Graine de star

A 19 ans, il vient de remporter son premier championnat de France professionnel. Quelques mois seulement après en avoir fait de même chez les seniors en amateur. Christ Esabe, de la Team Monaco Boxe, fait partie des boxeurs les plus doués du moment. Et a tout pour devenir un grand.

Si vous le croisez dans la rue, vous ne le remarquerez sans doute pas au premier coup d'œil. Si c'est sur un ring, par contre, il y a de fortes chances que la donne s'inverse. Il faut dire que le bonhomme fait ce qu'il faut pour s'imprimer dans la rétine et la mémoire des gens dès qu'il enfile les gants. Et le public du 14e Monaco Boxing Challenge peut en témoigner. Dix rounds durant, il a su varier les phases face à son adversaire afin de maintenir sa domination. Tantôt offensif, tantôt patient, il n'a jamais laissé l'opportunité à Jamie Bidwell de revenir. "L'intelligence de ring est importante, ça contribue à faire de la belle boxe", glisse d'ailleurs le jeune homme dans un petit sourire. 

Vivacité de corps et d'esprit

Christ Esabe n'est pas le plus imposant des hommes. "Ce n'est pas un homme, c'est encore un enfant" glisse, rieur, Laurent Puons, boss du Team Monaco Boxe, à propos de son protégé. "Mais je ne monterais pas pour autant sur le ring avec lui", s'empresse-t-il d'ajouter. Chez les plumes (entre 55 et 57 kg), le pensionnaire du BAM l'Héritage, aux Mureaux (dans les Yvelines), a depuis tout jeune une qualité. La vitesse. Arnaud Romera, ancien journaliste pour France Télévisions et aujourd'hui président de la Ligue professionnelle de boxe en France, se souvient de sa découverte de la pépite Esabe. 

Mbc14 149

"Il était encore tout jeune et des vidéos tournaient sur Facebook. Il allait à deux cent à l'heure. Il semblait avoir des qualités, puis il a performé avec les équipes de France cadets et juniors et dernièrement, en février, il a archi dominé son adversaire en finale des championnats de France amateur." Arnaud Romera est comme les personnes que nous avons croisées lorsqu'elles parlent de ce petit phénomène de précocité. Enthousiaste, des étoiles dans les yeux. "Au-delà de ses qualités techniques, il a une vraie maturité physique. Je pensais qu'il prolongerait sa carrière amateur jusqu'aux JO pour être une des étoiles de Paris 2024, mais ces gamins d'aujourd'hui n'ont pas le temps. Ils ne veulent pas rester en amateur, il faut que ça aille vite.

Timide et ambitieux

Précoce, le jeune homme sait donc se faire remarquer lorsqu'il est sur le ring. Laurent Puons l'a d'ailleurs débusqué comme ça. "C'était lors d'un combat au Cap d'Agde. Jacques Patrac, avec qui je travaille, m'a dit, 'Laurent, signe le vite avant que quelqu'un d'autre ne le fasse'. Quand il est sur le ring, c'est quelque chose." Si le boss du TMB voit loin pour son poulain, "on va déjà défendre ce titre, mais je vois au minimum une ceinture européenne pour lui", il n'est pas question de brûler les étapes. Ce que confirme Arnaud Romera, qui sait le jeune homme entre de bonnes mains. 

"Il bénéficie d'un super encadrement, que ce soit aux Mureaux ou ici, à Monaco. Passer pro va lui permettre de mieux monnayer ses combats. Il a un plan de carrière idéal, mais il ne faut pas non plus qu'il s'enflamme parce que tout peut s'arrêter d'un coup." Bonne nouvelle, le jeune homme semble avoir la tête sur les épaules, même s'il n'est pas dénué d'ambition. 

Mbc14 146

"A court terme, je veux défendre mon titre de champion de France. Mais sur le long terme, j'espère devenir champion du monde", annonce-t-il d'une voix où assurance et timidité s'entremêlent. C'est une des choses frappantes, en dehors de ses poings, chez Christ Esabe. Cette timidité. Il l'avoue lui-même. 

"Je suis plutôt timide, réservé, mais je suis toujours souriant. On peut discuter de tout par contre", glisse-t-il, effectivement, dans un sourire. Le sourire ne l'a d'ailleurs jamais lâché tout au long de l'entretien. De quoi contraster avec son attitude sur le ring. "Quand j'y entre, je suis une autre personne, il y a vraiment deux Christ. Je suis transcendé. Mais dès que j'en sors, ça redescend.

En route vers les sommets

S'il ne manque pas d'ambition, Christ Esabe reste humble devant les louanges qui lui sont dressées. Après son combat contre Bidwell, il n'a d'ailleurs pas manqué de saluer la prestation de son adversaire. "Je pense que ça a été un combat engagé et maîtrisé. Surtout, je pense que ça a été un beau combat. Mais pour en proposer un beau, il faut être deux. Ça s'est joué, à mon sens, sur la précision et je pense avoir été le plus précis des deux." Lucide sur son analyse, celui qui a débuté la boxe à l'âge de 9 ans a aussi pu compter sur un soutien de tous les instants de la part du ''Esabe Squad''. 

Mbc14 19

"Ils m'ont porté. Ce groupe présent à mes côtés, c'est aussi ma famille, des partenaires d'entraînement, des amis, ça me pousse vers le haut. Ils sont venus de loin, donc ça apporte une motivation supplémentaire," raconte-t-il, même s'il avoue ne pas toujours entendre les encouragements des siens. "Dans les premiers rounds, on n'entend pas les gens. Mais vers la fin, quand la fatigue est plus présente, c'est vrai que ça apporte ce petit plus. Quand j'ai eu ce mouvement de bras (lors de la 9e reprise, il a harangué la foule en levant les bras), et qu'ils réagissent dans la foulée, ça aide et le second souffle revient tout de suite grâce à eux." Et la victoire avec. 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos