Paris-Nice : Betancur le valait bien

A 24 ans, le coureur d'AG2R-La Mondiale a remporté pour la première fois de sa carrière le Paris-Nice. Maillot jaune au soir de sa victoire lors de l'étape entre Saint-Saturnin-lès-Avignon et Fayence, le Colombien a conservé son avance lors des deux rounds sur les routes des Alpes-Maritimes, samedi et dimanche.

En allant se coucher, samedi soir, Carlos Betancur, avait quatorze secondes d'avance sur Rui Costa, le champion du monde portugais de la Lampre. Une avance loin d'être négligeable, mais pas assez confortable pour jouer les touristes sur la Prom'.

En l'absence de plusieurs grosses pointures (Alberto Contador, Nairo Quintana, ou encore Fabio Cancellara avaient préféré Tirreno-Adriatico), le coureur de la formation AG2R-La Mondiale, qui avait remporté le maillot blanc sur le Tour d'Italie 2013, n'a pas manqué l'occasion d'inscrire une belle ligne à son palmarès.

195915

Bien épaulé par ses coéquipiers, le Sud-Américain a englouti les 128 km de la huitième et dernière étape (Nice-Nice, avec notamment un passage par le col d'Eze) sans embûche, au contraire de Rui Costa, qui a chuté dans le dernier kilomètre.

"Je n'aurais jamais imaginé que je gagnerais un jour Paris-Nice et, qui sait, peut-être un jour le Tour de France", rêvait à voix haute le Colombien. Du rêve à la réalité, il n'y a qu'un pas. Ou plutôt un poids, selon Vincent Lavenu, le manager d'AG2R-La Mondiale.

"Il a encore une belle marge, ne serait-ce que par rapport à son poids. On sait bien que le rapport poids-puissance est un élément essentiel dans la réussite. Le jour où il va perdre trois kilos supplémentaires."

195929

Vichot récompensé

Lors du sprint final, le leader de FDJ.fr, Arthur Vichot, a réussi à s'emparer d'une victoire d'étape (sa première victoire avec le maillot de champion de France sur ses épaules) et de la troisième place au général.

"Ça gambergeait un petit peu dans ma tête. J’avais fait deux fois deuxième et plusieurs places d’honneur. Quand on a ce maillot, on a le cœur de briller, de gagner des étapes, des courses. Je gagne sur Paris-Nice, l’étape reine. Finir troisième du général, c’est que du bonheur. J’étais venu pour le général mais de là à faire ce que j’ai fait, c’est vraiment exceptionnel pour moi", a déclaré le puncheur âgé de 25 ans.

195936

Slagter bisse à Biot

La veille, sur un parcours taillé pour l'aventure, entre Mougins et Biot-Sophia-Antipolis, c'est le Néerlandais Tom-Jelte Slagter (Garmin-Sharp) qui avait décroché la timbale, pour la deuxième fois de la semaine après son succès lors de la quatrième étape (Nevers-Belleville).

Un lot de consolation pour le Slagter, qui aurait peut-être eu l'opportunité de viser quelque chose au général s'il n'avait été victime d'un problème de dérailleur vendredi.

195905

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos