Ça patine à monaco

"Un challenge à relever", Jean-Christophe Simond, entraîneur

Ancien entraîneur de Brian Joubert, notamment, Jean-Christophe Simond est désormais l'entraîneur des patineurs monégasques.

Quand êtes-vous entré à la Fédération et au club de patinage monégasques ?

Ça fait longtemps que je gravite autour de la Fédération, en tant que membre du bureau. Avec Edmond Pizzi (ancien président), on a aidé à mettre en place les premières structures. Et en tant qu'entraîneur à plein temps, je suis arrivé au club en septembre. Mais j'avais déjà fait quelques petites interventions. 

Pourquoi avez-vous choisi de venir entraîner à Monaco ?

Parce que je pense que c'est un challenge intéressant à relever, c'est quelque chose de tout nouveau. Un club s'est créé, avec des projets de pérennisation en terme de durée d'utilisation d'une patinoire. Tout ça fait que le défi me plaît, et par-dessus tout, c'est mon pays.

Vous avez été huit fois champion de France et deux fois vice-champion d'Europe, vous avez aussi entraîné le champion du monde Brian Joubert, n'est-ce pas frustrant de ne plus côtoyer le haut niveau ?

Non, justement, parce que j'ai fait un petit peu le tour de tout ça. Maintenant, je pars sur d'autres bases, avec des patineurs d'un niveau certes inférieur, mais ça ne veut pas dire que c'est moins intéressant. Cette année, nous avons environ 150 licenciés, dont un groupe de compétiteurs très doués.

Quelle figure pourriez-vous expliquer aux lecteurs ?

Il y en a une que vous allez tous reconnaître, c'est l'Axel. C'est le seul saut dont le départ se fait en marche avant. Après, il y a le double et le triple Axel. Ce qui fait la différence, c'est le tour de plus, sachant qu'un Axel simple, c'est un tour et demi, avec une réception en arrière. Après, le plus simple à identifier, ce sont les pirouettes debout ou assises, lorsqu'on garde les pieds sur la glace et que l'on tourne sur soi.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos