Sportel : un jour en ballon (rond)

Pour la première fois, le Sportel s'est offert une journée entièrement dédiée au ballon rond, en partenariat avec Golden foot award. Alors que l'ambiance devenait moins frénétique dans l'espace d'exposition, c'était la cohue autour des légendes sur la "promenade des champions". Récit de quelques heures agitées.

Mercredi 17 octobre, 9 h 40

C'est encore le calme plat dans le lobby du Grimaldi Forum. Dans quelques minutes, le boss des Golden foot award, Antonio Caliendo, débarquera avec trois monuments du foot dans son sillage. Pas de quoi dépayser cet Italien qui fut l'un des agents les plus influents du monde dans les années 80-90.

10 heures

Le cheveu brillant, sourire commercial enclenché, l'Allemand Lothar Matthaüs (Ballon d'or 1990) est le premier à se présenter à la conférence de presse. Le discret Franco Baresi, ancien libero du grand Milan AC et de la Squadra Azzura, lui emboîte le pas. Mais c'est l'arrivée d'Éric Cantona, qui fait frémir l'assemblée. Caban noir, barbe fournie et regard sombre, "Canto" en impose.

10 h 10

Entre amabilités et banalités, la conférence de presse ronronne. Le directeur marketing des Golden foot, Éric Manasse, jongle entre les langues pour animer le débat. Le France-Espagne de la veille arrive sur le tapis. "Monsieur Cantona, qu'avez-vous pensé du match ?" Réponse : "Je m'en fous complètement. Hier, j'ai mangé dans un excellent resto italien…"

10 h 30 

Fin des interviewes. La liste des prétendants au Golden foot award, une récompense attribuée à un cador pour l'ensemble de son œuvre, est dévoilée. Buffon, Casillas, Drogba, Raul, Xavi, Kaka, Pirlo, Puyol, Seedorf et Ibrahimovic sont sur la liste. L'un d'entre eux sera présent au gala organisé au Sporting dans la soirée. Vu sur le stand de beIN sport, Nasser Al-Khelaïfi, le patron du PSG, a-t-il emmené son cher Zlatan dans ses valises ? Suspense (ou presque)…

10 h 35

Certains médias tentent de marquer à la culotte les invités. Notre confrère de Nice-Matin parvient à alpaguer Canto. Celui-ci explique pourquoi il ne suit plus le foot, le compare à une drogue dure dont il faudrait à tout prix s'éloigner. "Qu'est-ce qu'il y a de plus intense que le sport en général et le football en particulier ?" 
"L'amour…" tente le journaliste. Canto le reprend de volée : "Vous me laissez parler, s'il vous plaît ? D'accord…" 

13 heures

Les prestigieux invités du matin sont de retour. Ils viennent signer des photos grand format qui seront vendues aux enchères durant le gala, au profit de Fight Aids Monaco. Matthaüs au marquage de Maradona, Baresi à la lutte avec Romario, Cantona attaquant le buste droit, Pelé juvénile et aérien… Les images sont splendides et font revivre quelques grandes heures du football.

15 heures

La "promenade des champions", qui serpente entre le Grimaldi Forum et le bord de mer, va bientôt s'enrichir de nouvelles empreintes de pieds. Les moulages s'afficheront aux côtés de ceux de Ronaldo, Maradona, Beckenbauer, Platini, Di Stefano. Autour de toutes ces histoires de pieds, les photographes jouent des coudes. C'est la cohue sous le crachin. Veste de cuir marron, crucifix en or sur un t-shirt bariolé, le "Roi" Pelé. Edson Arantes do Nascimento, 72 ans d'après l'état civil, paraît nettement plus jeune.

19 h 30

La soirée de gala va bientôt débuter. Dans le hall du Sporting, les invités patientent. Smoking pour les messieurs, robes spectaculaires pour les dames. Les tables dressées dans la salle des Étoiles affichent complet. Ce soir, chaque convive a déboursé 350 euros pour dîner en compagnie des légendes du foot.

19 h 50

Canto débarque avec sa compagne, l'actrice Rachida Brakni, à son bras. Passage obligé par le photocall, où les deux tourtereaux, ténébreux, prennent la pose comme dans la pub pour la marque The Kooples, dont ils sont les égéries. Et on aperçoit… Zlatan. Difficile de rater l'éclatant avant-centre parisien, qui y va de sa pirouette. "Don't make mistake, this is my lawyer", lance-t-il aux photographes en pointant sa femme du doigt. Pelé ferme la marche, avec deux plantureuses amies à ses bras.

21 h 30

Les Golden foot award ont atteint leur rythme de croisière. Pour animer le gala, l'acteur haïtien Jimmy Jean-Louis, notamment vu dans la série "Heroes", et la danseuse étoile Lorena Baricalla. Projections de vidéos retraçant les exploits des invités, chorégraphies assurées par des demoiselles tout d'or vêtues, repas raffiné… La vente aux enchères démarrait entre le plat et le dessert. Et c'était "O Rei" Pelé qui l'emportait, avec une photo cédée pour 5 000 euros.

23 heures

À la non-surprise générale, Zlatan Ibrahimovic, seul nominé venu assister à la remise des prix, reçoit le Golden foot award 2012. Un trophée remis par Pelé, lui-même lauréat du titre de "plus grand joueur de tous les temps". Eric Cantona, qui devait également être honoré pour l'ensemble de sa carrière, s'éclipsait avant la fin. Son frère, Joël, s'en expliquait devant le public, dans un savoureux franglais à la sauce marseillaise. "Eric, il était un peu malade, il se sentait pas bien. Euh, there is problem, quoi". 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos