Le Ravera  a tenu ses  promesses

Les 21 et 22 septembre derniers, le Club Bouliste du Rocher a accueilli son Challenge Denis Ravera. Destinée aux jeunes U18 et U23, cette compétition de boules lyonnaises a attiré cette année encore l'élite mondiale de la discipline, venue se tester à l'aube du championnat du monde.

Après 11 éditions (12 si l'on compte le championnat du monde – Denis Ravera organisé en 2016 en Principauté), le Challenge Denis Ravera s'est imposé comme l'un des événements incontournables du calendrier international pour les jeunes joueurs de boules lyonnaises. Il faut dire qu'en dehors de championnats d'Europe ou du monde, aucun autre événement ne ressemble à celui-ci. "Au niveau des jeunes, il y a ce qu'on appelle les quadrangulaires qui regroupent les nations fortes - la France, l'Italie, la Croatie… -, mais une compétition internationale qui rassemble autant de pays avec des objectifs différents, il n'y a que le Ravera", rappelle Dominique Verger le directeur sportif du club et également membre du comité directeur de la Fédération Internationale de Boules (FIB). "Ils viennent ici, ils sont ravis du package, des jeux et de la qualité du plateau". I

Img 7417

l faut dire aussi que le Ravera s'inscrit toujours en amont d'une compétition internationale majeure et "pour toutes les grandes nations, c'est un moyen de se jauger". Ce que confirme d'ailleurs Zan Sodec, joueur de l'équipe de Slovénie, la nation vainqueur de cette édition 2019, qui y participait pour la 7e fois consécutive. "C'est un bon entraînement pour les championnats du monde à venir. Ce challenge est chaque année plus intéressant".

L'élite mondiale

A la veille des Mondiaux d'Alassio, en Italie (du 24 au 28 septembre), ils étaient donc nombreux à s'être déplacés des quatre coins du monde : Russie, Argentine, Libye, Australie, Monténégro, Japon… "Il y avait 18 nations et avec un haut niveau de performance, parce qu’on avait les meilleurs Européens et d’Amérique Latine", souligne le directeur sportif. Sur les terrains du CBR et du Club Bouliste Monégasque, la quantité et la qualité étaient donc toutes deux au rendez-vous. De quoi promettre du beau spectacle sur les trois épreuves - double, tir rapide en relais et tir de précision – de cette compétition réservée cette année aux catégories U18 et U23. 

Img 9419

Et ce sont les épreuves de doubles qui dès le samedi matin ont donné le coup d'envoi de ce week-end intense, orchestré avec minutie par l'équipe du CBR et les nombreux bénévoles qui répondent toujours présents à l'appel du club. "J’ai apprécié l'implication de l’équipe des bénévoles, de voir toute la vie qu’on a créée autour de cet événement. S’il y a bien un moment de rassemblement et d’unité, c’est le Ravera. C'est important", précise Dominique Verger. Et ce n'est pas la pluie qui, cette année encore, a joué les trouble-fêtes dès le samedi après-midi, qui sera venu gâcher ce grand rassemblement. Et ce, même si elle a privé le CBR des phases finales à domicile, obligeant à rapatrier tout le monde au Boulodrome Rainier-III. 

Une finale pour les Monégasques

Au milieu du gratin de la discipline, on retrouvait également une délégation monégasque. Cette jeunesse formée au club, qui figure aujourd'hui dans le Top 10 mondial, avait à cœur de bien figurer sur son terrain de jeu. Et elle a montré de belles choses, pour la plus grande satisfaction de son directeur sportif. "Notre délégation a été très performante hier. Pour les U18, l’événement était peut-être un peu lourd à porter au départ, mais au fur et à mesure ils se sont lâchés", relate Dominique Verger. "Emmanuel Maurin et Louis Raspaud atteignent tous les deux 26 points en tir de précision et finissent premiers des qualifications. C’était vraiment surprenant et je pense que cela nous a permis de nous positionner par rapport aux autres nations". 

1 Medailles Mon

Si les épreuves du lendemain en tir de précision n'auront pas autant souri aux boulistes monégasques, une paire rouge et blanche a tout de même réussi à tirer son épingle du jeu. Celle de Gianni Bresciano et de Théo Straus, la dernière recrue du club. Après avoir déjà atteint les demi-finales en double, la paire s'est hissée jusqu'en finale du tir rapide en relais. "Sur le plan sportif, on a une équipe double compétitive. Ils sont très complémentaires, leurs tempéraments vont leur permettre une bonne osmose. C’est très prometteur". En effet, avec 49 tirs réussis sur 56 durant cette épreuve de 5 minutes, ils signent là leur meilleure performance ensemble. Et même si l'or leur échappe d'un rien à cause d'une paire croate très en forme (51 tirs réussis sur 58), "c’est motivant pour l’avenir", annonce Gianni Bresciano. "On peut se dire qu’on n’est pas très loin des grandes nations des boules et qu’il faut continuer à travailler, à toujours progresser et aller de l’avant et qu’un jour, on gagnera". C'est de bon augure pour la suite.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos