Revoir ses gammes

Chaque année, quelques semaines avant le Rallye Monte-Carlo, les commissaires appelés à officier sur l'épreuve d'ouverture du championnat du monde WRC revoient les bases lors d'une journée grandeur réelle.

C'est un rendez-vous aussi professionnel que chaleureux. Un rendez-vous en deux parties. L'une, plus théorique, a lieu en novembre. La seconde, tournée vers la pratique, s'est tenue aux premières lueurs de décembre. Un moment traditionnel dans la vie de l'Automobile Club de Monaco. Et c'est sous le chapiteau de Fontvieille que tout le monde s'est réuni. Un petit café alors que le jour n'est pas tout à fait levé et tout le monde prend son poste. Les commissaires en formation rejoignent les emplacements sur le parcours leur ayant été attribués tandis que des membres et amis de l'ACM prennent place dans leur véhicule. Ils joueront le rôle de faux concurrents. Certains d'entre eux, d'ailleurs, disposent d'une enveloppe particulière. A l'intérieur, un scénario. De quoi, potentiellement, mettre les commissaires en difficulté.

Test grandeur nature

Cric 8 Decembre 2019 2

Au programme de ce 8 décembre donc, un circuit tracé sur les hauteurs de la Principauté, avec un départ et une arrivée depuis le chapiteau de Fontvieille. Une journée baptisée ''Circuit Routier d'Instruction des Commissaires'' (CRIC). Le but ? Compléter la théorie, former les nouveaux et rafraîchir les méninges des habitués en vue de leur travail bénévole sur le Rallye Monte-Carlo et son pendant historique quelques jours plus tard. Première étape du championnat du monde WRC, le Monte-Carl' est de fait celui qui doit mettre en place les nouveaux process de la Fédération Internationale Automobile (FIA). Et comme à l'ACM les mots d'ordre sont rigueur et précision, les commissaires se doivent d'en faire autant. 

Bouvier Cric

Placés tout au long d'un parcours allant jusqu'à la zone de la Brasca ou au stade du Devens à Beausoleil, en passant par le col d'Eze, les commissaires doivent évoluer comme s'ils étaient en rallye afin d'être prêts le jour J. Pour ce faire, ces derniers ont dû user de toutes les composantes d'une étape quand on est de leur côté de la barrière : chronométrage, utilisation de la radio, gestion des parcs fermés, remplissage des documents à chaque point de contrôle pour les concurrents… De quoi vérifier leurs acquis, notamment lorsque certains leur jouent des tours. Un drapeau rouge par ci, un concurrent en retard ou en avance par là, de quoi gérer quelques aléas au pied levé. Car le Monte-Carlo n'est jamais un long fleuve tranquille. Alors autant s'y préparer… 

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos