A l'assaut de l'Europe

Pour leur deuxième édition, les Jeux Européens ont cette année posé leurs valises à Minsk, en Biélorussie. Parmi les nombreux athlètes présents, cinq Monégasques : Xiaoxin Yang, Cédric Bessi, Yann Siccardi, Hugo Micallef et Victor Langellotti.

Voilà quatre ans que les Comités Olympiques Européens concrétisaient une avancée avec l'organisation des premiers Jeux Européens. C'était à Bakou, en Azerbaïdjan. Pour leur deuxième édition (21 au 30 juin), c'est donc la ville de Minsk (Biélorussie) qui a accueilli la compétition. Et comme souvent lors de manifestations de cette envergure, la Principauté était présente. Quelques athlètes de la délégation "2019" étaient d'ailleurs déjà de la partie en 2015. C'est le cas des judokas Yann Siccardi et Cédric Bessi, mais aussi du coureur cycliste Victor Langellotti. Avec eux cette année, on retrouvait la pongiste Xiaoxin Yang et le boxeur Hugo Micallef, tous deux présents aux Jeux Méditerranéens de Tarragone l'an dernier (médaille d'argent pour Xiaoxin Yang). 

Petit groupe, belle ambiance

Ceremonie Ouverture 1

Premier sur les lieux, Damien Desprat, chef de mission, avait du pain sur la planche. Enregistrement de la délégation, checking des installations, accueil des athlètes au fur et à mesure des arrivées... "La boxe est arrivée le mardi tandis que le reste de la délégation nous a rejoint le mercredi. L'installation a été assez rapide pour tout le monde. Les athlètes ont pris un temps de repos pendant que nous avons fait le tour du village avec les coaches." Les premiers repérages effectués et le planning des entraînements distribué, tout le monde a alors pu prendre part au premier repas collégial du séjour. Un moment important et qui s'est rapidement transformé en rituel quotidien. "C'est quelque chose qui compte lorsque l'on se retrouve sur une compétition de ce type. Dès que les épreuves débutent, il est difficile pour tout le monde de passer du temps ensemble, sauf le soir lors du repas. Cela facilite aussi les échanges entre eux et influe sur la vie de groupe. Tout le monde a joué le jeu et c'est quelque chose qui a plu", note Damien Desprat. 

Top départ

Moment phare d'une compétition internationale, la cérémonie d'ouverture a ce côté solennel et rempli d'émotion que l'on ne retrouve que peu ailleurs. Notamment pour le porte drapeau de la délégation. Cette année, c'est Victor Langellotti qui avait été choisi pour tenir ce rôle. "Yann Siccardi, dont la compétition débutait tôt le lendemain et Hugo Micallef, ayant sa pesée entre 7 et 8 heures le samedi matin, n'ont pu prendre part à la cérémonie. Les trois autres athlètes y étaient. Il y avait une très belle ambiance, dans comme en dehors du stade, où les bénévoles étaient très enjoués", raconte le chef de mission. 

Minsk 2019   Ceremonie De Bienvenue 20 06 Village Des Athletes

Au lendemain du traditionnel défilé, les choses sérieuses ont débuté. Premier de cordée, comme c'est souvent le cas, Yann Siccardi a ouvert le bal. Le judoka (-60 kg) a fait son entrée sur les tatamis face à un garçon qu'il connaît bien, en la personne de Luka Mkheidze (21e mondial). Yann a alors adopté une approche offensive sur ce combat. Mais les initiatives du judoka n'ont pas payé et il a fini par s'incliner sur un waza-hari. Toujours du côté des judokas, Cédric Bessi (-73 kg) est entré en lice le dimanche. Et le tirage au sort ne l'a pas verni non plus puisque face à lui se dressait d'entrée le numéro un mondial et champion du monde de sa catégorie, l'Azéri Rustam Orujov. S'il n'a pas baissé les bras pour autant, optant lui aussi pour une approche offensive, il a malheureusement subi un contre fatal de son adversaire, s'inclinant sur ippon. "Je félicite Yann et Cédric, qui se situent au 80e rang mondial (au moment de la compétition), pour leur engagement et leur persévérance. La barre était haute face à des adversaires de qualité, mais il n'ont pas démérité", a ainsi analysé leur coach, Marcel Pietri, après les combats de ses poulains.

Micallef dans le Top 8, Langellotti trop diminué

Pour sa première à cette échelle, Hugo Micallef (-69 kg) est arrivée en Biélorussie avec des ambitions. Et le boxeur de la Principauté a très bien débuté sa compétition. Le Slovaque Tomas Zold n'a d'ailleurs rien pu faire (défaite 5-0), étant totalement dépassé par Hugo. Son deuxième combat a été, en revanche, beaucoup plus compliqué. Face au Belge Nabil Messaoudi, c'est une vraie bataille qu'a dû mener le Monégasque. Déclaré vainqueur par 3 juges contre 2, le protégé de Juan Gonzalez Gonzalez est ressorti marqué de son affrontement. Visage tuméfié, épaule touchée, sa participation au quart de finale a été un temps remise en cause. Après plusieurs échanges avec son entraîneur et l'aval du staff médical, il est finalement monté sur le ring. Face à lui, le tenant du titre, le Britannique Pat McCormack. Mais la marche était trop haute. Contre un adversaire supérieur, le jeune homme s'est incliné à l'issue des trois reprises, mais intègre tout de même le top 8 européen. De quoi le consoler et lui offrir de belles perspectives pour la suite de sa carrière, lui qui ambitionne de prendre part aux Jeux Olympiques. 

Hugo Micallef 3  Boxe    Dr

Arrivé à Minsk avec des douleurs au scaphoïde suite à une chute lors d'une course la semaine précédant les Jeux, Victor Langellotti n'était pas dans les meilleures conditions pour performer. Engagé sur la course en ligne et le contre-la-montre, c'est par la première nommée qu'il a débuté. S'il s'est accroché une bonne partie de la course, il a finalement dû abandonner, en accord avec son coach, Guido Possetto, à deux tours de l'arrivée. Deux jours plus tard, il n'a malheureusement pas réussi à trouver le rythme sur le contre-la-montre, terminant à la 34e position. Une déception pour le jeune homme et son clan (son père, Umberto, également président de la Fédération Monégasque de Cyclisme avait fait le déplacement). 

Dji 0150

Xiao proche de la médaille

Elle avait frappé fort pour sa première compétition internationale olympique avec une médaille d'argent aux Jeux Méditerranéens l'an dernier. Et son objectif était clair sur ces Jeux Européens, c'est la breloque qu'elle visait. Après des Jeux des Petits Etats d'Europe convaincants fin mai au Monténégro (or en simple, en double et le bronze par équipe), "Xiao", a échoué d'un rien à Minsk. Tout avait pourtant très bien commencé. Affichant un très haut niveau de jeu, la Monégasque n'a rien laissé à ses adversaires jusqu'à sa demi-finale. C'est bien simple, elle n'a lâché qu'un set en quatre matches. Opposée à l'Allemande Ying Han en demi-finale, la bataille livrée par Xiaoxin a été incroyable. À 3-3, tout allait se jouer au septième et dernier set. Alors qu'elle menait au départ, elle s'est finalement inclinée 11-9. 

1  Xiaoxin Yang  Tennis De Table

Face à une vieille connaissance pour la troisième place, la Luxembourgeoise Ni Xia Lian, là encore la bataille a été rude. Mais c'est son adversaire qui a fini par l'emporter (4-2), voyant Xiao terminer au pied du podium (4e place). Si les Monégasques ont ensuite pu prendre le temps d'aller voir quelques compétitions, tous sont repartis au fur et à mesure afin de continuer leur saison, chacun ayant son propre calendrier. Et malgré tout, le drapeau monégasque était encore bien présent lors de la cérémonie de clôture. "On a participé du début à la fin et pour une première en tant que chef de mission, je suis satisfait du déplacement." 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos