Monaco Junior Team Astana, l'alliance pour la jeunesse

L'équipe professionnelle kazakh Astana et l'UC Monaco se sont associés pour créer un groupe dédié aux coureurs juniors. Lancée en début de saison, cette nouvelle équipe sillonne les compétitions juniors et a déjà enregistré de beaux résultats.

Il faut croire que Monaco attire les grands noms. Et ce dans tous les domaines. Parmi les prestigieux résidents que compte la Principauté, il en est un qui a écrit quelques belles pages de l'histoire du cyclisme mondial. Troisième du Tour de France en 2003, champion olympique en 2012, vainqueur du Tour d'Espagne en 2006, Alexandre Vinokourov, aussi appelé "Vino", n'est plus à présenter. Vivant à Monaco depuis quelques années, ses fils ont naturellement suivi la voie tracé par leur illustre paternel. Et c'est sur un vélo qu'on retrouve les jumeaux Nicolas et Alexandre, maillot de l'UC Monaco sur le dos. Mais pas n'importe quel maillot. Celui de la Monaco Junior Team by Astana. 

Nouvel étendard

A l'Union Cycliste de Monaco, l'accent est mis sur les jeunes depuis de nombreuses années. Avec, en tête de gondole, la formation Espoirs (18-22 ans). "Nous sommes sur une politique de formation. La mission la plus importante, pour le club comme pour la fédération, c'est la formation, c'est ça notre fer de lance", précise Umberto Langellotti, le président de la Fédération Monégasque de Cyclisme. Sans réelle structure autour de la catégorie juniors (17-18 ans), l'UCM a vu venir avec plaisir l'idée amenée par Alexandre Vinokourov, aujourd'hui manager de l'équipe Astana. "Nous avions un trou à ce niveau-là. On a des sections minimes et cadets, mais on avait des difficultés pour gérer les juniors car, pour faire une activité convenable, il faut un certain budget", détaille Langellotti. 

Les deux hommes échangent donc autour d'un projet commun au club et au team pro sur la catégorie des juniors. "J'en ai discuté avec Umberto et l'idée est venue de créer une équipe. Je ne voulais pas que mes garçons aillent dans un autre club. On a trouvé comment faire et nous avons ensuite fait venir des jeunes chez nous", explique de son côté Alexandre Vinokourov.

Le club des sept

Img 3688

Disposant de ressources intéressantes grâce au partenariat entre les deux entités, Andrey Mizourov a rejoint l'équipe en tant que directeur sportif. "Nous avons voulu avoir avec nous de bons coureurs car notre objectif est d'aller chercher des victoires. Notre groupe est composé de juniors deuxième et première année", explique le directeur sportif, ancien coureur professionnel. Alexandre et Nicolas Vinokourov ont naturellement été les deux premiers à rejoindre la Monaco Junior Team by Astana. "On a commencé à rouler à l'âge de 8 ans et on s'y est vraiment mis en minimes", glisse Alexandre. "Mais on a débuté sérieusement, en faisant attention à l'alimentation et toutes ces choses, à partir de cadet", précise Nicolas, son frère. 

S'ils se savent plus surveillés que les autres, patronyme oblige, les deux Juniors 1 ont à cœur d'évoluer à un bon niveau, tout comme leurs coéquipiers. Le puncheur Pablo Sanchez, en provenance de Mandelieu, était "seul dans mon club l'an dernier, je courais souvent avec eux (les jeunes de l'UCM) sur les courses, donc mon club a compris que je rejoigne Monaco cette saison", explique le natif de Grasse. Kylian Kerleau, lui aussi Juniors 1, a récemment découvert l'équipe et la région en arrivant de Bretagne. "Le nom de Monaco donne forcément envie, surtout quand on arrive dans le coin. J'étais le seul à ne connaître personne en rejoignant l'UCM, mais je me suis assez vite intégré", raconte le jeune homme, installé dans la région en juillet dernier. Avec eux, trois juniors 2, dont le Kazakh Arthur Baimukhanov. "Je vis à Nice depuis 11 ans. J'ai fait un an à Antibes l'an dernier, après quelques années à l'UCM et je suis revenu car le projet juniors s'est monté cette saison", glisse le jeune homme qui aura 18 ans en juillet. 

Contacté pour rejoindre les rangs de l'UCM, Guillaume Broudeur avoue ne pas "avoir hésité pour rejoindre ce super projet." De son côté, Rémi Cocusse, qui s'impose comme le leader de l'équipe, a lui aussi été enrôlé cette saison. Passé par le VTT dans ses premières années, celui qui vit à Fréjus est passé sur la route l'an dernier seulement. "Je ne m'attendais pas à performer si vite, mais j'ai rapidement compris quelles étaient mes capacités. Je roulais avec Antibes l'an dernier, mais lorsqu'on m'a contacté pour rejoindre ce groupe et ce projet, j'ai tout de suite foncé", le vainqueur du Tour PACA. 

Déjà de bons résultats

Img 4681

Avec un groupe de coureurs vivant entre Monaco et Fréjus, difficile pour Andrey Mizourov d'avoir tout le monde pour les entraînements. Mais le Kazakh a pu bénéficier d'un stage d'avant-saison pour fédérer ses troupes et mettre en place les bases de travail pour la saison. "Si nous n'avons pas de course le week-end, nous faisons des sorties ensemble. La semaine, ils sortent au moins 3 fois. Ils ont leur plan d'entraînement et sont très sérieux dans le suivi des consignes", précise l'ancien partenaire d'Alexandre Vinokourov. Et les résultats n'ont pas tardé à arriver. Notamment sur le Tour Paca, "notre principal objectif", précise le directeur sportif. Et pour cause ! Après la dernière étape ayant eu lieu le 2 juin à Peynier (Bouches-du-Rhônes), Rémi Cocusse, leader depuis la fin mars, a entériné sa domination quasi sans partage sur l'épreuve. Terminant l'étape dans les 10 premiers, il a assuré sa première place au classement général grâce aux points marqués. Talonné, toujours au général, par Guillaume Broudeur, son coéquipier, Cocusse vient valider la stratégie mise en place par l'équipe cette saison. Deux autres membres de l'équipe (Pablo Sanchez, 5e et Nicolas Vinokourov, 9e) terminent également dans le top 10. Une belle réussite pour des jeunes qui ont régulièrement pu compter sur le soutien de "Vino", à l'image de son passage lors de l'étape de Saint-Bonnet en Champsaur (Hautes-Alpes). "Quand je ne suis pas trop loin, j'essaie de faire un saut pour aller les voir, ça me permet aussi de passer du temps avec mes enfants. C'est intéressant de les voir et de pouvoir dîner avec tout le monde et de leur donner quelques conseils", glisse le Kazakh. Des conseils visiblement bien écoutés compte tenu de ces beaux résultats.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos