Un deuxième gala plein de punch(s)

Encore un beau succès pour ce deuxième rendez-vous de l'ASM Boxe, marquée par un sans-faute du team monégasque ainsi que par le championnat WBA INTER-CONTINENTAL EN SUPER-LÉGERS au terme duquel le Bielorusse Kiryl Relikh a conservé sa ceinture.

Fort du succès de son premier gala organisé au Novotel en juillet dernier, l'AS Monaco Boxe a donné cette fois rendez-vous dans le gymnase du Lycée hôtelier de Monaco. Pour l'occasion, exit les lycéens propres sur eux, en costard-cravate, venus apprendre les règles de l'excellence gastronomique. Vendredi soir, l'art de la table a laissé sa place au noble art.

Au programme de cet événement, organisé sous l'égide de la Fédération monégasque, en association avec Hatton Promotion, World Sport Promotions Ltd et Neil Marsh, pas moins de sept combats : trois amateurs et quatre professionnels, dont le très attendu championnat  WBA Inter-Continental des poids super-légers.

Et le succès rencontré lors de la première édition ne s'est pas démenti. "Le bilan est positif puisque nous avons doublé le nombre de spectateurs entre le gala de juillet et celui-ci. Nous sommes en train de fidéliser les spectateurs", souligne Andréi Micallef, président de l'AS Monaco boxe. "Et surtout, nous avons montré qu'on pouvait créer une équipe de boxeurs à Monaco. Cela fait partie des choses que nous avons créé ici.... Par ailleurs, un autre point extrêmement positif est que Ricky Hatton (ancien triple champion du monde des supers-légers, ndlr), l'entraîneur du champion Kiryl Relikh, a déclaré au journal L'Equipe, qu'il avait bien l'intention de revenir à Monaco et qu'il voyait en la Principauté l'avenir de la boxe en Europe".

Les Asémistes donnent le ton

A l'instar de la première édition, c'est Lorenzo Fernandez qui ouvrait les hostilités. Après un premier match nul en juillet, le jeune asémiste, qui pratique le noble art depuis moins d'un an, a montré tous les progrès réalisés en quelques mois, face au Toulonnais Nassim Kihalouche. Fluide dans ses mouvements, le corps mobile, Lorenzo a vite pris le dessus sur son adversaires, et obtenu sa première victoire devant un public d'ores et déjà conquis et qui n'avait eu de cesse de l'encourage pendant les trois rounds de trois minutes.

Lorenzo était suivi sur le ring par un autre Rouge et Blanc, Abdellah Karroum, qui réalisait là son troisième combat. Un affrontement durant lequel le jeune asémiste a montré une "énorme progression", précise Andréi Micaleff. A noter que le jeune asémiste Idriss Barkat, annoncé parmi les participants de ce gala, n'aura finalement pas pu combattre, suite au forfait de son adversaire. 

Après cette belle démonstration des jeunes espoirs de l'ASM boxe, place au premier combat professionnel, qui opposait l'Ukrainien Fedir Cherkashyn à l'Alsacien Victor Garcia. Pour son premier match en extérieur, c'est en conquérant qu'est arrivé le jeune espoir ukrainien au regard froid. Alors que du côté de l'Alsacien l'on pouvait sentir l'excitation poindre, Fedir, lui, restait plutôt stoïque. Une posture que l'on retrouvera d'ailleurs durant le combat. Rapide, précis, efficace, il a occupé l'espace et dominé un Victor Garcia, toujours à l'affut de la moindre opportunité et du meilleur angle d'attaque.

Img 0925

Hugo, star en ses terres

Avant que le championnat WBA Inter-Continental des poids super-légers, c'est un nouveau combat amateur qui a fait vibré le public venu nombreux. Et pas n'importe quel combat puisque c'est le jeune espoir monégasque Hugo Micallef qui faisait son entrée,  saluant aux quatre coins du ring son assistance. Après une belle victoire lors du gala de juillet, Hugo, qui menait ce vendredi son 41e combat, a une fois de plus confirmé les espoirs placés en lui. Ne laissant aucun répit à son adversaire durant les trois rounds de trois minutes, il embrase la salle et montre sa volonté de triompher. 

Img 0940

Et la victoire est d'autant plus savoureuse que le jeune Monégasque de 17 ans s'est imposé face au Serbe Aleksandar Popovic, 22 ans (20 combats, 19 victoires), qui évolue dans la catégorie senior. "Il est très difficile de trouver un adversaire dans sa catégorie, car il a boxé et battu absolument tout le monde dans la catégorie léger en France. Généralement, on prend le champion de France en titre, ou le vice-champion. Cette année, le Champion était en équipe de France, il ne pouvait pas venir. Le vice-champion, c'était Hugo", explique le président de l'ASM boxe. "Nous nous sommes tournés vers la catégorie d'âge au dessus. C'était un risque, mais un risque calculé puisque nous connaissons les capacités d'Hugo. Il est capable de s'adapter très vite aux situations et c'est ce qu'il a fait. Il a surclassé l'adversaire avec une certaine aisance"

Page 1/2

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos