Le sport à l'arrêt (1/3)

L'épidémie de Covid-19 a plongé le monde entier dans une situation de confinement inédite, sans précédent. Le milieu sportif a bien entendu été impacté. Si, depuis la levée progressive du confinement, le sport a petit à petit commencé à reprendre une activité partielle, nombre de disciplines ne peuvent encore retrouver leurs terrains de jeux préférés. La saison écoulée a elle aussi connu son lot de désagréments. Arrêts prématurés des compétitions, reports ou annulations de tournois et événements d'envergure, le sport professionnel comme amateur n'a pas échappé à cette pandémie. Ruinant, souvent, les efforts de nombreux clubs dans leur quête annuelle. Chaque fédération nationale a ainsi pris des décisions quant à la suite à donner aux événements. Avec un impact forcément différent pour les clubs, notamment ceux de la Principauté. Tour d'horizon des conséquences de ces décisions pour les clubs de sports collectifs amateurs monégasques*.

AS Monaco basket Nationale 3 Masculine et Féminine

Wsm 4835

Cette saison 2019/20 a vu les deux équipes premières de l'AS Monaco basket amateur évoluer en Nationale 3, aussi bien chez les garçons que chez les filles, mais avec des ambitions différentes. "On voulait monter avec les filles, les garçons avaient pour mission de bien figurer tout en se faisant plaisir. Mais l'alchimie a pris et on s'est vite pris au jeu", glisse le président Arnaud Giusti. Et pour cause. Epargnés par les blessures, ce qui leur a permis de compter sur un effectif quasi-toujours au complet, les coéquipiers d'Anthony Christophe n'ont connu qu'une seule fois la défaite sur les 16 rencontres disputées. De quoi leur permettre de rapidement virer en tête et ne plus lâcher une première place méritée, même si la réussite a parfois été au rendez-vous.

23aa7ec2 2183 4a07 Abec 41bda10568ab

 "C'est le genre de saison où quelques matches ont tourné en notre faveur sur un panier en fin de partie, lorsque le ballon tombe du bon côté alors que ce n'est pas forcément le cas les autres années", ajoute Arnaud Giusti. De leur côté, ces dames, dont l'effectif a parfois été amputé de quelques joueuses à cause de blessures, ont elles aussi caracolé en tête une partie de la saison. "On a dominé sans être totalement dominateur avec les filles car on était talonné de près par Carqueiranne, avec qui on a alterné entre la première et la deuxième place." 

Montées avortées

Alors que les deux équipes pouvaient prétendre à la montée à l'issue de cet exercice, la Fédération Français de Basket a décidé de stopper la saison et de ne mettre ni montée, ni descente. De quoi créer un sentiment de frustration du côté de l'ASM. "Au final, cette année ne sert à rien. C'est assez difficile à encaisser, mais ce sont les aléas du sport. C'est sûr que physiquement et moralement, ça casse une dynamique. Des joueuses étaient là pour monter en N2 et finalement, on va végéter en N3. C'est assez frustrant parce qu'on avait un objectif et on ne pourra pas remonter cette année." Cette année, car l'ambition pour la saison suivante reste tout de même de retrouver l'échelon supérieur. Notamment chez les filles, qui devront faire sans Pauline Machu, présente au club depuis plusieurs années et qui a décidé de raccrocher les baskets en cette fin de saison. "On va essayer de refaire la même que cette année, mais ce sera difficile. On va garder nos effectifs, à l'exception du départ de Pauline, et chez les filles, on a prévu de se renforcer un peu, avec des profils de joueuses plutôt jeunes." Chez les garçons, c'est le même groupe qui va repartir à l'assaut de la N3. "C'est notre pari. On va voir, mais le groupe vit bien, ils auront tous pris une année de plus, donc on n'est pas à l'abri de quelques bobos supplémentaires. On va aussi avoir une cible dans le dos après la belle saison écoulée."

Monaco Basket Association - Nationale 1 Féminine

Dsc5884

Autre division, mais même résultat du côté du Monaco Basket Association du président Eric Elena. Si la saison vécue par les locataires de l'Annonciade a été un peu plus délicate que leurs derniers exercices, notamment au départ, la machine monégasque s'est bien remise en ordre de marche après quelques tourments. De quoi pointer à la troisième place de la Nationale 1, à 3 petits points de Colomiers, 2e. "On avait encore une chance d'aller accrocher les play-offs et on était qualifié en quart de finale de coupe de France, donc à deux matches de retourner à Bercy. Notre saison a eu du mal à démarrer, la mayonnaise n'a pas pris tout de suite comme on dit, et j'ai dû décider de me séparer de notre coach, Olga Tarasenko. Ce n'est jamais simple, d'autant plus qu'Olga était avec nous depuis 6 ans. Nous sommes montés jusqu'en NF1 avec elle, il y a eu des titres, mais cette décision a été mûrement réfléchie." 

 Dsc1891 B

Et c'est une longue série de succès qui a suivi l'arrivée d'Alexandra Tchangoué sur le banc (auparavant joueuse de l'équipe). "Cette décision (l'arrêt du championnat, ndlr) nous a coupés dans notre élan, parce que je pense sincèrement, au vu des dernières rencontres, qu'on serait remonté. On n'avait plus perdu un match depuis qu'Alex a repris l'équipe, on tournait vraiment bien. Cette décision est dure mais il faut l'accepter." L'équipe va donc repartir pour une quatrième saison consécutive en N1 avec pour objectif d'accrocher les play-offs en fin de saison et de jouer la montée en Pro B. "Alex continue comme coach, elle a fait son recrutement et on aura une équipe encore plus forte que cette année, donc on espère monter l'an prochain. C'était notre 3e saison en N1, on a fait 5e la première année, 3e l'an dernier et 3e cette année, donc ça montre qu'il y a quelque chose."

Monaco Futsal - D1 district

Img 0513

L'exercice 2019/20 devait être celui d'un nouveau départ pour le Monaco Futsal du président Jean-Claude Haddad. Nouveau staff, nouveaux joueurs, l'idée était de repartir sur des bases saines après une saison ayant déplu à celui qui n'hésite pas à compléter l'équipe si nécessaire. "L'an dernier, mon coach laissait trop faire les joueurs, et je ne peux pas accepter ça. Il y a eu des clashes avec d'autres équipes et je ne veux pas de ce genre de choses, je veux que l'on donne une bonne image. Donc j'ai tout changé", confie Haddad. Un renouveau qui n'a pas été sans mal cette saison, car il a fallu reprendre de nombreuses bases pour ces néophytes du futsal. Passer du football classique à cette discipline n'est pas aussi aisé qu'il y paraît et la première partie de saison en atteste (9e place après 11 matches disputés, avec 9 défaites, 1 nul et 1 victoire). 

Img 0503

"Notre équipe était très faible car c'est un travail qui prend du temps et on s'appuie aussi sur notre académie pour former des joueurs. Dans l'effectif de cette année, aucun n'avait fait de futsal avant de venir. On est reparti de zéro". Leur neuvième place au classement leur permet cependant de ne pas être concerné par une éventuelle descente et le Monaco Futsal va donc se maintenir en D1 district, où il évolue depuis 3 ans. "On n'a fait que la moitié de la saison, mais je respecte la décision, bien que ce soit compliqué car cela a un impact sur beaucoup de choses. On va voir pour l'an prochain, d'anciens joueurs veulent revenir. Une dizaine de garçons devraient arriver, mais on ne sait pas trop quand tout ça pourra reprendre."

AS Monaco tennis de table - Nationale 1

Awa 3733

Du côté des pongistes de l'AS Monaco, la saison n'a pas non plus été de tout repos. Engagés dans le championnat de Nationale 1, l'équipe première doit chaque année disputer deux phases à l'issue desquelles l'équipe peut monter d'un cran ou descendre d'un échelon. De quoi maintenir une certaine pression sur les épaules des joueurs du président Antony Warmbold. Maintenus à l'issue de la phase 1, les asémistes ont cependant débuté la phase 2 avec pas mal de difficultés. "On avait déjà un blessé de longue date et son remplaçant s'est lui aussi blessé lors des vacances de Noël. En conséquence, on a donc dû faire deux forfaits en début de phase 2 et tout se présentait assez mal", confie le président de l'ASMTT. 

Awa 1645b

Lorsque le glas de la saison a été sonné, là où d'autres clubs ont eu le sentiment d'être lésés, Antony Warmbold a, quelque part, pu y trouver un aspect bénéfique. "En quelque sorte, cela nous a sauvés. La Fédération Française de Tennis de Table a figé les classements, donc on va repartir en N1 la saison prochaine. Les circonstances sont en notre faveur, car sans cela, on serait certainement descendu en N2." Si le groupe repartira donc en N1 avec l'ambition de s'y maintenir, il pourra normalement compter sur le retour de ses deux blessés. "On va garder le même effectif, avec 5 joueurs (4 titulaires et 1 remplaçant) et la saison devrait débuter en septembre. Enfin, c'est ce qu'on espère, car notre sport nous manque et on a hâte de reprendre et continuer de faire grandir le club.



*Cet article étant issu du magazine, il est à prendre en considération la date de bouclage, à savoir le 20 mai dernier. A ce moment-là, aucune date de réouverture des enceintes sportives ou de reprise des sports collectifs et/ou de contact n'avait été annoncée.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos

Compétitions annulées

En raison de l'épidémie de Covid-19, de nombreuses compétitions ont été annulées et ne se tiendront pas cette année, privant certaines équipes de leur rendez-vous annuel. C'est notamment le cas des gymnastes (artistique, rythmique évoluant en équipe) dont toutes les compétitions pour cette année ont été annulées, mais aussi des tennismen, qui ont vu leurs interclubs (habituellement en mai) être eux aussi rayés du calendrier, tout comme ceux de l'athlétisme. A l'heure où nous bouclions ces lignes, les reprises s'effectuaient toujours au compte-goutte, en fonction du statut des athlètes, qu'ils soient de haut niveau, professionnels ou amateurs.