Grand Prix de Monaco : sport et style

Monaco Telecom : la fibre sportive

Internet, c’est eux. La téléphonie, c’est eux. La télévision, c’est encore eux. Monaco Telecom et ses équipes techniques sont aux petits soins avec les abonnés monégasques. Mais au-delà de satisfaire leurs besoins quotidiens, ils réalisent de véritables prouesses dans la couverture et la retransmission d'événements sportifs que l'on affectionne tous : le Grand prix de F1, le rallye de Monte-Carlo, Herculis ou encore le Monte-Carlo Rolex Masters.

En Principauté, les événements sportifs de prestige sont légion. Et dès que les athlètes tout en muscles ou les carrosseries rutilantes investissent le pays, la communauté vit, parle et respire sport. Monaco Telecom et ses infrastructures jouent alors un rôle crucial en diffusant les infos en temps réel, grâce à une large couverture des manifestations. Bien sûr, ils œuvrent aussi pour une foule d'autres événements tels que le Yacht Show et les congrès organisés dans les grands hôtels de Monaco.

L'opérateur est le fruit de la mutation de l’Office monégasque des téléphones, société d’Etat, en société privée en 1997, sous l’impulsion du gouvernement. Une société qui peut se targuer de détenir le monopole de la téléphonie fixe, de l’accès à Internet et à la télévision. En revanche, le marché de la téléphonie mobile est ouvert à la concurrence. On pourrait se demander si ce statut de (presque) tout-puissant n’est pas un peu désuet comparé à la vitrine moderne et dynamique que propose la cité-Etat. 

"C’est la particularité de Monaco", explique Jean-Louis Oustrières, responsable grands comptes, offres sur mesure et events. "D’après une concession entre l’Etat et Monaco Telecom, nous sommes dans une situation de monopole. Mais nous avons affaire à un marché de 35 000 personnes. 35 000 personnes, cela représente une ville française moyenne. La possibilité qu’un opérateur indépendant existe auprès de Monaco Telecom est faible. Un, ça irait. Mais deux, ça ne serait pas intéressant. On est maître de notre réseau", s’enthousiasme-t-il.  

Premier sur les événements sportifs

"Nous faisons partie de la direction nationale de Monaco Telecom, département marketing et commerce d’entreprises. Nous sommes une partie un peu à part car nous nous occupons du top 100 monégasque, donc des cent plus gros comptes. Nous sommes aussi en charge de toute la partie événementielle. On est présent au niveau des infrastructures télécoms sur l’ensemble des grandes manifestations à Monaco", précise Jean-Luis Oustrières. 

"Mais pour le rallye de Monte-Carlo par exemple, on exporte nos connaissances et nos infrastructures sur le départ de la course, à Valence dans la Drôme", ajoute Christelle Cozzi, en charge de la direction commerciale pour les entreprises, des offres sur mesure et events. "Ma casquette principale c’est la gestion des événements. Je suis le point d’entrée à Monaco Telecom pour toute société qui veut créer un événement et qui a besoin de moyens de télécommunication. Ça peut notamment être le rallye de Monte-Carlo, le Grand Prix de F1, le Monte-Carlo Rolex Masters ou Herculis", raconte-t-elle.

En direct des spéciales

"Le rallye de Monte-Carlo a deux infrastructures, une à Valence puisque c’est de là que les pilotes partent, et une ici. Nous gérons les deux QG. La préparation sur le lieu du départ nous demande environ dix jours de labeur. Mais nous travaillons sur le projet à partir d’octobre, avec l’Automobile club, pour envoyer les équipes lors de la deuxième semaine de janvier. Nous jouons notre rôle d’opérateur en créant des lignes sur chaque spéciale du rallye", indique Christelle. Monaco Telecom collabore donc avec l’opérateur français, France Telecom. Ainsi, lorsque les véhicules courent les spéciales, ils ont le nécessaire pour communiquer sur place. 

Concernant le montage de l’infrastructure, quatre techniciens prennent leurs quartiers à Valence et quatre autres restent à Monaco. Ensuite, deux restent de permanence à Valence durant le rallye et le reste de l’équipe est rapatrié à Monaco. "Nous mettons à disposition des pilotes, de la presse et de la direction de course le téléphone et l’Internet, nous créons des liaisons entre Monaco et Valence en SDSL ("Symmetric digital subscriber line", une technique qui permet le transport de données à haut débit, ndlr)." Ces lignes SDSL, Wifi et Ethernet servent à échanger les chronos et toute autre information entre la presse, l’Automobile club et la direction de course qui suit les voitures et transmet les infos en temps réel. 

Page 1/2

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos