Le sport à l'arrêt (2/3)

L'épidémie de Covid-19 a plongé le monde entier dans une situation de confinement inédite, sans précédent. Le milieu sportif a bien entendu été impacté. Si, depuis la levée progressive du confinement, le sport a petit à petit commencé à reprendre une activité partielle, nombre de disciplines ne peuvent encore retrouver leurs terrains de jeux préférés. La saison écoulée a elle aussi connu son lot de désagréments. Arrêts prématurés des compétitions, reports ou annulations de tournois et événements d'envergure, le sport professionnel comme amateur n'a pas échappé à cette pandémie. Ruinant, souvent, les efforts de nombreux clubs dans leur quête annuelle. Chaque fédération nationale a ainsi pris des décisions quant à la suite à donner aux événements. Avec un impact forcément différent pour les clubs, notamment ceux de la Principauté. Tour d'horizon des conséquences de ces décisions pour les clubs de sports collectifs amateurs monégasques*.

Deuxième partie de notre dossier consacré à la saison des clubs de sports collectifs monégasques et de l'impact de la crise du Covid-19 sur ces clubs et leurs ambitions. La première partie est à retrouver ici

AS Monaco Handball Nationale 2 Masculine et Départementale féminine

Img 0373

Ce devait être leur année. Celle où l'issue devait enfin leur permettre d'atteindre un objectif coché en début de saison depuis de longues années. Celle où les handballeurs monégasques allaient enfin quitter la Nationale 2 pour grimper à l'échelon supérieur. Et tout était plutôt bien parti. Dans une poule relativement homogène (4 points d'écart entre le 6e et le 1er), les joueurs de Maher Daly ont longtemps occupé la tête du championnat. Mais leur défaite lors de l'ultime journée disputée les a fait chuter à la 4e place, à 2 points du leader. Et c'est justement à cette date-là que la Fédération Française de Handball a décidé d'arrêter ses compétitions et d'établir le classement final pour chaque poule. "Avec le classement gelé à cette journée (la 14e), nous ne pouvons pas espérer faire partie des équipes repêchées, comme l'a été le 2e de notre poule. On a reçu notre demande de réengagement en N2, donc on se prépare à y repartir pour une nouvelle saison, même s'il y aura quelques ajustements", glisse Amir Hamada, manager général de l'ASMHB. Les poules de Nationale 2 comporteront désormais 13 équipes au lieu de 12 et il n'y aura pas de coupe de France pour les divisions de N2 et N3. Côté club, l'inter-saison devrait être assez calme, comme l'explique Amir Hamada. "Le staff technique et le groupe devraient rester les mêmes dans les grandes lignes. On souhaite simplement renforcer le groupe avec 2-3 joueurs, notamment sur la base arrière. On aimerait repartir sur la bonne dynamique qu'il y avait cette saison avec ces renforts, pour combler un manque qu'on a eu durant la saison, notamment sur la base arrière, ça nous a un peu coûté, particulièrement sur les rotations, car sur certaines fins de matches, on était un peu juste. Le recrutement dans ces conditions est assez difficile. Mais on reste dans cette optique d'atteindre la N1 l'an prochain."

Déception également pour les dames

Img 9816

Nous étions allés à leur rencontre récemment. Les féminines de l'AS Monaco handball, engagées dans un championnat départemental (1ere division territoriale), avaient pour mission d'être "les trouble-fêtes", comme nous l'avait confié Dominique Falleti, leur coach. Avec leur troisième place obtenue à l'issue de la première phase du championnat, ces demoiselles avaient validé leur qualification pour la poule accession. Mais l'arrêt de la compétition est venu mettre un terme à leur saison. "C'est dommage car cette deuxième partie de championnat nous aurait permis de confirmer le travail effectué et de continuer à progresser. Sur ce tableau accession, ça aurait été utile pour confirmer le squelette que je voulais mettre en place, mais malheureusement on n'a pas pu. Comme j'avais mis un cran au-dessus, avec la compétition dans la deuxième phase, certaines filles ont adhéré, d'autres ont eu un peu de mal à suivre et j'ai dû reconstituer l'ossature de l'équipe, remanier les postes. Ç'aurait été un laboratoire pour l'année prochaine", détaille Falleti. L'équipe repartira donc dans la même division avec pour objectif principal de se qualifier de nouveau pour cette poule accession. "On essaiera aussi d'intégrer des moins de 15 qui pourraient prétendre à ce groupe." 

AS Monaco football - Régionale 2 masculine

Img 9643

Anciennement appelée DHR, la Régionale 2 est un championnat âpre. Surtout pour des jeunes joueurs. C'est pourtant le pari qui a été fait cette année du côté de l'AS Monaco football pour l'équipe 3. "Nous avons récupéré la R2 avec un groupe de jeunes joueurs sacrés champions en U19 la saison précédente et quelques cadres de 25-26 ans. On était donc parti sur une base de maintien pour cette année", précise Frédéric Ménini, co-entraîneur de la R2, qui avait déjà ce groupe sous ses ordres l'an dernier en U19 R1. Et très vite, au club, l'idée de faire plus qu'un maintien a germé. "Lorsqu'on a rencontré la réserve de Fréjus/Saint-Raphaël, David Le Goff (responsable section amateur) est venu voir le match. On l'avait emporté 2-0 et il m'avait alors dit qu'on allait jouer la montée. Il connaît le football et a eu ce flair, car à ce moment-là, je n'y croyais pas", confesse Fred Ménini. Et pourtant. Après six journées et autant de victoires, la montée en R1 devient plus qu'un lointain mirage. "Quand on a été à Val Durance, nos poursuivants, on a joué un samedi soir, match filmé, devant 300 personnes, on a fait un bon 0-0, solide et là on s'est dit qu'on avait un bon niveau et qu'on pouvait aller au bout." Leaders de bout en bout, les asémistes n'ont jamais lâché la première place du classement, occupée depuis la première journée. De quoi rendre on ne peut plus légitime leur montée en R1 après la décision de la Fédération Française de Football d'arrêter le championnat. L'an prochain, il sera bien sûr avant tout question de se maintenir. Un renfort par ligne devrait arriver, histoire d'apporter un peu plus d'expérience à un groupe dont la moyenne d'âge tourne autour de 20 ans. 

AS Monaco football féminin - Régionale 1 féminine

 A9 7867

Un déplacement à Toulon soldé par une victoire nette, 4 buts à 1. C'était le dimanche 8 mars dernier. C'était aussi l'ultime match disputé par les filles de Stéphane Guigo, le coach de l'équipe première de l'ASM football féminin. Une victoire leur permettant de consolider leur deuxième place au championnat, synonyme de qualification pour les barrages d'accession à la D2. "C'était l'objectif de la saison", annonce d'emblée Thomas Martini, responsable du développement du club. "Nous avançons année après année dans notre projet pour atteindre le monde professionnel. Après être passé près l'an dernier, on visait ces barrages et pourquoi pas une accession en D2 directement", continue Martini. Deux tours de barrages auraient ainsi pu être disputés, mais la pandémie a mis fin au championnat. "On était sur une très bonne dynamique. Si on avait pu jouer ces barrages et réussir cette montée directement, on aurait fait la différence avec les autres clubs de la région et on aurait franchi un pallier important." Certains clubs ont fait appel des décisions fédérales, mais ce ne sera pas le cas de l'ASMFF dont la priorité est désormais la saison 2020/21, en R1, avec de nouvelles avancées, comme le détaille son responsable du développement. "On est déjà tourné vers l'année prochaine. On va faire en sorte de renforcer le groupe sur deux postes et de continuer sur notre lancée de cette année. On va aussi lancer une section U12/U13, donc il nous faut trouver un coach pour cette catégorie. La dynamique est bonne, le club va continuer de grandir.

Union Cycliste de Monaco - Equipe Espoirs (U23)

Img 20200118 102913 01   Ucm U23 Jan2020 Training Photo By Ivan Blanco Vilar

Le cyclisme, à l'instar de la gym, peut avoir un côté très individuel. Mais il se joue, ou plutôt se court, la plupart du temps en équipe. À l'Union Cycliste de Monaco, c'est d'ailleurs l'équipe des U23, le groupe espoirs, qui est la tête de gondole de tout ce que le club met en place année après année. Une pépinière où grandissent les futurs coureurs professionnels de demain. Et cette année avait particulièrement bien commencé, comme le détaille Franck Giusta, le président de l'UCM. "On avait bien débuté, notamment avec une victoire, un doublé où on place nos coureurs sur les deux premières positions, une où toute l'équipe se place dans le top 10. Notre sprinteur, Adam Karl, a signé trois top 10. C'était très encourageant", note le nouveau président de l'UCM. Mais cette belle dynamique a été cassée à la mi-mars. Arrêt des compétitions, confinement, le club a tout juste eu le temps de voir ses jeunes pousses étrangères retrouver leur pays natal. Une période que tout le monde a passé sur son home-trainer, de quoi maintenir un certain niveau de forme, car la saison n'est pas encore finie. Si les principales courses sont annulées (notamment le tour du Val d'Aoste, habituellement prévu en juillet), les espoirs (comme les juniors) auront encore quelques courses pour faire leurs preuves. "On regarde avec Guido Possetto, notre manager, pour s'engager sur des courses dès maintenant en attendant de voir comment la situation internationale va évoluer. Certains sont sur leur ultime année en espoirs, c'est peut-être leur dernière chance d'accrocher un contrat pro." En ligne de mire, le Tour de Lombardie (espoirs) et le Tour de Lugina (juniors) qui devraient se tenir en septembre. 


*Cet article étant issu du magazine, il est à prendre en considération la date de bouclage, à savoir le 20 mai dernier. A ce moment-là, aucune date de réouverture des enceintes sportives ou de reprise des sports collectifs et/ou de contact n'avait été annoncée.

Publié le

Vous aimez cet article, partagez-le :

   
Photos