L'Union Cycliste Monaco, tremplin pour les espoirs

La saison vient de reprendre pour l'Union Cycliste de Monaco. Avec son équipe espoirs, l'objectif est de former les coureurs et les mener vers le professionnalisme.

Un top 10 pour commencer la saison. Sur le Tour du Centre-Var à Brignoles, Adam Karl, le sprinteur hongrois, termine à la 7e place. L'Union Cycliste de Monaco (UCM) a ensuite enchaîné avec les Boucles du Haut-Var, le Grand Prix du Pays d'Aix et celui du Puyloubier. "C'était surtout pour se remettre dans le rythme. On ne visait pas de résultat particulier, on est encore en préparation pour notre saison. Le super résultat d'Adam Karl, c'est du bonus", glisse Guido Possetto, le directeur sportif de l'équipe espoirs. 

Img 20200118 121132 01   Ucm U23 Jan2020 Training Photo By Ivan Blanco Vilar

Pour la suite de la saison, le calendrier n'est pas encore fixé, mais l'UCM prendra part aux courses du programme U23 de l'Union Cycliste Internationale (UCI). "On fera les classiques en Italie en avril. On est aussi invité pour la première fois sur un tour dans plusieurs pays. La Carpathians Couriers Race, le départ se fera de Budapest, on traverse la Slovaquie et on arrivera en Pologne. Sur 6 étapes, ça pourrait être un bel objectif pour la première partie de la saison", détaille-t-il.

Former de futurs professionnels

Comme souvent, le début de saison est aussi un temps d'adaptation. Surtout dans une équipe composée de six nationalités et avec cinq recrues. Si l'effectif a été renouvelé de moitié, l'UCM a aussi puisé dans son équipe réserve avec Guillaume Broudeur et Rémy Cocusse. "Ils ont fait une très belle saison l'année dernière. Ce sont deux jeunes prometteurs. On a aussi recruté un troisième junior, le Kazakh Maxim Popugayev, qui nous a été conseillé par l'équipe Astana. Avec les trois, on a un programme sur le long terme. On compte sur eux dans le futur", révèle leur directeur sportif. 

Ucm Couv

Cette vision à long terme correspond au but de l'équipe : aider les coureurs à devenir professionnels. "C'est le rêve de tout le monde. C'est pour ça qu'on est là et qu'on essaie d'évoluer au plus haut niveau", confirme Guido Possetto. Et de continuer. "On a quelques coureurs qui sortent un peu du lot et qui pourraient passer pro dès l'année prochaine, comme Edouard Bonnefoix, Alexis Roche ou Adam Karl, qui a déjà fait des stage et est suivi par des équipes professionnelles". Et le travail paie, puisqu'à l'intersaison Gonçalo Carvalho a accédé à l'échelon supérieur. Le Portugais a signé, pour deux ans, à Radio Popular Boavista en Continental (le 3e échelon mondial).

Un deuxième Monégasque ? 

Mais dans les pelotons actuels, l'UCM a surtout réussi à propulser Victor Langellotti chez Burgos-BH (UCI ProTeam, 2échelon) en 2018. Un Monégasque parmi les professionnels, alors qu'il n'y en a plus à l'UCM. "C'est de la statistique", plaisante Guido Possetto. Et celui qui est aussi directeur technique de la Fédération Monégasque de Cyclisme termine : "c'est vrai qu'on aimerait avoir une suite. C'est un de nos objectifs. La Fédération et le Comité Olympique y tiennent beaucoup. Mais ce n'est pas évident, avec le peu de Monégasques qu'il y a, c'est un peu compliqué de trouver un cycliste qui tient la route. Mais là, on en a quelques-uns qui ont commencé le vélo, on verra dans les années à venir, si on aura encore cette chance".

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos