Les personnalités de l'AS Monaco omnisports

AS Monaco handball a reçu le trophée d'or

La Nationale 2 de l'ASM handball l'a bien mérité, son trophée d'or. Après deux saisons passées dans la division inférieure, les troupes du président Éric Perodeau ont fait du beau boulot et ont enchaîné les victoires (21) afin de retrouver le niveau auquel le club évoluait encore en 2009.

Lors de la saison 2012-2013, les handballeurs du Rocher n'ont pas chômé. Alors coachés par Nicolas Laronze, ils n'avaient essuyé que trois revers.

"Après notre relégation en Nationale 3, nous pensions être en mesure de retrouver notre place en N2 rapidement. Mais cela n'a pas été si évident. Depuis, on avait une certaine frustration", expliquait Éric Perodeau en avril dernier. 

La troisième tentative fut la bonne pour Monaco, qui avait conservé un effectif homogène depuis deux saisons, tout en y ajoutant quelques recrues de choix. "Nous avons incorporé cinq ou six joueurs formés au club, ajoute le président. On peut dire qu'on a fait un beau parcours", avait-il déclaré.

Le maintien en Nationale 2

Désormais bien installés dans le championnat de Nationale 2, les hommes de l'entraîneur Stéphane Cordinier visent le maintien et semblent partis pour rester à ce niveau. Le passage d'une division à l'autre, puis d'un coach à l'autre n'a pas perturbé le collectif outre mesure. 

"Il a fallu reconstruire un groupe et y intégrer de nouveaux joueurs. Mais on y est bien arrivés. On communique sur le terrain", confie Michael Reinwarth. "Ça fait toujours bizarre de changer de coach alors qu'on monte, mais on est là pour faire notre travail. Pour ma part, tout se passe très bien et cette récompense fait plaisir parce qu'on s'est donnés pour y arriver", tranche le gardien.

De son côté, le coach aussi a dû s'adapter au changement. Après les moins de seize ans, Stéphane Cordinier a hérité de l'équipe de N2. De plus, le technicien arrivait après la bataille, c'est à dire après le choix de Jordan Perronneau, Martin Florian et Samuel Balestrini pour venir enrichir le collectif. 

"Quand j'ai repris le groupe, je ne savais pas trop à quel niveau on serait capable de jouer. Les premiers contacts étaient intéressants. Je sentais que l'équipe était saine et que quelques individualités comme Perronneau et Balestrini allaient apporter beaucoup en terme de niveau." 

Perronneau est une recrue bien sentie puisqu'il apparaît comme le deuxième meilleur buteur du championnat, avec une moyenne de 7,30 points par rencontre. "Nous avons fait une grosse préparation physique et les matches amicaux se sont bien déroulés. C'étaient de bons indicateurs", relate le coach.

Si le collectif monégasque n'a pas concrétisé sa première journée de championnat face à Saint-Raphaël (actuel leader), la suite a été satisfaisante avec cinq défaites, deux nuls et cinq victoires. Les handballeurs rouge et blanc ont fait vibrer leur public en Coupe de France également. 

À l'image de la saison passée où ils ont affronté la Division 1 d'Aix-en-Provence lors des 16es de finale, cette fois, ils ont battu la D2 de Valence (25-24) au quatrième tour puis ont fait le show contre Nîmes (D1). Logiquement stoppés au même stade que l'an passé contre les Karabatic, ils ont fait rêver un Louis-II bien rempli et se sont régalés par la même occasion.

Page 1/2

Vous aimez cet article, partagez-le :