Skating Club of Monaco : Et maintenant le curling !

Le Skating Club of Monaco (SCOM) se lance un nouveau défi en créant une section curling. Avec succès puisqu'environ une soixantaine de personnes sont venues tester cette discipline.

Rendez-vous était pris en nocturne à la patinoire du stade Rainier-III. A l'heure où les jeunes patineurs de Christine Sabbatini tirent leur révérence, c'était au tour de la section curling de faire son entrée sur la glace. La dernière-née du Skating Club of Monaco aura vécu une première saison satisfaisante puisqu’ils ont été une soixantaine de curieux au total à venir s’essayer à la discipline lors des six initiations organisées le mardi soir. Une façon de débuter en douceur, mais sur de solides bases, une aventure que le club souhaite pérenne. "On voulait créer une section pour inciter à la demande. Le plus difficile, quand on commence, c'est de se faire connaître. Et plus on va en parler, plus on aura de monde, mais aussi de plus en plus jeunes", explique Franck Nicolas, le président du SCOM, qui compte bien appliquer à son nouveau projet la formule qui a fait le succès des trois autres disciplines.

Erika Tanaka Csm 2019 Curling 1

Echecs sur glace

Ça a beau encore piquer côté température ce soir-là, ils sont pourtant venus nombreux. Venus nombreux pour ? Une initiation au curling en compagnie de Bruno, le coach, et Jacques, "deux anciens joueurs de hockey qui se sont intéressés au curling et ont envie de donner un coup de main pour développer ce sport ici", explique le président. Mais avant de pouvoir taquiner la pierre, il fallait remettre en condition une glace quelque peu malmenée par les patins des fines lames du SCOM. "On a enlevé de la neige. Une vraie piste de curling, c'est un miroir", précise Bruno tandis que Jacques arrose la piste de gouttelettes d'eau bouillante. "Elles permettent de créer de petites bulles pour mieux faire glisser la pierre. On le fait même sur les pistes professionnelles", souligne le coach, avant de faire un rappel des règles de cette discipline qui se pratique par équipe de quatre (hommes, femmes, mixtes ou double mixte, sans oublier l'handisport). 

Erika Tanaka Csm 2019 Curling 14

Le principe ? Plutôt simple. Les joueurs des deux équipes alternent et doivent réussir à placer leurs deux pierres le plus près possible d'une cible circulaire appelée "maison". L'équipe la plus près obtient un point pour toutes les pierres mieux placées que la meilleure pierre de son adversaire. C'est d'ailleurs ce qui explique que cette discipline soit souvent comparée à de la pétanque sur glace, le carreau en moins. Pour le coach monégasque, joueur et arbitre de hockey depuis des décennies, c'est plus "un jeu d’échecs sur glace, qui nécessite technique, glisse et stratégie de jeu. C'est pour cela que j'ai accroché il y a quatre ans", explique celui qui participe aujourd’hui à un tournoi par mois et envisage de passer son diplôme d'arbitre.

Un coup à prendre

La piste prête, l'initiation peut enfin commencer. La semelle de glisse sous un pied, le deuxième sur le start, les fesses en l'air, le stabilisateur dans une main, la pierre dans l’autre. Il ne reste plus qu'à s’élancer avec son pied d’appui avant de propulser la pierre. Un pierre qui fait tout de même près de 20 kilos. Si cela semble simple en observant les initiateurs, garder l'équilibre n'est pas chose aisée. Un coup à prendre qui vient avec la répétition du mouvement rassure le coach, alors qu’on se prête à l’exercice, avec plus ou moins de succès. 

Erika Tanaka Csm 2019 Curling 6

D'ailleurs, sur la quinzaine de curieux présents ce soir-là, on a vite fait de repérer ceux qui n'en sont pas à leur coup d'essai et les autres, qui se lancent avec plus de timidité. "On a une petite sensation de manque de stabilité. On ne sait pas trop quoi faire des jambes, mais après ça passe. Et au final, on glisse", confie Christelle, après sa première en curling. Après quelques passages, l'assurance aidant, certains s'essayent même au balai, sous les encouragements des amis et collègues. Les "frotte, frotte" retentissent alors sur la patinoire. Il ne manque plus que le quatrième membre de l'équipe. "Un dirige, un jette et les deux autres balaient, rappelle Bruno. Ces derniers ont deux objectifs : chauffer la glace pour aller le plus loin possible, et surtout là où le capitaine l'a décidé, et garder la trajectoire de la pierre. Si on arrête de balayer, elle s'en va. N'oublions pas que curling, ça vient de "curl" (courbe en anglais)." 

Ce soir-là, pas de simulation de match. Mais le club espère bien que ce premier contact lui amènera plus de licenciés l'an prochain, pour pouvoir, à terme constituer, son équipe et viser haut. Très haut. "Pour être très honnête, si un jour on veut aller vite aux Jeux avec une section du SCOM, c'est le plus facile. C'est stratégique. Si on peut y envoyer une équipe, cela justifie de la création de la patinoire", souligne Franck Nicolas. Alors des amateurs ?

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos

Lexique pratique

Curleur : joueur de curling.Piste : zone de jeu de 45 mètres de long qui peut être utilisée dans les deux sens.Maison : zone circulaire vers laquelle les pierres sont lancées. Elle est composée de quatre cercles différents : le plus large, généralement bleu ou rouge, d'un diamètre de 3,66 mètres, qui délimite la maison, un autre de 2,44 mètres, un de 1,22 mètre et enfin d’un ultime cercle de 0,3 mètre de diamètre au centre, appelé bouton. L’objectif étant de placer la pierre le plus près possible de ce dernier.Appui-pied ou start : base dont les joueurs se servent pour amorcer leur lancer. Il est placé à 38,1 mètres du centre de la maison.Ends : ce sont les manches. Il y en a dix par partie, celle-ci pouvant durer jusqu'à 2 heures 30.