10 jours à Tokyo

Trois jeunes gymnastes du Fémina Sports de Monaco sont parties en stage au Centre National de Tokyo. Dix jours pour découvrir de nouvelles méthodes.

Une opportunité unique. Au Centre National de gymnastique de Tokyo, Tess Fabre, Manon Durand et Joana de Freitas ont participé à un stage. Dans la ville des prochains JO (24 juillet - 9 août), dans la salle d'entraînement de l'équipe nationale japonaise. Et les trois jeunes gymnastes, âgées de 10 à 14 ans, ont su profiter un maximum de cette expérience. "Elles ont adoré. Elles ont compris que c'était exceptionnel et que c'était une grande de chance de pouvoir vivre ça. Elles ont aussi fait une immersion dans le monde japonais. Et c'est ça le sport aussi, voyager et découvrir des cultures différentes", explique Kimberly Arnulf, manager du Fémina Sports, partie avec le trio.

Apprendre de nouvelles méthodes

Img 4608

Pendant dix jours, les gymnastes du Fémina Sports de Monaco ont pris part au programme "Sport For Tomorrow" du conseil des Sports du Japon. Un programme créé après l'obtention des Jeux 2020 et visant à motiver les jeunes sportifs pour les prochaines olympiades. Au cours du stage, les Monégasques ont découvert les méthodes d'entraînements japonaises. "Un entraîneur de l'équipe nationale japonaise a été détaché pour nos gymnastes. Ils font beaucoup de travail de placement et de préparation et c'est ce qu'on a pu bosser. Leurs méthodes sont très précises. Ils prennent leur temps et laissent à leurs athlètes le temps de réfléchir et de comprendre", détaille Kimberly Arnulf. Et si Kohei Uchimura, triple champion olympique et décuple champion du monde, est la parfaite illustration de ces méthodes, les jeunes gymnastes ont aussi pu l'observer s'entraîner.

Se découvrir

Img 4181

Tout est parti du Forum Peace and Sport, en décembre dernier, et d'une rencontre avec le président de la Fédération Internationale de Gymnastique. "Nous avons discuté avec Morinari Watanabe (président de la Fédération Internationale de Gymnastique) et il a désiré permettre à trois jeunes de la Principauté de partir en stage. Alors, on a choisi Tess et Manon. Et puis, n'ayant pas de troisième gymnaste de nationalité monégasque avec un niveau conséquent pour ce genre de stage, on est parti avec Joana, une enfant du pays", raconte leur coach. L'objectif est simple. "C'est pour les motiver, pour leur dire qu'elles aussi ont du talent. On voulait leur montrer qu'avec du travail, elles peuvent aussi accéder à ce genre de niveau et espérer un jour représenter leur pays", ajoute-t-elle. Le début d'un long parcours pour emmener une première gymnaste monégasque aux Jeux olympiques ?

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos