Fédération monégasque de patinage : lames d'artistes

Les derniers championnats de patinage de Monaco ont à nouveau montré la fédération monégasque de patinage sous son meilleur jour. Du mois de décembre à début mars, les jeunes patineurs du Rocher s'entraînent d'arrache-pied sur la patinoire du stade nautique pour représenter leurs couleurs dans la région.

La joyeuse bande a débarqué un 1er mai dans nos locaux. Sous l'œil du chef d'orchestre de la Fédération, Joseph Zorgniotti, officiellement secrétaire général de l'entité, "la dream team", comme il l'appelle, s'est livrée sur sa passion. 

Mais pas seule. Avec maman, papa ou encore la copine et bien sûr Laurence Thomas, professeur de patinage artistique du club de Nice Baie des Anges, détachée à Monaco. C'est ainsi accompagnés que la princesse Alexandra de Hanovre, Chelsea Bouilly, Davide Lewton-Brain et Issei Muraki ont évoqué leur passion.

Inspiré par Candeloro

Chacun prend un siège, on est entre nous. On entre dans le vif du sujet avec ces grands timides qui ne vont pas tarder à devenir bavards. "Moi, c'est en regardant des vidéos de Philippe Candeloro que j'ai eu envie de faire du patin à glace", déclare Davide, 14 ans. "Tu sais que je l'ai entraîné quand j'étais plus jeune ?", s'exclame Laurence, la coach.

"J'ai commencé en 2008. Ça n'a pas surpris mes parents que je me tourne vers une activité artistique parce qu'ils ont longtemps été danseurs étoiles pour le ballet de Monte-Carlo", reprend le blondinet. La princesse Alexandra, 13 ans, ouvre de grands yeux bleus et poursuit les présentations, avec une petite voix : "J'ai eu des patins pour Nöel, en 2010. Ça m'a donné envie de commencer les cours." 

À sa gauche, Chelsea, 14 ans, explique : "Tout a commencé lorsqu'avec mon frère, on a assisté à une séance publique à Monaco. J'ai tout de suite voulu essayer." Idem pour Issei. "C'est de voir un spectacle qui m'a donné envie." Le garçon de 12 ans patine depuis 2008.

150 Monégasques inscrits

"La Fédération un pris un réel essor", déclare Joseph Zorgniotti. "Nous sommes passés de 35 licenciés en 2002 à 150 pour la saison 2011-2012." À l'image de ces quatre jeunes patineurs, beaucoup d'enfants sont attirés par cette discipline qui allie à la perfection grâce et technique. 

"On est obligés d'en refuser parce qu'on n'a ni les structures adéquates, ni assez d'encadrants. Et on ne prend les enfants que de 5 à 15 ans parce qu'au-delà, cela demande un entraînement de plus haut niveau que l'on ne peut pas assurer", déplore le secrétaire général. De ce fait, l'école de patinage, ouverte les lundis, mardis et jeudis de 18 heures à 20 heures, est réservée aux habitants de Monaco. 

Une patinoire à l'année, le rêve…

La situation de la section est un peu particulière. Monaco ne bénéficie pas d'une patinoire à l'année, uniquement de celle éphémère installée au stade nautique Rainier III, sur le quai Albert 1er, de décembre à mi-mars. "Cela complique beaucoup l'entraînement pour nous", précise Laurence Thomas. 

"D'autant que depuis 2011, nous participons à plusieurs compétitions régionales notamment à Nice, Gap, Toulon, Briançon et Avignon." Plus on grimpe dans les niveaux et la difficulté, plus on a besoin de plages d'entraînements longues et fréquentes. "Pour les enfants qui souhaitent continuer de s'entraîner, ils peuvent venir à Nice deux fois par semaine, pour suivre des cours d’une heure et demie", assure la coach. 

"En pleine saison, on s'entraîne trois fois par semaine à Monaco et deux fois à Nice", insiste Davide. On entend les deux jeunes filles chuchoter puis lancer à leur tour, avec l'aplomb de la passion : "Nous on y va aussi le dimanche matin et le lundi après les cours !" Voilà qui est dit. 

"Le mieux, ce serait d'avoir une patinoire à Monaco", articule Davide. "Oh oui, une grande !", s'empresse Chelsea. "On pourrait y aller avant et après les cours", poursuit-elle. "Plutôt après…", tempèrent les deux garçons. La perspective de disposer d'une patinoire en terres princières a le mérite de coller un large sourire sur chaque visage de l'assemblée. 

Page 1/2

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos