Boxing squad Nice, le combat dans la peau

Aldric Cassata, membre fondateur du Boxing squad

Jusqu'à quel âge peut-on faire bonne figure à haut niveau ?

En général, on peut avoir une bonne longévité. Certains viennent de la lutte et débutent le MMA à 30 ans. Récemment, un fighter de 43 ans était opposé à un jeune qui avait 20 ans de moins. Cela a quand même donné un combat indécis. Au bout d'un moment, les défaillances physiques peuvent être compensées par une très bonne technique. 

Comment voyez-vous l'avenir pour le Boxing squad ?

Concernant le groupe pro, on ne souhaite pas accueillir plus de monde. On préfère effectuer un travail de qualité avec une dizaine de mecs très impliqués, qui passent des heures à la salle et qui se débrouillent pour trouver du temps en dehors de leurs heures de boulot. Aujourd'hui, on peut présenter deux ou trois fighters de qualité dans chaque catégorie.La salle a véritablement ouvert en juin et on compte déjà près d'une centaine d'adhérents.

Tous s'orientent vers le MMA ?

Non, notre club est multi-activités. Nous proposons des créneaux d'entraînements en grappling, jiu-jitsu brésilien et muay thaï aux débutants et à la section loisir, chaque jour entre 18 h et 19 h 30. En plus de cela, nous proposons aussi du renforcement musculaire, de la préparation physique et du cardio-training. Nous venons aussi de créer une section karaté shidokan pour les enfants. On va essayer d'atteindre les 150 membres et après on devra se restreindre. Ou trouver plus de place…

Publié le

Page 2/2

Vous aimez cet article, partagez-le :