''De l'ombre à la lumière''

Ils ont été dénichés par Laurent Puons. ''Ils'', ce sont les membres de la Team Monaco Boxe. Un groupe d'athlètes passés professionnels et licenciés à la Fédération Monégasque de Boxe. Un groupe mené par Laurent Puons avec la volonté d'aller chercher des titres.

Laurent Puons est un passionné. Un vrai. Son arrivée dans la boxe monégasque est en partie dûe à sa passion. En devenant président de la Fédération Monégasque de Boxe (FMB), un "retour à ses amours de jeunesse", comme il nous l'avait confié après son élection, le but était aussi de voir boxer de jeunes athlètes de la Principauté et d'organiser des réunions à Monaco. En quatre ans, 14 soirées ont ainsi eu lieu. Et au fil des éditions, des boxeurs professionnels ont rejoint la FMB. L'étape suivante était donc de mettre en place une équipe regroupant ces pros sous licence monégasque. Et c'est ainsi qu'est née la Team Monaco Boxe (TMB). 

Mbc14 32

"C'est une team comme on en voyait à l'époque, comme la Team Canal+ ou la Team Asloum. C'est placé sous l'égide de la FMB, les boxeurs y étant licenciés, et ça me permet d'avoir des boxeurs de qualité qui ne sont pas forcément licenciés à l'ASM ou domiciliés à Monaco", explique Laurent Puons, directeur général de la TMB. Une mission dans laquelle l'assistent Jacques Patrac, dont le rôle est d'organiser les matches (matchmaker) et Florence Pastorelli, "qui s'occupe de l'aspect administratif et les appelle parfois pour qu'ils n'oublient des petites choses, comme leur certificat médical, parce qu'ils n'y pensent pas toujours" , glisse rieur Laurent Puons.

Le choix du cœur

Si quelques boxeurs sont passés par la TMB avant de voguer vers d'autres horizons, ils sont aujourd'hui cinq à faire partie de l'équipe de la Principauté. Christ Esabe, Khalil El Hadri, Rachid Chaoui, Florian Montels et la jeune Victoire Piteau. Quatre garçons et une demoiselle donc, même si le boss du TMB n'était pas forcément très chaud à l'idée de s'orienter sur la boxe féminine. "J'ai hésité au départ. J'étais un peu contre la boxe féminine, puis j'ai fini par dire oui. Elle est adorable et dispose d'un gros potentiel", note Laurent Puons à propos de la seule fille du groupe. Parmi ses particularités, le TMB est un groupe de boxeurs répartis dans différents clubs. "Chacun est dans son club d'origine. Christ et Khalil sont au BAM l'Héritage aux Mureaux, Rachid au Levallois Sporting Club, Victoire est entraînée par son père et Florian est chez les frères Patrac à Agde. Il y a une vraie collaboration avec tout le monde, donc il n'y a pas d'esprit business entre nous, ça occulte un grand nombre de problèmes", détaille Laurent Puons. 

Mbc14 102

S'il est en contacts réguliers avec les entraîneurs de chacun de ses poulains, le DG du TMB est très attaché à ses boxeurs. Et cela se retranscrit également dans ses décisions. Car, lorsqu'on demande à Laurent Puons comment il choisit les boxeurs qui intègrent son équipe, l'humain arrive rapidement. "Il y a leur boxe, bien sûr, mais c'est aussi une question d'histoire. Par exemple, si on regarde Khalil et Christ, ça remonte à juin 2018. Leur coach, Abadila Hallab, m'avait contacté pour que je les fasse boxer en amateur. Mais ça ne m'intéressait pas, je les voulais en pro. J'avais été impressionné par Khalil lors du championnat de France amateur et je me suis dit qu'en pro, ce serait un tueur. C'est un garçon qui fait une heure de trajet à l'aller et autant au retour pour aller s'entraîner, et ce tous les jours. Ce sont des gamins comme ça que je veux aider."

L'humain en avant

L'humain, encore. Déjà, lorsque les premiers boxeurs pros avaient rejoint la FMB, Laurent Puons mettait cela au cœur de ses choix. Avec les déconvenues que cela peut amener. Et lorsque la trahison arrive, il nous confie alors que l'humain passera désormais au second plan. Mais chassez le naturel et il revient au galop. Et c'est aussi ce qui fait le succès du Team. "C'est vrai. Certains boxeurs, avec sans doute des avantages financiers supérieurs à ceux qui sont chez nous, aimeraient nous rejoindre parce que j'ai cette relation avec eux. Ce sont mes petits et ils le savent. Certains n'ont pas été corrects, mais je ne m'attends pas à la même chose de leur part." 

Mbc14 270

Cela, les boxeurs le ressentent aussi. Christ Esabe n'a ainsi pas mis longtemps à dire oui lorsque la proposition est arrivée. Et comme il le confie, "Laurent est quelqu'un de très passionné, c'est aussi un ancien boxeur, on se comprend tout de suite, on est sur la même longueur d'ondes." Et cette longueur d'ondes se prolonge jusqu'aux ambitions pour le team. Si tous ont rejoint le TMB, c'est aussi parce que le boss du groupe veut aller chercher des titres. Deux championnats de France sont venus garnir l'armoire à trophées lors du 14e Monaco Boxing Challenge. Un autre pourrait arriver en janvier, le 24, avec Rachid Achoui, qui combattra pour le championnat de France des poids moyens. Affaire à suivre donc.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos

Le TMB vu par Laurent Puons

Rachid Achoui : "C'est le dernier entré dans l'équipe. Il a 27 ans, c'est un garçon qui a un bac+5 et a tout arrêté pour se consacrer à la boxe, mais on ne lui a pas donné l'opportunité de le faire. Je suis allé le chercher, il est intelligent, boxe bien, dispose d'un beau potentiel. Je le vois devenir champion de France et même plus. Il a une boxe qui me plaît."

Khalil El Hadri : "Je l'avais repéré en le voyant lors d'un combat alors qu'il boxait encore en amateur. Il m'a tapé dans l'œil tout de suite. Il a une motivation folle. C'est quelqu'un qui vient d'un quartier difficile, il a l'envie et sur le ring, c'est un destructeur."

Christ Esabe : "C'est un phénomène. Il fait partie de cette école des Mureaux, un gamin gentil, bien éduqué, toujours souriant mais je ne monterais pas pour autant sur le ring avec lui. Il est champion de France cadets, juniors, seniors et la même année il va chercher le titre chez les pros. Il est avec nous et j'espère qu'il le restera longtemps. On va essayer de l'amener le plus loin possible."

Florian Montels : "On l'a déjà vu plusieurs fois à Monaco, il progresse bien. On réfléchit pour lui, voir ce qu'on va faire, mais on va monter d'un cran, peut-être aller disputer un titre WBC silver. C'est un gamin qui se lève à 4 heures du matin pour aller bosser et qui s'entraîne après, j'ai beaucoup de respect pour ça. C'est un bon gars, comme les autres, très respectueux."

Victoire Piteau : "Elle est charmante, adorable et je pense qu'elle a un gros potentiel. Elle débute, elle a 19 ans, donc elle est encore perfectible. Il faut voir comment on peut réussir à corriger ces petits défauts pour ensuite réussir à accélérer un peu le mouvement et aller chercher un titre de championne de France."