Retour à la belle époque

Le voyage continue. Après avoir exploré différentes décennies au travers d'événements emblématiques de la Principauté, ce sont les années 90 qui nous accueillent pour ce numéro. Et plus précisément l'année 1994, époque à laquelle la toute première Monaco Classic Week a vu le jour.

Il règne une ambiance toute particulière sur le Quai des États-Unis. Des canots automobiles y sont exposés. La foule se presse. Des stands sont également présents. Au large, de vieux voiliers régatent. Nous sommes alors en septembre 1994. S'ils ne le savent pas à l'époque, la trentaine de personnes impliquées dans la manifestation viennent de créer un événement biennal, dont on fêtera cette année les 25 ans et la 14e édition. Cet événement, c'est bien entendu la Monaco Classic Week. "Au départ, ça ne devait être qu'un one shot, pour marquer le coup. Ça a eu un tel succès, tout le monde nous a dit que c'était génial, que ça changeait des régates habituelles. On l'a donc refait deux ans après, puis en 1997 pour les 700 ans de Monaco. On est ensuite reparti sur du classique, une fois tous les deux ans", explique Thierry Leret, mémoire vivante du Yacht Club de Monaco et responsable de la manifestation. 

Un événement anniversaire

Si la Classic Week a vu le jour, c'est avant tout pour une raison bien particulière. "On l'a créée pour célébrer les 10 ans de présidence au YCM du Souverain, le Prince Albert II", raconte Thierry Leret. "On avait invité des bateaux de tradition, ainsi que des canots automobiles et de vieux motor yachts. On avait rassemblé ces bateaux sur le Quai des Etats-Unis, également sur le Boulevard Albert Ier, au-dessus de la piscine, avec tout un village de tentes, où il y avait des exposants et les canots avant qu'on ne les mette à l'eau." 

Mcw 1994img250

Arrivé à la présidence du club en 1984, le Prince Albert II, alors Prince Héréditaire, a ainsi eu droit à une manifestation où l'histoire du nautisme a été mise en avant. Un des thèmes chers au YCM, comme le confirme Leret. "Il faut savoir qu'il y avait déjà des régates en 1862 à Monaco, et l'on voulait aussi rappeler cela aux gens. On organisait déjà beaucoup de choses à cette période, mais nous n'avions rien fait sur la tradition." 

Régates et concours de restauration

Si la Monaco Classic Week se déroule désormais le temps d'une semaine, sa première édition avait duré 10 jours. "Comme on ne prévoyait d'en faire qu'une, on avait misé sur un temps un peu plus long, mais aujourd'hui, on ne peut plus, cela demande trop, d'autant qu'il y a toujours le Yacht Show qui arrive derrière", précise le responsable de la manifestation. Dix jours donc, durant lesquels tout le port monégasque a vécu dans un autre temps. Il faut dire que décorations et bateaux exposés le long des quais ont aidé les passants à s'y croire, et à susciter leur intérêt. Certains ont même bien profité des éléments de décoration, comme le rappelle Thierry Leret. "Un de nos partenaires faisait des panettones. On en avait mis plein dans un canot pour le décorer et un petit car de touristes s'arrête devant. Ils sont descendus et ont embarqué tous les panettones", glisse-t-il, rieur. 

Img769

Créée pour célébrer les 10 ans de présidence du Souverain, cette manifestation se devait donc d'avoir un versant sportif. Et ce fut le cas. "Dès le départ, il y a eu des régates et le concours de restauration. On n'avait qu'un rond de course, alors qu'aujourd'hui nous en avons trois. On faisait naviguer tout le monde ensemble, il n'y avait pas autant de compétiteurs qu'aujourd'hui." 

L'arrivée de l'Amiral

Et parmi les concurrents, un certain navire répondant au nom de Tuiga. "C'était sa première participation. Je me rappelle encore la voir sous voile, dans le port, à faire sa belle", glisse Thierry Leret. C'est aussi à ce moment-là que Tuiga a mis le cap sur le YCM. "Alors qu'on la regardait, Bernard ad'Alessandri (secrétaire général du YCM) m'a dit, 'je crois qu'on va faire une bêtise, on va l'acheter', car Tuiga était alors à vendre."  A bien des égards, la première édition de la Monaco Classic Week a eu un impact significatif sur l'histoire du YCM, puisqu'elle a également accouché de la création de la Belle Classe Tradition, quelques années plus tard. De quoi laisser de sacrés souvenirs à Thierry Leret, qui les a toutes vécues.

Img813

 Et lorsqu'on lui demande le navire qui l'a le plus marqué sur sa première Classic Week, hors Tuiga, la réponse fuse. "Un vieux remorqueur à vapeur, qui venait de Naples. Une association de Napolitains avait restauré le bateau, il avait une gueule fantastique. Les gars avaient mis une superbe ambiance, ils faisaient les pâtes pour tout le monde, il y avait une ambiance autour du partage et de la convivialité superbe." Tout l'esprit de la Classic Week en somme. 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos