Riberi/Haut-Labourdette, un équipage et des promesses

Bruno Riberi, le résident monégasque et Florian Haut-Labourdette, le Cap-d’Allois, ont des étoiles plein les yeux. Le premier tourne le volant, le second les pages de son carnet de notes. A 20 ans, ils vivent leur rêve éveillés. Un rêve pas tous les jours facile. Mais au bout des spéciales, la chance de percer au plus haut niveau et de devenir un équipage professionnel de rallye.

Tout a commencé en 2008 et contrairement à ce que l’on pourrait penser, c’est de Florian, le co-pilote dont on va parler en premier. Pour ses 16 ans, son père, garagiste, lui offre sa première licence en rallye. Top départ. Le jeune homme a mis le pied dans l’engrenage. Il va vite trouver sa place dans le baquet droit de la voiture. "Aller vite, moi je n’ai pas ce truc-là, conduire et piloter, c’est différent. Je suis bien à côté", nous assure-t-il. 

Après des débuts en épreuves régionales et même une participation au Monte-Carlo 2010 à bord d’une Peugeot 207 RC piloté par son frère, il décide d’en discuter avec son ami Bruno. "On s’est parlé un soir dans un bar à Monaco, je savais que son père faisait des rallyes (il a été copiloté par Freddy Delorme, champion de France 2003 avec le Monégasque Jean-Pierre Richelmi sur Ford focus WRC, ndlr). Je lui ai proposé de me suivre et il m'a dit "ouais ouais". J’ai un peu tout organisé et on a commencé comme ça", poursuit Florian Haut-Labourdette.

Depuis, il prend place aux côtés de Bruno, un pilote instinctif et très incisif. "Je n’ai jamais fait de kart, rien du tout, juste un peu de motocross", une discipline qui lui servira à coup sûr dans des épreuves sur terre où la maîtrise de la glisse est indispensable.

Débuts remarqués

Florian, rieur mais déjà expérimenté dans la lecture des notes qui s’enchainent. "Droite à fond sur gauche ferme tard", des indications qui raisonnent souvent sous les casques. Un héritage familial, paternel dans les deux cas, et de la passion. Il n’en fallait pas plus pour les rassembler dans un habitacle de 2 mètres carrés dès le prochain rallye. Pour leur toute première course en 2010, ils sont déjà dans le rythme se classant 9es du général à L’Escarène, une épreuve asphalte renommée de l’arrière-pays niçois et affichée au calendrier national. Ils se font déjà remarquer.

Depuis, le duo a pris de l’expérience et a accumulé les rallyes (25 au compteur). "Au début, on était un peu loin, maintenant on commence à se rapprocher des meilleurs. C’est difficile contre des gars de 23-24 ans qui ont trois ou quatre saisons de plus que nous."

Cette année, Bruno et Florian sont alignés en formule de promotion Peugeot 208 rally cup. L'épreuve s’inscrit dans sept manches du Championnat de France des rallyes. Quatre sur asphalte et trois sur terre, un calendrier équilibré que tout le monde aborde avec la même auto. Chacun a le droit de tout modifier (châssis, détente…) sauf le moteur, scellé par Peugeot sport. 

Page 1/2

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos