Une marée rouge et blanche à la Prom'Swim !

La traversée de Nice à la nage s'est déroulée les 18 et 19 septembre derniers. En préparation pour les épreuves nationales et internationales de 2022, l'équipe de l'ASM Natation s'est rassurée en multipliant les victoires.

Les nageurs de la Principauté n'ont eu aucune difficulté à maîtriser les courses de 5 km et de 10 km à la plage des Ponchettes de Nice, le week-end dernier. Autour des 800 nageurs présents, les Monégasques ont accumulé les premières places. Samedi, Adib Khalil a remporté la première place pour la course des 10 km en 1 heure 46 minutes et 48 secondes, suivi de près par Lisa Pou (1:47'28). Le lendemain, pour le 5 km, deux Rouge et Blanc sont à nouveau sur le podium :  Adib Khalil, deuxième avec un chrono de 57 minutes et 46 secondes, et Théo Druenne, troisième (58'02). "La Prom'Swim était pour nous un entraînement à l'effort et au travail collectif en vue des épreuves qui nous attendent les deux week-ends prochains (à Barcelone et à Piombino, en Italie). L'important, c'est d'acquérir de l'expérience, de réaliser deux grosses performances consécutives et de se soumettre à cette contrainte physique et physiologique", glisse leur entraîneur Michel Pou. Selon lui, les résultats du week-end dernier n'ont rien d'étonnants : "Je n'ai pas été surpris par les performances, même si un manque d'énergie et quelques problèmes tactiques restent à corriger. Ce classement correspond à leur niveau. Même les nageurs de l'Olympic Nice, internationaux pour certains, n'ont pas réussi à rivaliser. On était juste meilleur."

Le plus dur reste à faire

Pour l'AS Monaco Natation, Prom'Swim sert de préparation pour les compétitions internationales de 2022 puis, à plus long terme, pour les Jeux de Paris 2024. La prochaine grande épreuve, les championnats du monde, se déroulera en mai. En raison des températures qui commencent à diminuer, plus aucune compétition ne sera disputée en France ou en Europe. Les sportifs du Rocher participeront aux mondiaux d'Abu Dhabi fin décembre, puis de Doha au mois de février. "Nous profitons de ces étapes et du beau temps pour nous entraîner. À partir d'octobre, il n'y aura plus d'épreuves libres. Engranger de l'expérience avant la coupe du monde est essentiel pour aider les nageurs à mieux gérer leurs ravitaillements, ainsi que leurs positionnements. Ils doivent parfaitement connaître leurs adversaires pour savoir comment se placer", explique Michel Pou. Et ces entraînements ne sont pas à prendre à la légère. Les championnats du monde 2023 sont d'une importance capitale : les dix meilleurs se verront directement qualifiés pour les JO 2024.



Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :