L'excellence en ligne de mire

Depuis décembre, onze jeunes sportifs évoluent au sein de la Monaco Sport Academy. Une structure visant à en faire des champions dans leur discipline, mais surtout des personnes accomplies et épanouies sportivement, personnellement et professionnellement. Des champions de vie en somme.

Ca se bousculait drôlement du côté du Yacht Club de Monaco (YCM) ce vendredi-là. Alors que les concurrents de la Rolex Giraglia (voir p. 36-39) étaient tous déjà arrivés à bon port et se remettaient de leurs émotions, une nouvelle génération de régatiers se préparait à sortir en mer. Et à affronter une Grande Bleue particulièrement agitée le temps d'une petite démonstration. Ces jeunes, neuf garçons et deux filles âgés de 13 à 24 ans, sont tous issus de la première promotion de la Monaco Sport Academy (MSA), la nouvelle structure du YCM, dont le but est d'accompagner des athlètes prometteurs jusqu'au plus haut niveau. Et qui étaient à l'honneur ce jour-là (voir encadré). 

Académie de sport, école de vie

S’il existe de nombreuses académies dans des disciplines comme le football ou le tennis, on n’en trouve que peu dédiées au nautisme à travers le monde. Lancée officiellement en décembre dernier lors de la soirée sportive de fin d'année du YCM, la Monaco Sport Academy est née à l'initiative de Bernard d’Alessandri, son secrétaire général, et de Philippe Ghanem, un de ses membres actifs. Avec comme base de travail, la transmission. "L’idée vient de de M. Ghanem qui avait envie de tendre la main. On a cherché, comme c'est de tradition au club, comment on pouvait faire une passation, parce que finalement c'est de génération en génération que le club fonctionne. On s'inscrit toujours dans l'éducation, dans la transmission des valeurs du club, du yachting et du sport de manière générale. Philippe a eu cette idée car jusqu'à présent le club s'occupait de la partie technique, c'est-à-dire fournir un bateau et un coach technique. Mais on s'est aperçus qu'on était limités parce que les gamins ont besoin de plus", souligne le secrétaire général du Yacht Club.

005 Sidney Guillemin

Ce petit plus, c'est aujourd'hui une véritable structure qui regroupe sophrologue, préparateur physique et mental, nutritionniste, conseiller d'orientation et médecin coordinateur.  Et tous travaillent de concert, et en lien avec les parents et les établissements scolaires, afin d'offrir un soutien adapté aux besoins de chacun. Avec comme ambitions affichées : "accompagner des jeunes sportifs de haut-niveau dans leur épanouissement, physique, psychologique, sportif et scolaire", "porter au plus haut les couleurs monégasques sur les podiums des championnats nationaux, internationaux, mondiaux et olympiques" et les "aider à devenir les citoyens de demain". 

Un accompagnement qui va donc bien au-delà du simple aspect sportif pour mettre l'humain au cœur des préoccupations. "Nous on veut des champions de vie" confiait Paolo Ghione, le directeur de la section sportive du YCM peu de temps après la création de l'académie. "Aujourd'hui, les adolescents ont du mal à canaliser leur énergie. C'est du coaching de vie, on les aide avec leurs problèmes au quotidien. Cela permet de créer un lien avec le club. Et s'ils ne gagnent pas de médailles mais qu'ils deviennent des docteurs, professeurs, c'est tout aussi gagné. Le club a besoin de toutes les compétences. Et qui mieux qu'un jeune qui a reçu un soutien du club pour revenir après ses études et transmettre ou continuer à pérenniser le club ?"

284 Cut Sidney Guillemin

Et la formule a séduit. Si cette première promotion compte onze académiciens, issus de trois disciplines nautiques - voile (nacra 17, laser et optimist), kitesurf et jet ski – ce sont plus de 60 postulants qui ont été initialement interviewés par les membres du board. Un processus de sélection minutieux qui aura également  permis de mieux cerner les attentes des sportifs pour bâtir les fondations de cette nouvelle structure, qui s'appuie sur les infrastructures du club et son centre de formation La Belle Classe Académie. "Nous avions la bonne base, qui était le Yacht Club et son équipe. On s'est construits nous-mêmes du cœur. Lors de ces interviews, les jeunes nous ont donné tellement d'informations", confirme Philippe Ghanem, qui préside le comité des membres donateurs.

Exprimer son potentiel

Aujourd'hui, six mois après la création, les premiers retours d'expérience sont positifs. Tant du côté de la MSA, que des parents, ravis d'avoir trouvé un interlocuteur et un soutien. Les jeunes sportifs, qui pour la plupart concilient sport de haut niveau et études, mesurent également leur chance. "Déjà avoir un coach sportif c'est bien, surtout sur ce bateau car on a besoin d'une condition physique importante, ce que je n'avais pas avant. Maintenant que j'ai un peu plus le physique, je peux plus me concentrer sur le mental et c'est là où on travaille vraiment en profondeur sur le bateau. Et du coup ça apporte de la rigueur", explique Pauline Lepoivre-Chaubard. Cette jeune lycéenne de 15 ans, qui évolue en nacra 15, ce catamaran à foils très rapide, en binôme avec Andrea Tortella, voit déjà les bienfaits de la MSA au quotidien et "notamment dans notre équipage. Les deux sophrologues, Élisabeth (Sargenti) et Katia (Certaldi), nous ont beaucoup aidés, notamment aux débuts car dans notre équipage on avait des problèmes de communication, qui se sont considérablement améliorés depuis"

023 Sidney Guillemin

Un sentiment partagé par Jérémy Moutout, 20 ans qui, après avoir obtenu son baccalauréat il y a deux ans s'est focalisé sur le laser standard, avec pour objectif une qualification pour les Jeux Olympiques de Paris. "Avant, je devais gérer tout ce qui se passait autour - sophrologie, coach - les mettre en communication. Le travail de base se fait ensemble, donc ils communiquent entre eux, le projet est beaucoup plus centré sur l'athlète. On a juste à prendre notre bateau et aller sur l'eau ou à accomplir la tâche prévue. Cela nous permet d'être plus concentrés sur notre carrière de sportif", explique le lasériste, avant d'ajouter : "Ce qui est intéressant avec cette structure, c'est que sur le long terme, on risque d'être beaucoup d'athlètes. Ce sera bien plus simple de gérer notre vie sociale et sportive, car on sera entourés de gens qui auront la même vie que nous et s'entraînent avec nous. Cela peut créer une émulation saine, qui peut être très importante, voire même nécessaire, pour continuer à progresser". 

074 Sidney Guillemin

Et le régatier ne croit pas si bien dire, car l’ambition de  Philippe Ghanem est de s’ouvrir à termes à de "nouveaux sports, de nouvelles activités. La plateforme du Yacht Club est discrète, mais elle est énorme”. En attendant, tous comptent avancer étape par étape. La promotion 2020 devrait ainsi accueillir 13 ou 14 élèves maximum, "en fonction des moyens et du budget", souligne Paolo Ghione, qui a déjà reçu quelques candidatures. Pour lui, ce qui compte, c'est "la motivation, l'envie, le rêve. Les jeunes doivent nous convaincre qu'ils ont envie de faire quelque chose de bien".

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos

Une journée avec et pour les jeunes académiciens

Vendredi 14 juin, la Monaco Sport Academy était à l'honneur le temps d'une journée dédiée au thème : "un esprit sain dans un corps sain". Le tout premier événement de la sorte, et certainement pas le dernier. "Dans la transmission, il y a aussi cette culture du partage. L'idée c'est de faire du coaching, que différents intervenants - experts, sportifs, managers - se rencontrent pour parler aux plus jeunes, aux intéressés, aux institutions et aux associations, au 'monde monégasque' de leurs expériences. Qu'ils puissent nous raconter des histoires liées à l'épanouissement, au dépassement personnel et à la réussite en général. L'idée, c'est d'organiser une journée de manière récurrente, au moins une fois par an", explique Paolo Ghione, son directeur sportif, en charge de l'organisation de l'événement avec Anouchka Filc-Kerry et Valérie Raphoz, toutes deux chefs de projets sur la MSA. Et pourquoi pas aussi "intéresser et impliquer dans la vie des jeunes académiciens de potentiels mécènes, qui pourraient apporter leur soutien, notamment en termes de compétence, afin d'ouvrir et d'enrichir le pôle technique de compétences et d'idées pour développer ce projet axé sur les valeurs et les jeunes".
Au total, ils étaient d'ailleurs plus de 200 personnalités du monde du sport, de l’entreprenariat, des acteurs du monde politique, institutionnel et éducatif à avoir répondu à l'appel du Yacht Club de Monaco pour assister à la démonstration des athlètes et à l'après-midi de conférences autour de trois différents axes : "success-story d’athlètes", "Académie sportive, un outil de réussite favorisant la transmission d'un langage universel tourné vers l'excellence" et "Force et l’importance du mental pour décrocher la médaille". Il faut dire qu'avec des interlocuteurs comme le navigateur Silvio Arrivabene, la pilote de Formule 2 Tatiana Calderón Noguera, Maxime Nocher (11 fois champion du monde de kitesurf, membre de la MSA), Joël Bouzou (fondateur de Peace & Sport et ancien champion de pentathlon), la véliplanchiste et membre de l'équipe de France, Claire Tétard, le tout sous la houlette d'un certain David Ginola... le programme était effectivement alléchant !


Le Pool technique

Christian Choquenet / Médecin coordinateur
Elisabeth Sargenti / Coach mental
Katia Certaldi / Coach mental
Louis Giret / Préparateur physique
Thomas Champion / Conseiller d’orientation


LA PREMIÈRE promotion de la MSA

Antoine Arnoult (16 ans)  / Laser Radial
Lisa Caussin-Battaglia (24 ans)  / Jetski
Alexander Ehlen (17 ans) / Kitesurf
Leonardo Bonelli (13 ans) Optimist
Pauline Lepoivre-Chaubard (15 ans) / Nacra 15
Thomas Mangano (14 ans) / Laser 4.7, Radial
Alessandro Montefiori (15 ans) / Laser 4.7, Radial
Jérémy Moutout (20 ans) / Laser Standard
Maxime Nocher (24 ans) / Kitesurf
Andrea Tortolla (15 ans)  / Nacra 15
Logan Viciana (16 ans) / Nacra 15