Drid et Gnamien champions de France, Gadeau troisième !

Avec cinq éléments en lice lors des championnats de France juniors ce week-end à Villebon, le Judo Club de Monaco s'est imposé comme étant le meilleur club de province. Tizie Gnamien et Rania Drid se sont imposés tandis que le Monégasque Marvin Gadeau a pris la troisième place de sa catégorie.

Un judogi blanc. Dessus, cousu au niveau du cœur, le drapeau monégasque. A trois reprises, ce drapeau s'est retrouvé sur les podiums des championnats de France juniors de judo ce week-end. Deux fois sur la plus haute marche, une fois sur celle de troisième. Champion de France pour la deuxième année d'affilée, Tizie Gnamien (-81 kg) a confirmé les attentes placées en lui. Il a vu Rania Drid (-63 kg) en faire de même, tandis que leur ami Marvin Gadeau, chez les lourds, est allé chercher le podium (3e) après sa 5e place l'an dernier.

Ec1 2268

"Ces résultats sont excellents. Nous avions déjà réalisé une belle performance en ayant cinq combattants qualifiés pour ces championnats de France juniors première division, car c'est la première fois que l'on monte si nombreux sur ces phases finales", glisse François Bick, entraîneur au Judo Club de Monaco, présent ce week-end à Villebon en compagnie de Marcel Pietri.

Gnamien, c'est lui le patron

Certains ont tout pour devenir de grands sportifs. Des athlètes de renom appelés à réaliser de grandes choses. Et il se pourrait que Tizie Gnamien soit de cette trempe-là. En tout cas, il s'en donne les moyens. Déjà champion de France juniors 1ere div l'an dernier (il était alors juniors 2e année), celui qui a rejoint l'Insep en septembre a été l'un des seuls à conserver sa couronne ce week-end. Spectaculaire, travailleur, appliqué, concentré, il n'a fait qu'une bouchée de ses adversaires. Sans fausse note ou presque. "C'était le mec à battre, il s'en est sorti assez facilement, à part une petite frayeur en quart de finale. En finale il place un contre, ura nage, de folie. C'est hyper spectaculaire. Et au corps à corps, il est hyper fort. Il recherche souvent ça, et ses adversaires le savent", analyse François Bick.

Ec1 1375

S'il affectionne cela particulièrement, il a cependant montré quelques évolutions de son judo durant ces France. "Il y a deux choses importantes. Au premier tour, je l'ai vu faire des mouvements de judo qui ne sont pas du corps à corps et je ne l'avais jamais vu placer ça, donc ça montre qu'il essaie de faire évoluer son judo. Il a aussi fait un passage au sol aussi qui n'est pas son domaine de prédilection. Mais même si ses adversaires le connaissent, il arrive toujours à aller les coller au corps à corps", détaille François Bick. De quoi permettre à Tizie de remporter chacun de ses combats sur ippon. "Il se conforte comme numéro un français de sa catégorie et s'ouvre ainsi les portes de la sélection en vue des championnats d'Europe", ajoute l'un de ses coaches du JCM. 

Rania Drid, la confirmation

Comme Tizie, Rania Drid est une juniors 3. Ces championnats étaient donc ses derniers dans cette catégorie. Et la demoiselle du JCM n'a pas manqué de briller. Après sa troisième place l'an dernier, Rania est tout simplement allée chercher la première place des -63 kg. Et, petit clin d'œil, elle a remporté son combat en même temps que son partenaire de club, puisqu'elle combattait au même moment que Tizie Gnamien, sur le tapis d'à côté. "Elle termine en beauté. Après sa troisième place l'an dernier, elle a été mise en concurrence avec les filles de sa catégorie pour une place en sélection et réussi à s'imposer comme numéro un. Elle était donc quand même attendue sur ces France", note François Bick.

Ec1 1407 Copie

Si la jeune fille a bénéficié d'un tirage favorable, elle ne s'est pas déconcentrée pour autant. "Elle a déroulé au début, remportant ses combats par ippon, et a élevé son niveau au fur et à mesure, en même temps que celui de l'adversité. En finale, elle bat celle qui avait également fait troisième l'an dernier en marquant waza-hari avant de la piquer au sol", raconte son coach. "Durant le combat, j'étais avec Rania et Marcel était avec Tizie. On avait chacun un œil sur le combat de l'autre, et les voir marquer à 10 secondes d'intervalle était un joli clin d'œil pour eux et le club.

Marvin Gadeau, premier podium national

Chez les internationaux monégasques, c'est le benjamin de la bande. Avec Yann Siccardi, Cédric Bessi et Nicolas Grinda, il fait figure de quatrième mousquetaire. Cinquième l'an dernier, il réalise cette année un premier podium national. De quoi montrer que son départ pour la capitale, où il est suivi par Thierry Diebert (le coach qui s'occupe aussi de Yann et Cédric), n'a pas été vain. "Cela fait un an qu'il est à Paris et ça lui permet, notamment, d'avoir plus de partenaires d'entraînement dans sa catégorie (+ 100 kg). Il n'y avait que des gars qu'il connaissait", raconte François Bick. 

Ec1 2229

Capable de faire de très belles choses, mais aussi de se laisser déborder, Marvin s'est fait surprendre dès son entrée en lice. Son adversaire allant jusqu'en demi-finale, le Monégasque a ainsi été repêché. De quoi se voir offrir une deuxième chance. Et celle-là, il ne l'a pas laissé passer. "Il a su être très fort et a remporté ses trois combats sur ippon. Surtout, il a aussi pris sa revanche sur celui contre qui il avait perdu l'an dernier, Vincent Huttin, pour prendre la troisième place. C'est très positif car, en tant que Monégasque, il a l'ambition de prendre la relève de garçons comme Yann et Cédric. C'est sa première médaille nationale, il voit qu'il fait partie des meilleurs  Français de sa catégorie donc cela devrait le motiver pour son arrivée prochaine chez les seniors parce qu'il peut avoir une carte à jouer au niveau international.

Soula et Grimigni, l'avenir est à elles

Dans l'ombre de leurs glorieux aînés, Florine Soula (-63 kg) et Carulina Grimigni (- 70 kg) ont découvert un niveau de compétition qu'elle ne connaissait pas encore. Juniors première année, toutes les deux n'ont pas réussi à se classer. Mais l'essentiel est ailleurs concernant les deux jeunes filles, toutes deux nées en 2002. "Florine remporte facilement son premier combat mais, lors du deuxième, son adversaire marque un avantage à 30 secondes de la fin. Et Carulina n'a pas eu un tirage facile en tirant une tête de série au premier tour. Elle fait un bon combat, mais son adversaire était au-dessus. Le gros regret est vraiment du côté de Florine car je pense qu'elle avait sa place dans les 5 premières", glisse François Bick.

Même si les deux benjamines n'ont pas réussi à se classer, le Judo Club de Monaco a pris la quatrième place au général, derrière trois clubs parisiens. De quoi tirer un bilan particulièrement positif de ces France juniors 1ere division. "Ce qui leur a aussi permis d'atteindre ce niveau, ce sont les moyens mis en place pour aller faire des coupes d'Europe, etc. Ils sont montés petit à petit et terminent leurs années juniors en s'imposant. Et ça montre aussi aux autres générations que le boulot paie." Place désormais à différentes échéances internationales pour cette jeunesse pleine de promesses. 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos