Dossier

20e tournoi international de judo : 131 participants à Monaco

131 participants sont venus dérouler leurs mouvements sur les tapis du Louis-II, à l'occasion du 20e tournoi international de Monaco. Mêlés aux Monégasques, Anglais, Italiens, Espagnols, Marocains et autres Autrichiens, ce sont les Français qui ont brillé le 8 décembre.

Des écouteurs occupaient les oreilles marquées des judokas. Visages fermés, ils cherchaient la concentration. Vers neuf heures, dès les premiers combats éliminatoires, les gaillards vivaient la compet' à fond. Avec 131 engagés dans sept catégories (- de 60 kilos, - de 66, - de 73, - de 81, - de 90, - de 100 et + de 100), les duels s’enchaînaient sur six tatamis. 

Côté tribunes, on ne trouvait pas de grand peloton de supporters. Surtout des judokas aux kimonos ouverts, bavardant et mâchant des gateaux aux côtés de leurs coéquipiers, sans perdre une miette de l'assaut en cours. Sacs, chaussures, serviettes et vêtements de rechange étaient étalés sous les sièges. 

Le maître de cérémonie

En arrivant dans la salle Gaston-Médecin, on le repérait. Un mot aux membres organisateurs de la Fédération monégasque de judo, un mot aux judokas du Rocher. Le pas tranquille et la voix rauque, Marcel Pietri, directeur technique du Judo club de Monaco, chapeautait la manifestation. 

"Il nous manque Yann Siccardi et Cédric Bessi", lâchait-il, l'air désolé. "Ils sont en stage au Japon, à l'université de Tokai, pendant une vingtaine de jours pour préparer le tournoi de Paris (les 8 et 9 février, ndlr). Et par pur hasard, l'équipe de France s'y entraîne en même temps, alors ils sont avec Loic (Pietri, son fils, champion du monde des moins de 81 kilos)!" 

Siccardi, neuvième aux JO de Londres dans la catégorie des moins de 60 kilos, et Bessi, cinquième aux Jeux de la francophonie chez les moins de 66 kilos, auraient pu faire partie des hommes forts de la journée pour le Judo club de Monaco. 

Les Monégasques étaient là

Coachés par François Bick, six Monégasques ont mouillé le kimono: Gislain Prades (-66 kg), Johan Blanc et Florian Scariot (-73 kg), Bastien Mayet (- 81 kg), Franck Vatan et Jérémy Berardi (-90 kg). "Ils tombent face à des judokas de première division. Certains ont fait des podiums aux championnats d'Europe, comme Loïc Korval (Athletic club de Boulogne-Billancourt) qui a fait troisième. 

Pour certains, c'est un métier alors que les nôtres ont un boulot à côté et ne s'entraînent que deux fois par semaine. La différence se ressent", commentait l'entraîneur. "En plus, ils n'en peuvent plus là. Ils ont enchaîné trois week-ends de compétition", ajoutait Marcel Pietri. Bien qu'ils n'aient pas passé la phase éliminatoire, les six gars du Judo club de Monaco auront au moins pu se faire la main. 

"C'est finalement le plus jeune, Jérémy Berardi (19 ans), qui a fait les meilleurs combats", annonçait François Bick. "Franck Vatan, lui, est trop vieux", s'esclaffe le coach. Le judoka a été disqualifié pour avoir touché la jambe de son rival. "J'ai du mal contre les gauchers", se justifiait le sportif de 36 ans. "Je suis licencié au club depuis 2002 et j'ai l'habitude de faire ce tournoi. J'y ai surtout participé pour le plaisir", souriait-il, rincé. 

Page 1/2

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos