Elles n'étaient pas si loin

Le week-end dernier, Clara Stefanelli et Coline Caussin-Battaglia ont pris part aux championnats d'Europe d'aviron en rivière, à Duisbourg. Malgré leurs efforts, elles n'ont pu atteindre la finale. Mais leur entraîneur, Daniel Fauché, est satisfait de la prestation des Monégasques.

Après les Jeux Méditerranéens de plage de Patras en 2019 (et une médaille de bronze à la clé), Clara Stefanelli (20 ans) et Coline Caussin-Battaglia (22 ans) ont ajouté une nouvelle sélection nationale à leur compteur. Ce coup-ci, c'est à Duisbourg (Allemagne) qu'elle se sont rendues (5-6 septembre) pour le championnat d'Europe espoirs (U23). Une participation historique puisque "c'est la première fois sur une compétition fédérale que Monaco envoie un équipage de double féminin", précise Mathias Raymond, secrétaire général de la Fédération Monégasque d'Aviron. 

Capture D Ecran 2020 09 10 A 11 06 57

Et pour une première, le duo a fourni une belle prestation. Accompagnées par leur coach, Daniel Fauché, Clara et Coline ne sont pas passées loin d'entrer en finale à l'issue de la course de repêchage. "Elles sont à 5-7 secondes de passer en finale, ce qui est beaucoup mais en même temps ce n'est pas énorme compte tenu du fait qu'elles ont commencé à ramer ensemble il y a deux mois et demi et que c'était leur première sortie internationale en rivière. Sur le repêchage qualificatif pour la finale, à 500 m de l'arrivée, elles sont encore dans la bagarre, mais ça ne se fait pas au final. C'est un bon point de départ pour ellesÇa leur a plu, et, même si je peux parfois être assez direct, je leur ai dit que j'étais fier de venir avec elles sur cette compétition. On est un petit pays d'aviron de rivière, on est arrivé à 3 quand l'Italie arrive à 70. Elles se sont bien battues", estime Daniel Fauché. 

Préparation sérieuse

Cette prestation est aussi le résultat d'une bonne préparation de la part des jeunes filles. A la sortie du confinement, il leur a ainsi fallu changer leurs habitudes, elles qui ont leurs repères en aviron de mer. "Ces championnats se jouaient en rivière. Monaco est connu pour être bon en aviron de mer, moins en aviron de rivière, où seul Quentin Antognelli est vraiment reconnu dans ce domaine, comme Mathias (Raymond) avant lui. On présente rarement des bateaux en rivière à l'international. Et il y a deux mois et demi, j'étais plutôt sceptique, même si je savais qu'elles pouvaient faire quelque chose à condition de bien s'entraîner", explique Daniel Fauché. 

Capture D Ecran 2020 09 10 A 11 07 06

Et les filles n'ont pas déçu leur coach. Elles ont fait preuve de sérieux et d'une implication sans faille pour préparer au mieux cette échéance. "Elles se sont entraînées pendant deux mois et demi comme des rameuses olympiques, avec des exigences et contraintes qui sont celles de la rivière et pas de la mer, ce qui veut dire aller à Saint-Cassien. Et si on fait une journée à deux séances là-bas, cela revient à partir à 8h et rentrer à 18h30. Elles ont été super sérieuses", note Fauché, qui espère que cette performance fera des émules. 

"Ça permet de poser des bases. On a quelques jeunes monégasques au club, elles peuvent aussi servir d'exemple pour cette jeunesse et leur donner envie de s'investir pour prendre place aussi un jour dans un bateau sur une grosse compétition." Le message est passé.  

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos