Dossier

La Prénationale de Villeneuve-Loubet a de la réserve

L'Étoile sportive de Villeneuve-Loubet (ESVL) fait régulièrement parler d'elle avec son équipe première, qui évoluait en Nationale 1 cette saison. Derrière cette vitrine, il y a également un groupe qui joue en Prénationale. Plus qu'une simple réserve, ce collectif fait office de trait d'union entre plusieurs générations.

Un gymnase coincé entre un serpentin de bitume et le Loup, ce fleuve qui a inspiré l'Étoile sportive de Villeneuve-Loubet au moment de se choisir un emblème. Ce n'est pas le cours d'eau, mais bien l'animal qui trône sur le blason de l'association. 

Un signe qui ne trompe pas. Alors qu'il pourrait se cantonner au rôle de proie sans défense face à des prédateurs aux dents bien plus acérées, le club a décidé d'avancer en meute. 

L'image vaut ce qu'elle vaut, mais elle colle plutôt à la réalité. L'ESVL, qui peut compter sur son équipe de Nationale 1 pour fédérer l'ensemble des troupes, n'a rien d'une coquille vide. Quand on a moins d'argent que ses adversaires, il faut savoir préparer l'avenir, bâtir les succès de demain en comptant sur ses jeunes pousses. 

Avec des moins de 18 ans qui évoluent en championnat de France pour la deuxième saison consécutive, le club présidé par Frédérique Terol semble avoir tout bon. Mais il serait assez risqué et incertain de les propulser directement vers la N1, soit le troisième échelon national chez les seniors. C'est là que l'équipe deux de l'Étoile Sportive prend tout son sens. 

Un équilibre à trouver

Entraînée par Didier Ghibaudo (lire interview en pages suivantes), également adjoint de Sylvain Fresu en N1, elle permet aux éléments prometteurs de se faire les dents, de réduire l'écart physique et technique qui les séparent encore de l'équipe première. 

A leurs côtés, on trouve des anciens qui ont encore envie d'en découdre, ainsi que des joueurs de Nationale 1 en quête de temps de jeu. Pour eux, ce bond de trois divisions en arrière (la Prénationale se situe juste en dessous de la N3) ne fait pas forcément office de "punition", contrairement à ce que l'on pourrait croire. Cela peut être l'occasion de se montrer sous son meilleur jour et de gagner peu à peu sa place. 

Fayçal Boudrar, lui, n'était pas vraiment destiné à frapper à la porte de l'équipe fanion, si l'on se fie aux déclarations de l'encadrement. Mais à force d'acharnement, cet "enfant" du club (âgé de 21 ans, il en a passé la moitié à la salle Jean-Granelle) il a pu commencer à s'y glisser. 

"Depuis le début de la saison, je m'entraîne plus souvent avec les Nationaux, mais je fais quasiment tous mes matches en Prénat'. Il faut encore que je progresse, je vais sur mes 21 ans, je suis encore jeune. Le fait d'évoluer avec des gens qui sont meilleurs, ça me permet d'avoir plus de temps, de mieux finir mes actions. En terme d'intensité et de niveau, ça n'est pas comparable. Mais pour moi, l'envie est la même. Bon, après, c'est un peu dur d'avoir des repères parce que je navigue entre les deux groupes."

Page 1/2

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos

Staff

Entraîneur : 

Didier Ghibaudo

Accompagnateurs :
Antonino di Vita
Patricia Sinacola


Effectif

Baptiste Daude
Marceau Bechet
Yohan Gueddi
(gardiens)

Fayçal Boudrar
Jean-Charles di Crosta
Florian di Vita
Enzo Iacolare
Sylvain Jaume
Thomas Laguilhac
Cédric Malaussena
Jonathan Mecagni
Julien Mille
Nicolas Paty
Johan Schobbert
Jérémy Thouin
Cédric Zerbib
Demba Diallo
Laurent Touboul