Michaël Guigou : "Un championnat excitant"

Michaël Guigou est l'un des cadres du Montpellier Agglomération handball (MAHB). Blessé, c'est une nouvelle fois depuis les tribunes que cet ailier de talent a vu ses partenaires disputer le Trophée des champions. Il aborde la saison avec l'envie d'aller cherche des titres, sans fatalisme.

Cela fait deux saisons que vous êtes gêné par les blessures. Est-ce lassant ?

C'est vrai, sauf que l'année dernière c'était quelque chose de plus grave. J'ai eu une pubalgie, j'avais repris en septembre et un mois plus tard, j'avais dû me faire opérer pour une double hernie inguinale. 

Toujours est-il que votre préparation a été écourtée…

Oui, d'autant plus qu'il y a des nouveaux joueurs et que j'ai envie de partager des choses avec eux sur le terrain. Mais bon, ça se fait quand même en dehors, on discute.

Les sportifs de haut niveau disent souvent qu'ils se sentent à l'écart du groupe quand ils sont amoindris. Est-ce votre cas ?

Non, non. Ça fait longtemps que je suis dans le club. Alors même s'il y a des changements, je vais vers les autres joueurs pour les aider à s'intégrer. Si j'étais fataliste, j'aurais renoncé depuis un moment… Tout vient de la pubalgie que j'avais eue. Maintenant, tout va rentrer dans l'ordre petit à petit.

Vous ne rejoignez donc pas votre capitaine en équipe de France, Jérôme Fernandez, qui estime qu'il y a trop de matches au calendrier ?

On est quand même obligés d'en faire un certain nombre, vous savez. C'est plus la rapidité de l'enchaînement des matches pendant les compétitions internationales qui peut poser problème. Quand tu prends une béquille et que tu enchaînes le lendemain, ça entraîne des séquelles. Il faut qu'on arrive à s'entendre avec les diffuseurs télé pour améliorer tout ça.

Des chaînes de télé qui vous suivent de plus en plus attentivement au niveau du championnat de France…

C'est sûr que nos performances en équipe de France et l'arrivée de Canal+ ont complètement changé les choses pour le hand. La chaîne a fait les efforts pour acheter les droits de la D1, les sponsors savent qu'ils vont avoir une plus grande exposition et nous suivent. C'est cet enchaînement qui fait que le championnat devient aussi excitant, avec de grands joueurs et de grandes équipes.

Paris, avec des stars et un budget record de 9 millions d'euros, peut-il modifier la physionomie du championnat ?

Changer la physionomie du championnat, non. Ce qui est sûr, c'est qu'ils peuvent changer celle de leur équipe, de leur club. Ils auront la force des jeunes équipes. Quand tout est neuf, il y a plus d'envie, plus d'enthousiame. Ça compte aussi.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :