Charles Leclerc : « Ferrari ne peut pas rester à cette place-là »

Alors que la saison 2021 de Formule 1 débute le 28 mars à Bahreïn, le pilote monégasque de la Scuderia Ferrari a évoqué de nombreux sujets avec franchise.

Il est assez rare de voir Charles Leclerc se départir de son sourire. Même lorsqu’on lui pose plusieurs questions sur la saison 2020 très compliquée de la Scuderia Ferrari, la pire depuis 1980, avec laquelle il entame sa 3e année. Dans la peau du nouveau leader des Rouges après le départ de Sebastian Vettel et l’arrivée de Carlos Sainz Jr ? « Non, pas spécialement, a-t-il répondu, hier après-midi, lors d’une conférence de presse réservée aux médias monégasques et azuréens. On s'entend super bien avec Carlos et on a hâte de pouvoir se battre en piste sans faire trop de conneries ensemble.” La franchise était le maître-mot de l’entretien de 40 minutes avec l’ambassadeur de la Principauté à chaque sujet évoqué : les essais hivernaux, l’écurie qui peut concurrencer Mercedes cette année, les performances de la SF21, le retard de Ferrari mais aussi sa relation avec les fans et son éventuelle participation aux 24 Heures du Mans. Morceaux choisis de ce moment privilégié.

Les tests hivernaux :

Ce n’était pas facile de tout faire en seulement trois jours mais tous les Team sont dans la même situation. Je pense qu'on a utilisé ces trois jours de la meilleure des façons, on a fait beaucoup de kilomètres même si on a moins roulé que d’habitude. On a fait tout ce qu'on a pu faire. C'était la meilleure préparation possible.

La SF21 :

C'est encore très tôt pour s'avancer sur la performance de la voiture. Quand je parlais de ramener Ferrari au sommet, c'était un objectif plutôt moyen/long terme mais je ne parlais pas directement de 2021. Le règlement technique nous empêche de faire tout ce que l'on veut sur la voiture. La SF21 n’est donc pas une révolution mais plutôt une évolution de la SF1000. On va essayer de progresser par rapport à l'an dernier, mais il n’y aura pas de miracle. Il faut être réaliste : même si je l’espère, je ne pense pas que l’on se battra pour le championnat en 2021.

Changement principal entre SF1000 et SF21 :

La question est difficile. (Il réfléchit) La balance de la voiture, je pense, a été assez améliorée. La maniabilité de la voiture est meilleure cette année.

Charles Leclerc 2

Sa saison 2020 :

Lorsqu'on est arrivé sur la première course, qu'on a posé la voiture au sol, on s'est vraiment rendu compte à quel point la saison allait être compliquée. On savait qu'on n'avait pas fait une voiture pour se battre pour le championnat mais on ne s'attendait pas à ce que ce soit aussi difficile. Les premières courses ont été un petit peu compliquées mais il y a rapidement eu un changement de mentalité, la volonté et la motivation de récupérer tout cet avantage, perdu, qu'on possédait en 2019. C’était important pour moi de prouver que même en cas de saison difficile, je donnais le meilleur en piste. Il y a eu des erreurs, ce ne seront pas les dernières, c'est sûr, mais j'ai beaucoup appris. A chaque fois que je me trompe, j'analyse pourquoi et ce que je dois faire pour qu'elles ne se reproduisent plus. J’ai donc beaucoup appris en 2020 (Il sourit).

Le retard de Ferrari :

Je  ne pense pas qu'on a réussi à combler tout le retard sur les autres écuries. On a un peu rattrapé mais il ne faut pas s'attendre à des miracles, malheureusement. Des signes sont positifs, un bon travail a été fait, mais ce ne sera pas suffisant pour revenir au niveau de 2019. Il ne faut pas oublier où Ferrari était l'année dernière. En F1, tout prend du temps.

Son changement de statut chez Ferrari :

Il n’y en a pas vraiment. Mon objectif reste exactement le même, je dois toujours me donner à 200% quand je suis dans la voiture, l’amener le plus haut possible. C'était le cas l'année dernière et c'est toujours le cas. Ma mentalité n'a pas changé, ma motivation reste la même. Je suis ultra motivé. Ferrari ne peut pas rester à cette place. L’écurie doit se battre pour des victoires, voire des podiums a minima. Ça me donne beaucoup de motivation pour essayer de pousser tout le monde à Maranello, qu'on travaille tous dans la bonne direction et qu'on revienne très vite là où on a envie d'être, c'est-à-dire en position de vainqueur.

Gp F1   Qualifs   Rc63

Sa relation avec Carlos Sainz Jr :

Ça se passe très, très bien avec Carlos. Je ne pense pas avoir passé autant de temps avec lui qu'avec un autre équipier. C'était vraiment très intéressant. On a à peu près le même âge, des centres d'intérêts communs. Cela promet de bonnes rigolades ! On a beaucoup d'ambition, de motivation. On s'entend super bien et on a hâte de pouvoir se battre en piste sans faire trop de conneries ensemble.

Une écurie pour concurrencer Mercedes :

J’ai l'impression que Red Bull a fait de très bons tests cet hiver et sera un très bon client pour Mercedes cette année. La McLaren, aussi, était plutôt impressionnante.

Ses fans :

Je veux remercier toutes les personnes qui me soutiennent depuis le début, ça fait vraiment chaud au coeur. Malheureusement depuis 2020 et sur certaines courses aussi cette année, on ne va pas avoir de public. Ce n'est pas facile. Le soutien des personnes dans les tribunes fait toujours plaisir à voir et le contact avec les gens est quelque chose qui me manque beaucoup. En tout cas, je suis assez actif sur les réseaux sociaux, je vois les messages que vous m'envoyez et ça me fait tout simplement chaud au coeur. Merci beaucoup d'être toujours là, même après une saison 2020 compliquée. Je peux juste vous dire qu'on est à 200% ici à Maranello en train de travailler pour essayer d'avoir plus de victoire à l'avenir.

Img 3497

Le Grand Prix de Monaco :

Je suis tellement content de pouvoir rouler à nouveau à la maison. J'ai toujours rêvé de faire ce Grand Prix, ce n'était pas facile l'an dernier quand j'ai appris qu'il serait malheureusement annulé, même si je comprenais la décision vu la situation. Cette année, heureusement, l'organisation a réussi à trouver une solution pour le faire de la manière la plus sûre possible. Je suis très content de revenir à Monaco, de pouvoir porter les couleurs de mon pays.

Sa malchance en Principauté :

J'ai été trop malchanceux à Monaco depuis que je suis en Formule 1. Gagner signifierait énormément de choses pour moi, vraiment.

Les 24 heures du Mans :

Je l'avais dit d'une façon à la légère mais ça a été repris très au sérieux par les médias. C'est une compétition que j'aime beaucoup. Mais je suis 100% concentré sur la F1 mais c'est vrai que s'il a une opportunité, pourquoi pas. Depuis tout petit, j'ai souvent fait des courses d'endurance en karting, ça reste les meilleurs souvenirs que j'ai du karting ou en général dans le monde du sport auto, Quand j'étais plus petit, on faisait les 24 heures de Brignoles, parfois les 42 heures de Brignoles. On le faisait avec Jules Bianchi, mes frères et pas mal de pilotes de kart de cette époque et c'est resté, pour moi, des souvenirs que je n'oublierai jamais. Je devais faire 42 heures sans dormir, j'avais toujours envie de regarder les kart rouler, de rouler moi aussi. C'est ça qui me donne encore plus l'envie d'essayer, d'une manière très différente et peut être un peu plus sérieuse parce que ça reste les 24 heures du Mans. Ça me dirait bien de les faire.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos