Jacques Choynowski a pris sa retraite

Jacques, ou Jacek, en version originale, Choynowski a pris sa retraite en ce début d'année 2015 à l'âge de 65 ans. Son départ de la salle de musculation du stade Louis-II, dont il était le responsable, va laisser un grand vide derrière lui.

Lundi 26 janvier, 14 heures. Lors de notre arrivée au stade Louis-II, c'est un homme en jean et complet chemise-veste-cravatte qui nous accueille avec un petit buffet. Cet homme, c'est Jacques Choynowski, le responsable de la salle de musculation. Et le buffet, il est pour son départ en retraite. Car c'est la dernière journée de l'entraîneur. "Personne n'est éternel, et je suis en fin de contrat," nous explique-t-il d'emblée. Un jus d'orange et un café plus tard, il est temps de replonger dans son passé, sans oublier d'évoquer son avenir.

Du sportif à l'entraîneur

D'origine polonaise, Choynowski a toujours fait du sport, lui qui est issu d'une famille renommée dans son pays. "Du décathlon, du basket, de la natation, du hockey sur glace, et tout cela à haut niveau." Sa rencontre avec son entraîneur de boxe va changer beaucoup de choses. "Mon coach a su me cerner. Nous étions devenus très proches. L'année du championnat de Pologne, j'avais 6 combats de prévus et je m'entraînais cinq heures par jour. 

Mais c'était aussi l'année du bac. À la moitié de l'année, je me suis retrouvé avec huit zéros. Mon père a posé des coupures de presse sur mon bureau. Elles concernaient d'anciens champions de boxe polonais qui ont fini criminels. Et il m'avait écrit un mot, "c'est peut-être comme ça que tu t'inscriras dans l'histoire de la Pologne." Suite à une discussion avec son entraîneur, Jacques Choynowski abandonne alors la boxe pour se consacrer à son examen, qu'il obtient avec mention. "J'ai ensuite intégré l'académie des sports, où tout s'est enchaîné."

Natation, médaille, France

Sa carrière d'entraîneur, Jacek la voit décoller avec l'équipe nationale de natation de Pologne. La consécration arrive en 1980, lors des Jeux d'été de Moscou, avec la première médaille polonaise en natation (Agnieszka Czopek, bronze sur 400 m 4 nages). Choynowski débarque en France en 1981. "J'ai trouvé un poste d'entraîneur, toujours en natation, à Nice, et j'ai donné des conférences à l'université." Mais c'est à Monaco qu'il va définitivement s'installer quelques années plus tard.

Nous sommes alors en 1987, et la salle de musculation du stade Louis-II n'est pas encore ce qu'elle est aujourd'hui. "C'est Madame Yvette Lambin-Berti qui m'a fait venir pour la mettre en place." Un espace qui va d'ailleurs servir aux deux clubs professionnels que compte Monaco à cette époque, l'ASM FC et l'ASM basket. "Parmi les joueurs que nous avons eus ici, il y a notamment eu les Henry, Trezeguet, Thuram, Petit, Scifo, Klinsmann, Hoddle ou encore Robert Smith".

De Lindsey Vonn aux Saluki

En regardant dans le rétroviseur, Choynowski a du mal à mettre en avant un champion plutôt qu'un autre, tant il en a entraînés. A l'image de l'Américaine Lindsey Vonn, qui a relevé les défis qu'il lui avait lancés, parmi lesquels celui de glaner 5 victoires dans 5 disciplines différentes. "Aujourd'hui, 5 filles ont réalisé ça, dont trois que j'ai entraînées (Lindsey Vonn, Anja Parson et Pernilla Wiberg)."

Alexandra Coletti a elle aussi fait partie des skieuses dont s'est occupé l'ancien prof d'EPS. "C'est un incontestable talent, mais qui a joué de beaucoup de malchance, notamment au niveau des blessures." Désormais retraité, il va pouvoir profiter de ses petits-enfants, mais aussi s'adonner à sa nouvelle passion, les chiens Saluki (lévriers persans). Accompagné de ses trois chiens, c'est un entraînement quotidien qui l'attend dans le but de remporter de nouveaux titres lors des concours de beauté canins.

Toute l'équipe de Code Sport Monaco souhaite à Jacques une belle retraite, aussi exceptionnelle et palpitante que l'a été sa vie professionnelle. Il a su, par sa générosité et son professionnalisme, faire de la salle de musculation du stade Louis-II un rendez-vous couru de beaucoup de sportifs et autres personnes soucieuses de leur physique.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :