme à l'extérieur (32-16). Pour Thierry Aymes, la tâche s'annonce plus compliquée cette saison. 

Img 8461

"Ils sont plus forts que l'an dernier. Ils avaient deux gyms qui étaient jeunes et qui depuis ont pris beaucoup d'expérience. Avec eux deux et leurs vieux briscards, ça va être compliqué", analyse-t-il. Mais l'ambition de l'Etoile est claire : faire mieux que cette 4e place en 2019. "Maintenant, il ne manque plus qu'à aller chercher une médaille. C'est le seul et unique objectif", précise Lilian Piotte. Alors rendez-vous les 29 février à Sotteville et 21 mars à l'espace Saint-Antoine pour les demi-finales. 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos